Patrimoine

Dut : la modestie d’un grand… (deuxième partie)

Seconde et dernière partie de ce « Coin du patrimoine » consacré à Pierre Duteurtre, qui signait du pseudonyme Dut : un nom qui n’a pas laissé beaucoup de traces dans l’histoire de la bande dessinée. Pourtant, ce grand modeste a produit une œuvre aussi importante que de grande qualité. Quarante années de labeur, au cours desquelles il a travaillé avec le même enthousiasme pour la bande dessinée que pour la peinture : les deux grandes passions de sa vie d’artiste. Pour consulter la première partie de ce dossier, cliquez ici : Dut : la modestie d’un grand… (première partie).

Lire la suite...
L'Art de ...

« Horace, cheval de l’Ouest » : le western en absurdie, selon Jean-Claude Poirier…

Ayant montré pour la première fois ses naseaux dans Pif gadget n° 71 le 29 juin 1970, l’atypique « Horace, cheval de l’Ouest » demeure dans les mémoires comme l’une des plus savoureuses parodies du western. Sous les crayons de Jean-Claude Poirier, les improbables aventures d’un cow-boy (anonyme mais surnommé Gros-Nez-Pâle) et de sa monture allaient atteindre des sommets dans l’absurde. Proposée sous forme de gags et de petits récits complets, cette humoristique série animalière – devenue culte – sera publiée jusqu’en 1978, mais ne connaîtra qu’une seule déclinaison en album : « Pas de pitié pour les cow-boys », un titre paru en 1975 aux éditions du Kangourou. Une ration d’avoine et en selle : tentons aujourd’hui un nouveau galop d’essai en compagnie de ce drôle de zèbre… d’équidé… pour ainsi dire toujours à l’Ouest !

Lire la suite...
Interviews

L’autrice Sarah Belmas se confie à BDzoom.com

Nous avons remarqué lors du dernier festival d’Angoulême la première bande dessinée de Sarah Belmas. L’autrice bordelaise se raconte dans « Lever l’ancre », une œuvre autobiographique qui touche par sa grande sincérité. Sarah Belmas a bien voulu répondre à nos questions sur son parcours de vie et ses débuts dans le monde du 9e art.

Lire la suite...
Comic Books

« Adam Strange » : lointain, envol, rencontre, retour à la solitude…

Création du scénariste Gardner Fox et du dessinateur Mike Sekowsky, le personnage d’Adam Strange apparaît dans le magazine Showcase # 17 des éditions DC Comics de novembre-décembre 1958. Il passe alors dans le titre Mystery in Space # 53, dont il devient, entre 1959 et 1968, l’un des personnages principaux ; désormais grâce au dessinateur Carmine Infantino qui lui confère toute sa prestance et sa célébrité. Depuis, il a connu de nombreux avatars éditoriaux dus à de multiples auteurs.

Lire la suite...
BD voyages

Mali : la bande dessinée au point mort…

La sortie en février dernier des « Dogues noirs de l’empire » dessiné par Massiré Tounkara et scénarisé par l’auteur de ces lignes, dans la collection L’Harmattan BD, constitue le premier album individuel d’un dessinateur malien édité en Europe. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour le 9e art issu de ce pays qui fut précurseur en la matière en Afrique de l’Ouest (1). Pourtant, le pays vit une situation dramatique depuis 2012, avec une partie importante du pays occupée par différents mouvements terroristes : ce qui entraîne une partition de facto du territoire.

Lire la suite...
Patrimoine

Dut : la modestie d’un grand… (première partie)

Le nom de Pierre Duteurtre, ou plutôt de son pseudonyme Dut, n’a pas laissé beaucoup de traces dans l’histoire de la bande dessinée. Et pourtant, ce grand modeste a produit une œuvre aussi importante que de grande qualité. Quarante années de labeur, au cours desquelles il a travaillé avec le même enthousiasme pour la bande dessinée que pour la peinture : les deux grandes passions de sa vie d’artiste.

Lire la suite...
L'Art de ...

«Les Aventures de Tintin T7 : L’Île noire » : le vrai du faux selon Hergé…

Récit policier mené tambour battant, « L’Île noire » témoigne en 1938 de la maîtrise accrue d’Hergé dans le domaine narratif. Prépubliée dans Le Petit Vingtième à partir du 15 avril 1937, cette septième aventure de Tintin conduit notre héros jusqu’en Écosse, sur la piste d’une bande de faux-monnayeurs dirigée par le redoutable professeur Müller. Conjuguant avec brio le thème de la technicité moderne et les mythes anciens issus de la littérature d’épouvante, l’album est également devenu mythique dans l’histoire de la Bande dessinée : il est en effet l’un des rares à avoir connu trois versions différentes, parues chez Casterman en 1938 (noir et blanc), 1943 (version colorisée) et 1965 (version refondue). C’est sous cet angle original que l’on analysera l’évolution de son intrigante couverture avec le plus – fantastique ! – intérêt…

Lire la suite...
Patrimoine

Janine Lay : profession dessinatrice…

Certains considèrent Claire Bretécher comme la première femme autrice de BD. Lourde erreur, bien d’autres avant elle ont pratiqué cette profession longtemps décrétée exclusivement masculine… (1) et parfois même dans le domaine du réalisme. Manon Iessel, Solange Voisin alias Solveg, Janine Janvier… et Janine Lay en sont les meilleurs exemples. Abonnée aux magazines publiés par la presse catholique, Janine Lay a, pendant près de deux décennies, réalisé des milliers de pages et créé des personnages adulés par les jeunes lectrices.

Lire la suite...
L'Art de ...

« Astérix en Corse » ou la beauté de l’amitié : analyse de planche…

Album hors-normes par bien des aspects, « Astérix en Corse » est aussi l’un des sommets absolus de la mythique série entamée dans le journal Pilote le 29 octobre 1959. Paru en 1973 chez Dargaud, ce vingtième album rend un bel hommage à l’Île de Beauté, en transformant son scénario exploratoire en déclaration de guerre aux lieux communs et à l’intolérance. En ce sens, l’avant-dernière planche de l’ouvrage, ici analysée, prendra un reflet particulier : l’intelligence et la fraternité, offertes avec sensibilité par Goscinny et Uderzo en conclusion de cet épisode, y mettent pleinement en exergue le sous-titre ironique de Pilote, « Le Journal qui s’amuse à réfléchir »…

Lire la suite...
Interviews

Kan Takahama : entre manga et franco-belge, elle adapte « L’Amant » de Marguerite Duras !

Kan Takahama publie sa première œuvre au format franco-belge, avec une adaptation personnelle de « L’Amant » de Marguerite Duras : un projet inattendu pour la plus franco-belge des autrices de mangas. Invitée par les éditions Rue de Sèvres en janvier 2020, lors du festival international de la bande dessinée d’Angoulême, elle nous a fait l’honneur de nous accorder un entretien.

Lire la suite...
Page 5 sur 951« 3 4 5 6 7 »