L'Art de ...

Truffaut, l’homme qui aimait les films…

Cinéaste majeur de la Nouvelle Vague, François Truffaut (1932–1984) aura marqué toute une génération, tant par son regard autobiographique sur le 7e art que par sa défense engagée de la « politique des auteurs ». Autant dire que la collection 9 ½ (dont le nom évoque à la fois l’un des plus grands films traitant du cinéma (« 8 ½ » de Federico Fellini) et le 9e art), débutée en avril 2019 avec « Sergio Leone » et « Lino Ventura », ne pouvait pas faire l’impasse sur l’ancien protégé d’Henri Langlois devenu le secrétaire d’André Bazin : l’histoire nostalgique d’un homme qui, des « Quatre Cents Coups » au « Dernier Métro » en passant par « Jules et Jim », aimait autant le cinéma français… que les femmes.

Lire la suite...
Patrimoine

Pierre Koernig : un OVNI chez Fleurus !

Bien qu’ayant rencontré à plusieurs reprises Pierre Koernig, l’homme demeure pour moi un mystère : un véritable OVNI sur la planète BD qui, pendant un quart de siècle, a bousculé les pages trop sages des magazines bien-pensants publiés par Fleurus. Retour sur un auteur insaisissable qui a disparu sans laisser d’adresse au beau milieu des années 1980.

Lire la suite...
Patrimoine

« Erik le Viking » : une humanité brute et sans compassion…

Un raid de Vikings s’abat sur un village saxon, et une effroyable tuerie commence. Mais Ingar-le-Cruel, qui commande la troupe, épargne un nouveau-né et l’emmène avec lui pour en faire son fils ; il le nomme Erik. Avec cette séquence, Don Lawrence (1) commence à dessiner « Karl the Viking » (projet, intitulé à l’origine « Swords of the Vikings ») : une bande dessinée touffue, publiée dans l’hebdomadaire britannique Lion du 29 octobre 1960 au 26 septembre 1964 – puis dans quelques rares annuals jusqu’en 1969 – et écrite par Ted Cowan (quelques spécialistes font aussi allusion à un certain Kenneth Henry Blumer), lequel laissera la place, vers la fin, à l’écrivain Michael Moorcock. D’une force et d’une sauvagerie rares, tissée de combats féroces et de traîtrises, elle est admirablement servie par un graphisme d’une élégance et d’une précision exceptionnelles, tout en hachures et en valeurs de gris à la mode anglaise.

Lire la suite...
L'Art de ...

Une sélection des plus belles couvertures de la rentrée 2020…

Malmenée par la pandémie, l’année de la BD 2020 (prolongée jusqu’au 30 juin 2021), aura néanmoins vu paraître de belles nouveautés avant la pause traditionnelle de l’été. Avec ses nombreux titres repoussés ou inédits, la rentrée s’avèrera être un défi pour la plupart des éditeurs : voici donc, comme à chaque semestre (pour mon 400e article réalisé pour BDzoom.com !), une sélection (parfaitement subjective) des plus beaux visuels à venir au sein de la vaste production franco-belge. Classé chronologiquement, cet avant-goût met à l’honneur une dizaine de titres que nous évoquerons naturellement plus en détails au cours des semaines à venir… Très bonnes vacances et bonnes lectures à toutes celles et tous ceux qui nous suivent, jusqu’à la reprise de cette rubrique, le mardi 18 août !

Lire la suite...
Comic Books

« Parker » par Darwyn Cooke : une intégrale qui tue !

