« GIFT± » T1 par Yuka Nagate

L’accroche de la série annonce la couleur : un « Dexter » au féminin. Sauf que le héros des romans de Jeff Lindsay, popularisé par la série télévisuelle éponyme, n’est qu’un tueur en série agissant par pulsion sanguinaire, même s’il ne tue que des criminels. De son coté, Tamaki Suzuhara, l’héroïne de « GIFT± », va plus loin, puisque son petit manège sordide sert avant tout à alimenter un trafic d’organes permettant de sauver la vie des plus démunis. Même s’il y a un semblant de morale dans son action, elle n’en reste pas moins une tueuse en série extrêmement habile.

Tamaki est une jeune fille froide, avec une attache toute particulière à la vie. Mais pas n’importe laquelle. Pour elle, chaque être humain n’a pas la même valeur. Il y a ceux qui peuvent être sauvés et ceux qui servent de pièces détachées pour les premiers. Néanmoins, elle fait ça bien et méthodiquement : elle charcute ses victimes pour en extraire tous les organes vitraux pouvant être greffés et les répartit vers les patients qui en ont besoin. Pour elle, c’est plus qu’un travail, c’est quasiment un sacerdoce : une action de bien public. Elle ne cherche absolument pas le profit à tout prix. La vie n’ayant, selon elle, pas de prix, il faut tout faire pour la sauver, même tremper dans un trafic louche au service de médecins radiés, donc exerçants illégalement.

Yuka Nagate, connu en France pour avoir réalisé le spin-off d’« Hokuto no Ken », « La Légende de Toki », chez Kazé manga. Avec Buronson, le scénariste des séries « Ken », elle a également dessiné le manga « Silencer » : une série, non publiée en France, mettant en vedette une tueuse, dont l’arme de prédilection est affublée d’un silencieux. Professionnel, depuis 1995, elle alterne série médiévale et contemporaine. Son univers est éclectique et son imagination débordante. Avec « GIFT± », elle est à la fois scénariste et dessinatrice dans un style réaliste convaincant. Les amateurs de Kenji Tsuruta (« Spirit of Wonder ») retrouveront un peu sa patte avec ses personnages expressifs aux nez empâtés.

Avec ce premier tome, Yuka Nagate, pose les bases d’histoires qui s’entremêlent et qui sont amenées à se développer au fil des volumes suivants, actuellement, au nombre de six au Japon. Outre les divagations nocturnes de Tamaki en quête de proie à trucider, on suit les déambulations d’un détective embauché pour retrouver la trace d’une ancienne patiente d’un chirurgien dans l’illégalité et lié au trafic d’organes. Ces personnages se côtoient sans être impliqués dans la vie des uns et des autres. Ils sont à la fois d’honnêtes citoyens et de dangereux criminels. Tout est dans l’ambiguïté de savoir ce qu’est le bien et le mal, ceux qui ont le droit de vivre ou de mourir.

« GIFT± » est donc un polar cynique et morbide comportant beaucoup de scènes de cruautés qui, finalement, passent très bien grâce au graphisme très doux et très clair de Yuka Nagate. Une vraie réussite qui n’aura pas de mal à trouver son public parmi les adeptes de « Death Note » et autres titres où le héros se fait justice lui-même.

Gwenaël JACQUET

« GIFT± » T1 par Yuka Nagate
Éditions Komikku (8,50 €) – ISBN : 978-2372871914

GIFT±  © Yuka Nagate 2015

Galerie

Les commentaires sont fermés.