« Tank Girl : l’Intégrale » par Jamie Hewlett, Alan Martin et Peter Milligan

Cette semaine, juste un petit mot pour vous signaler la sortie d’une intégrale de « Tank Girl » chez Ankama, super occasion pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette série haute en couleurs de la découvrir. Résultat : 476 pages de punk, de violence gratuite, de blagues difficiles à assumer, de sexe, de drogues et de rock n’ roll à gogo, d’humour potache et de délires à tout-va. Presque 30 ans après ses débuts, la charmante et hardcore Tank Girl est toujours aussi chouette !

Nous sommes dans le futur. Un futur post-apocalyptique où l’humanité ne brille toujours pas par son intelligence…

Dans l’Outback australien, en marge d’une société toujours plus décadente et perverse, vit Rebecca, jeune femme au crâne plus ou moins rasé, habillée n’importe comment, fumant et buvant plus que de raison, assez psychopathe à ses moments perdus – qui sont nombreux –, jurant comme un charretier et se déplaçant à bord d’un char d’assaut.

Accompagné de son kangourou mutant prénommé Booga (avec qui elle fait quelques galipettes contre-nature), elle parcourt le désert et fait de bien mauvaises rencontres qui la mènent bien plus loin qu’il ne le faut. Évidemment, ça dérape toujours vers le pire et le dénouement s’avère violent tout autant qu’inutile, mais bon, le goût de la castagne, ça peut se comprendre, quand on est de la veine anarchiste-énervée…

Créée en réaction à l’abomination culturelle et politique des années 1980 (entre libéralisme naissant, thatchérisme et rock se transformant en variétés abjectes…), « Tank Girl » est un formidable et revendiqué coup de pied au cul de tout ce qui est moche et empêche de penser, un affront brutal et drolatique au système décérébrant alors en plein essor. Un doigt d’honneur et un gros prout adressés au système, un appel à la liberté qui renvoie la bienséance à sa propre bêtise. Parue dans le fameux magazine britannique Deadline, « Tank Girl » fut une réminiscence bienvenue du punk à une époque où le formatage semblait tout dévorer autour de nous. Cette réédition reprend les quatre albums précédemment parus chez l’éditeur, proposant donc une édition de qualité respectant le noir et blanc ou les couleurs d’origine, saluée par Alan Martin lui-même. Le cadeau idéal à déposer au pied du sapin pour faire voler en éclats un Noël trop ennuyeux à votre goût (et quel joie de voir les yeux étincelants de cet ado blasé que vous aurez définitivement initié à la décadence !).

Cecil McKINLEY

« Tank Girl : l’Intégrale » par Jamie Hewlett, Alan Martin et Peter Milligan

Éditions Ankama (34,90€) – ISBN : 979-10-335-0111-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.