« Ville avoisinant la terre » par Jorj Abou Mhaya

Que voilà un ouvrage étonnant : tant sur le plan du scénario, aussi kafkaïen que maîtrisé, que du dessin au lavis (dégradés de gris obtenus en diluant de l’encre), presque surréel. En plus, cette métaphore de la condition humaine est due à un peintre et dessinateur libanais inconnu jusqu’à lors, né à Beyrouth pendant la guerre civile : un environnement peu favorable à l’épanouissement d’un tel talent ! Bravo aux éditions Denoël Graphic pour cette formidable découverte moyen-orientale…

Après avoir exposé ses premières toiles à l’âge de dix-sept ans à l’International Art Gallery de Londres, Jorj A. Mhaya devient caricaturiste et illustrateur pour plusieurs journaux et agences de publicité du Liban. S’étant nourri intellectuellement des bandes dessinées étrangères (on sent, au niveau de l’esthétisme de son trait, qu’il a beaucoup lu Rabaté ou Prado), il réussit à publier ce premier roman graphique en langue arabe aux éditions Dar Onboz, en 2011. Son travail est reconnu d’emblée puisque« Ville avoisinant la terre » remporte le prix du meilleur album en langue originale au Festival international de la bande dessinée d’Alger en 2012. Ensuite, ce jeune artiste de quarante ans a choisi de finaliser la deuxième partie de cet ouvrage dont vous pouvez découvrir l’intégralité, grâce à Denoël Graphic, à la Maison des auteurs d’Angoulême. Il est, actuellement, en train de préparer un nouveau projet évoquant la vie quotidienne au Liban, en période de guerre et de paix, à travers le regard d’un personnage enfant, puis adolescent.

Comme tous les jours, Farid Tawil prend le bus pour rentrer du travail, mais, ce soir, il se rend compte, médusé, que son immeuble a disparu, et, avec lui, sa femme et ses enfants. C’est même toute sa ville qui semble s’être transformée en un labyrinthe où le Beyrouthin ne fait que s’égarer. Il se réfugie chez son un ami d’enfance qu’il n’a pas vu depuis longtemps et qui lui paraît également totalement transformé, ayant quitté son épouse pour vivre avec une femme énigmatique dégageant une sensualité torride.

Avec ses personnages tordus, ses foules hystériques, ses révolutionnaires costumés déments ou ses citadins minés par l’angoisse, l’auteur, qui a vécu toutes ces violences, retranscrit, avec poésie, un peu de la folie qui s’est emparée de Beyrouth durant la guerre, à travers ce récit halluciné, tout en clair-obscur, aussi dérangeant que fascinant.

Gilles RATIER

 « Ville avoisinant la terre » par Jorj A. Mhaya

Éditions Denoël Graphic (17,90 €) – ISBN : 978-2-207-13573-0

Galerie

Une réponse à « Ville avoisinant la terre » par Jorj Abou Mhaya

  1. Ping : Fundación Al Fanar Publicada la versión en francés del cómic "Ciudad vecina a la tierra" del libanés Jorj A. Mhaya - Fundación Al Fanar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>