Tabou : offensive coquine !

Bien connues des amateurs de bandes dessinées coquines… et plus si affinité, les éditions Tabou passent à la vitesse supérieure. À la publication de leurs albums habituels s’ajoutent, aujourd’hui, le lancement d’un nouveau magazine (une opération plutôt courageuse en ces temps difficiles pour la presse BD) et la parution d’un superbe recueil de pin-up signé Nick Guerra.

Blandice, sous-titré la BD sans dessus ni dessous, propose des extraits des séries en provenance du catalogue Tabou : une formule qui se révèle cependant plutôt frustrante pour les lecteurs qui possèdent déjà les albums. On peut y lire — ou, donc, relire — quelques pages de « La Déesse » de Katia Even et Nephyla (un duo de jeunes autrices prometteuses), découvrir « Les Aphrodites » d’Emmanuel Murzeau d’après Andréa de Nerciat (quatre albums superbes dont la lecture est conseillée), savourer les « Lectures frivoles » de Jean Frenzy et Phil Entrope, apprécier une Cendrillon espiègle sous le crayon de l’auteur italien Trif, suivre la pulpeuse Maria (héroïne plantureuse d’un autre talentueux Italien Cosimo Ferri) et enfin retrouver Katia Even, cette fois-ci avec la prometteuse Sokie, campant Narcisse dans un sensuel langage des fleurs… sans oublier un épisode d’« Omaha », série américaine mettant en scène la sympathique danseuse féline de Kate Worley et Reed Waller : voir Omaha… Danseuse féline !. La partie rédactionnelle propose des entretiens avec Béatrice Tillier, Olivier Brazao, Jean-Marie Minguez, Terry Dodson, Sokie et Olivia de Berardinis, ainsi qu’un dossier sur l’Art nouveau dans la BD. La présentation et l’impression sont soignées. On regrette juste que cette formule soit un peu trop proche du catalogue d’éditeur que de la revue originale.

Superbe livre d’images interdites, « Dark Divas » nous permet de savourer une facette inédite du talentueux Nik Guerra : créateur de la belle et redoutable Magenta, dont les aventures réalisées avec la complicité du scénariste Celestino Pes sont aujourd’hui traduites en France aux éditions Delcourt.

Coédité avec Graph Zeppelin, cet ouvrage permet d’admirer une bonne centaine de pin-up pulpeuses et sombres, où le noir charbonneux est teinté d’un rouge hémoglobine du meilleur effet.

Ce premier recueil, dédié à Nik Guerra, est somptueux et devrait combler les amateurs de femmes envoûtantes et sexy. Un tirage limité, numéroté 200 à 999 est également proposé, accompagné d’une pochette de 8 ex-libris, ainsi qu’un coffret hors commerce numéroté de 1 à 199 avec 12 ex-libris, réservé aux festivals BD.

Enfin, notons la publication de trois autres albums du label Tabou. Le second volet de « La Déesse » nous permet d’admirer les planches très chaudes du jeune duo féminin Katia Even et Nephyla, et dont l’héroïne Nanna ne manque pas de rondeurs sympathiques.

Il faut d’ailleurs noter que le premier épisode s’est classé meilleure vente de la BD érotique sur Amazon. Paraissent également le cinquième et dernier volume de « Mara » : le thriller érotico-fantastique de Cosimo Ferri et dont la conclusion est surprenante, ainsi que le deuxième recueil de la série espagnole « Université X » réalisée par Manolo Carot (alias Man, dessinateur de « Mia », « Millenium »…) pour Kiss Comix, évoquant les aventures torrides des voluptueuses Sonia et Alicia : deux belles étudiantes dévergondées.

Henri FILIPPINI

Blandice (6,50 €), diffusion en kiosques.

Éditions Tabou : BP 14, 91492 Milly-la-Forêt, www.tabou-editions.com.

Galerie

Les commentaires sont fermés.