« Le Petit Prince : Hommages » collectif d’après Antoine de Saint-Exupéry

En matière de voyages, « Le Petit Prince » occupe une très bonne place. Outre qu’il est traduit dans le monde entier et constitue en soi un phénomène éditorial, le personnage de Saint-Exupéry est aussi véritablement voyageur, un voyageur des étoiles auquel la bande dessinée rend à nouveau hommage à travers une compilation d’histoires signées de noms prestigieux.…

« Le Petit Prince », c’est une collection de 24 volumes qui lui est  actuellement consacrée chez Glénat, en prolongement de la série d’animation créée en 2011 pour France 3. La fin de chaque album offre un bonus avec un Petit Prince revisité. Ce sont précisément ces « Hommages » qui sont rassemblés ici ; pas moins d’une quinzaine d’auteurs mettant en scène le Petit Prince : Loisel (pour la couverture), Adamov, Bonhomme, Jouvray, Convard, Juillard, Kéramidas, Moebius, Supiot, Tebo, Griffo, Makyo, Jouvray, La Montagne, Micol… La grande variété des sources d’inspiration rend l’ensemble très hétérogène, sinon hétéroclite, mais certaines contributions sont tout bonnement à déguster. Le Petit Prince et son renard sont partout et en toutes circonstances : de « la planète des angles » à la planète malbouffe, sur une planète plate à une planète arc en ciel, tout est possible. Ptiluc s’est, par exemple, contenté de l’aviateur et du renard pour un récit tonique dans une décharge, là où Kéramidas s’est plu à retrouver le goût des fleurs… La variété des sources d’inspiration et d’interprétation file bon train et on savoure la richesse des variations autour du thème imposé et si ouvert à la fois !

C’est l’occasion de revenir au personnage emblématique de Saint-Exupéry et de rappeler l’adaptation commise par Sfar chez Gallimard-Jeunesse, en 2008, et prépubliée dans Télérama. L’idée était séduisante, mais la réalisation forcément risquée. Graphiquement, le pari n’était pas gagné d’avance mais, même si ça et là le dessin reste très sobre, sans fioritures, excessivement esquissé et totalement au service de l’histoire, il faut reconnaître à Sfar une imagination graphique qui fait de la rose une aimable créature ou d’un renard une adorable bestiole. Bref, le défi était gagné…

Dans sa biographie « Saint-Exupéry : le dernier vol », Pratt n’a pas manqué d’évoquer Le Petit Prince. Le récit se déroule pendant les dix dernières minutes du dernier vol d’Antoine de Saint-Exupéry comme pilote de guerre, au-dessus de la Méditerranée, le 31 juillet 1944. À 6 500 mètres d’altitude, aux commandes de son Lightning P 38, un avion de reconnaissance, le présent et son passé interfèrent. Après une apparition du Petit Prince, il revit son activité dans l’Aéropostale (Casterman / 1994 ; réédition 2004). À noter que le héros aviateur de Sterne, Adler, qui a connu quelques petites aventures au fil de numéros du journal Tintin, compte neuf planches en clin d’œil au Petit Prince) : « Noël en Malaisie » (réédité par le BD Club Genève, en 1998).

Alors bons voyages !

Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook).

http://bdzoom.com/author/didierqg/

« Le Petit Prince : Hommages » collectif d’après Antoine de Saint-Exupéry

Éditions Glénat (14, 50 €) – ISBN : 978-2-7234-8477-0

Galerie

Les commentaires sont fermés.