« Mélusine T24 : Ville fantôme » par Clarke

Première grande aventure pour Mélusine ! Effervescence au château, le professeur Haaselblatt présente ses élèves sorcières à Mestre Filofax : inspecteur des études qui propose des stages extérieurs aux étudiants. Encore sous le choc de la terrible disparition de Cancrelune, Mélusine demande d’être accompagnée dans sa mission par sa cousine Mélisande, brave fille qui entreprend tout à l’envers.

La jeune étourdie commence par accepter de garder les dragons de Tantine qui est partie draguer le mage milliardaire. C’est en compagnie de ces lézards crachant le feu que les deux jeunes filles gagnent le village d’Harrebourg où se déroulent d’étranges phénomènes. Des odeurs pestilentielles, des bruits bizarres, des apparitions fantomatiques, inquiètent la population. C’est là qu’a vécu Malphastolas, le plus grand sorcier de tous les temps, dont un grimoire est encore dissimulé quelque part dans le village. La nuit venue, réveillées par un bruit étrange, les deux apprenties sorcières découvrent que le village est désert, en ruine, hanté par les fantômes. Un mécanisme inventé par le sorcier disparu permet de retourner le village en cas de danger. Danger qui a pour nom Ammidorgas : le fantôme qui hante les lieux, un revenant dont le nom est l’anagramme de Midas Magor le magicien…

Pour cette première grande aventure, après plus de 800 gags et de nombreux récits complets, la jolie sorcière imaginée en 1992 par Gilson et Clarke se révèle très à l’aise dans cet exercice. Gilson à court d’inspiration ayant abandonné la série au dessinateur, Clarke en signe désormais le scénario en abandonnant le mécanisme souvent répétitif du gag classique pour l’orienter vers l’aventure, sans pour autant négliger l’humour. Deux albums de gags réalisés en solo (« Cancrelune » et « Fées contre sorciers ») lui ont permis de se roder et d’enrichir l’univers de son héroïne. Pari réussi avec cette première grande histoire à la trame originale, aux personnages qui gagnent en profondeur, à la mise en page plus dynamique. Frédéric Seron, alias Clarke, tout en poursuivant « Mélusine », conduit une carrière d’auteur de one shot réalistes remarqués par la critique, tels « Dilemma », « Réalités obliques » et « Nocturnes »… Résultat, un style original inspiré par l’école de Marcinelle, avec une touche plus réaliste. Avec cette prometteuse « Ville fantôme », l’avenir s’annonce serein pour Mélusine qui soufflera, l’an prochain, ses 25 bougies.

Henri FILIPPINI

« Mélusine T24 : Ville fantôme » par Clarke

Éditions Dupuis (10,60 €) — ISBN : 9782800166971

Galerie

Une réponse à « Mélusine T24 : Ville fantôme » par Clarke

  1. Ping : mélusine, la ville fantôme | clarkorama