600 pages ! Dargaud n’a pas fait les choses à moitié en concoctant cette superbe intégrale « Parker », ciselée par le maquettiste Philippe Ghielmetti. Au menu, rien moins que les quatre volumes réalisés par le Canadien multi-primé Darwyn Cooke à partir des meilleurs récits de Richard Stark. Autrement dit Donald Westlake, grand maître incontesté du polar américain, disparu en 2008. Prototype du dur à cuire, voleur professionnel n’hésitant jamais à liquider les gêneurs, Parker est un « Chasseur » luttant contre « L’Organisation » du crime, d’un « Casse » à l’autre, et jusqu’à « Fun Island », dans l’Amérique du début des années 1960. Depuis, l’on n’a probablement pas fait mieux en termes de style noir et sensuel, avec un suspense à couper au couteau : et ce ne sont pas les traducteurs et commentateurs de l’œuvre (rien moins que Tonino Benacquista, Matz, Doug Headline, Nicolas Richard et Jean-Patrick Manchette) qui vous diront le contraire. Cela vaudrait mieux pour tout le monde…

Lire la suite...
Patrimoine

Gal : Georges Langlais à la ville ?

Au fil des articles dévoilant le parcours des créateurs de bandes dessinées des années d’après-guerre, les mystères ne manquent pas. C’est aussi le cas pour Gal, pseudonyme derrière lequel se dissimule le dessinateur Alfred Georges Langlais, dont les noirs omniprésents étaient à eux seuls une signature. Revenons sur une courte carrière de moins de vingt ans, discrète, et probablement pas toujours facile à vivre.

Lire la suite...
Meilleures ventes

Zoom sur les meilleures ventes de BD du 15 juillet 2020.

Dans la forêt des cahiers de vacances, qui en squattent la moitié des places, le dernier « Top 20 BD GfK/Livres Hebdo » de la saison laisse peu d’espace au 9e art, tout juste représenté par deux mangas publiés aux éditions Glénat : « Dragon Ball Super » T11 d’Akira Toriyama et Toyotaro (3e) et « One Piece, édition originale T95 : L’Aventure d’Oden » d’Eiichiro Oda (4e) aux tirages respectifs de 115 000 et 135 000 exemplaires diminués pour réduire les stocks suite au confinement. Quant au « Top 20 BD », qui connait une nouvelle déferlante de « Mortelle Adèle », une seule entrée vient agrémenter cet ultime classement avant les congés estivaux : « Superman : Red Son ». Et encore, ce n’est qu’une réédition !

Lire la suite...
Interviews

« Hit the Road » : embarquez sur la piste du crime au Nevada…

Dans le Nevada de la fin des années 1960, les destins de Vicky et Clyde vont subitement emprunter le même parcours. L’une cherche à avorter, et l’autre à oublier la prison. Les deux sont surtout liés à Granny : la matriarche de la plus puissante famille de gangsters du comté de Washoe. Les choses vont dès lors avoir une fâcheuse tendance à se compliquer… Sanglant road trip lancé sur les routes américaines, « Hit the Road » est un sombre hommage aux films de Samuel Fuller, Don Siegel ou des frères Coen. Une lecture à suivre, tombeau ouvert, avec une playlist seventies

Lire la suite...
Patrimoine

Al.G. : Fillette sinon rien !

Les dessinateurs apparus après la Seconde Guerre mondiale ont collaboré à de nombreux journaux lancés après le conflit mondial, avant de se fixer dans l’un d’entre eux. Ce n’est pas le cas pour Gérard Alexandre, alias Al.G., lequel a effectué toute sa carrière dans les pages de l’hebdomadaire Fillette. Rencontre avec ce créateur talentueux au trait original qui a fait rêver plusieurs générations de… fillettes.

Lire la suite...
Meilleures ventes

Zoom sur les meilleures ventes de bandes dessinées du 8 juillet 2020

Ambiance d’entre-deux dans le « Top 20 GfK/Livres Hebdo » tous genres confondus où l’habituelle invasion des cahiers de vacances vient tourner la page d’un semestre compliqué pour les ventes de livres, malgré les parutions de quelques best-sellers en juin, à l’image de « Mortelle Adèle » T17 ou encore de « One-Punch Man » T20, respectivement 11e et 19e du palmarès généraliste. Du coté du classement spécifique des meilleures ventes de bandes dessinées (hors mangas), on observe les arrivées de quatre nouveautés, dont « Kaamelott » T9.

Lire la suite...
Page 5 sur 966« 3 4 5 6 7 »