« Dans la forêt sombre et mystérieuse » par Winshluss

Après une adaptation de « Pinocchio » – fauve du meilleur album à Angoulême en 2009 -, clairement destinée à un public adulte, Winshluss revient au détournement des contes de son enfance dans une bande dessinée qui cette fois s’adresse à un lectorat plus élargi, de 10 à… 110 ans ! Aventure fantastique, humour irrévérencieux, rencontres insolites et morale aléatoire sont les ingrédients de ce conte initiatique moderne.

Angelo est un enfant ordinaire d’une famille ordinaire d’aujourd’hui. Il se passionne pour les animaux en général et les insectes et les arachnides en particuliers car il veut être explorateur et scientifique ! Vocation qui laisse indifférents son frère ainé, un ado acnéique travaillé par ses hormones, sa petite sœur encore en couches, un père angoissé par sa calvitie et une maman aimante, soudainement abattue par l’annonce de la très grave maladie de sa mère.

Dans la forêt sombre et mystérieuse page 5

Or la mémé d’Angelo est géniale, non seulement elle donne des bonbons tout le temps mais en plus, elle n’arrête pas de tricher aux cartes, de laisser son petit-fils regarder les films tard le soir ou de lui apprendre plein de trucs « trop cool », comme faire un bras d’honneur si on l’embête ! Vous le comprenez aisément, pour Angelo : « Un monde sans mémé ça serait trop nul !!! »

Dans la forêt sombre et mystérieuse page 10

Toute la petite famille part donc illico dans le monospace rejoindre l’aïeule pour ses derniers instants. Mais après un arrêt-pipi sur une aire d’autoroute, Angelo qui était parti à la poursuite d’un lézard est oublié près du local poubelle. La voiture familiale ne revenant pas et après un traumatisant essai d’auto-stop, Angelo décide de traverser, seul, une forêt sombre et mystérieuse pour rejoindre la ferme de sa grand-mère.

C’est le début d’un fabuleux parcours initiatique pour le jeune garçon, car dans cette forêt il rencontre de surprenants animaux dotés de la parole : une troupe de fourmis kamikazes, un écureuil qui veut voler comme un oiseau, mais aussi un couple d’ogres, un crapaud chanteur, un singe arnaqueur et surtout le très insolite Goouh, un géant vert finalement sympathique, véritable esprit protecteur de la forêt.

Dans la forêt sombre et mystérieuse case page 25

Auteur phare des éditions des Requins marteaux, Vincent Parronaud dit Winshluss s’est d’abord fait remarquer par son humour macabre et déjanté dans des bandes dessinées comme « Pinocchio » ou « In God we Trust », avant de coréaliser deux longs métrages avec Marjane Satrapi : « Persépolis » en 2007 et « Poulet aux prunes » en 2011. Il revient à la bande dessinée avec ce bel et dense ouvrage de près de 160 pages qui s’adresse à tous les publics, y compris les plus jeunes, à partir de 10 ans.

Dans la forêt sombre et mystérieuse page 27

Il y fait preuve de sa verve iconoclaste habituelle et d’un humour cruel qui frise le cynisme quand il s’attaque à la famille, aux méfaits du libéralisme triomphant sur une nature finalement peu protégée, mais surtout il s’amuse avec la plus totale liberté des codes des contes et légendes. On retrouve ainsi une chenille tout droit sortie d’« Alice au pays des merveilles », un méchant et affamé ogre, banquier dans le civil, ou la méchante mégère d’« Hansel et Gretel ».

Goouh

Pour le bédéiste, son but : « N’est pas de désenchanter l’enfant, ni de lui mentir. Le conte conserve un côté cruel. La peur de l’abandon est constitutive de l’angoisse enfantine. La mort d’une grand-mère, dans mon livre comme dans « Le Petit Chaperon rouge », évoque un des premiers deuils que nous vivons. L’initiation à la cruauté du réel passe par l’imaginaire de la peur, l’humour atténue la terreur et recommande de rire contre l’absurdité de la vie. L’ironie institue la distance et superpose aussi plusieurs degrés de lecture. »

Avec cet album aux belles couleurs directes -aquarelles et feutres – avec son habituel trait vif, certains diront trash, mais expressif  et étonnamment précis, Winshluss réussit la gageure de créer un conte initiatique moderne, exaltant et drôle,  cruel et bienveillant à la fois, bref une œuvre qui résonnera longtemps après sa lecture dans les esprits de tous les lecteurs, des jeunes dès leurs 10 ans aux adultes blasés. Nous ne sommes pas les seuls à avoir remarqué les qualités de cet album. « Dans la forêt sombre et mystérieuse » a glané de nombreux prix de la Pépite d’or du meilleur livre jeunesse au salon de Montreuil 2016 au Prix France Télévision 2016 pour sa catégorie.

Dans la forêt sombre et mystérieuse page 67

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Dans la forêt sombre et mystérieuse » par Winshluss

Éditions Galimard (18,00 €) – ISBN : 978-2-07-065570-0

Galerie

Les commentaires sont fermés.