Mangas

« Sayonara Football » T1 par Naoshi Arakawa

Je vous vois déjà faire les gros yeux. Eh oui, le football envahit même le rayon manga. Impossible de passer outre en cette période de tournois européens. Mais si vous êtes allergique à la propagande sportive qui inonde tous les médias, vous pourrez pourtant, comme moi, vous surprendre à apprécier ce titre qui parle plus de la jeunesse et de ses valeurs.

Lire la suite...

« SukeDachi 09 » T1 par Seishi Kishimoto

Quand on est le frère jumeau du mangaka qui a créé l’un des plus gros succès du magazine Jump (avec sa série « Naruto »), on peut aisément imaginer la pression que l’on peut avoir sur les épaules. Pourtant, Seishi Kishimoto continue de publier ses œuvres personnelles dans un univers très éloignés de l’esprit enfantin de Jump. Avec « SukeDachi Nine », il nous amène dans un monde où la violence de la justice offre un moyen de se venger qui peut sembler totalement immoral pour notre société actuelle.

Lire la suite...

« Un baiser à la vanille » T1 par Rina Yagami

Après « Paradise Lost », Soleil édite un autre manga de Rina Yagami. Initialement parue en 2014 au Japon, cette série, la plus longue de l’auteur, s’est conclue au sixième volume. Elle reste dans le même registre que son précédent travail avec un héros distant et maladroit avec la gent féminine. Un shojo classique jouant avec les codes du genre. Néanmoins, les protagonistes cassent certains clichés trop évidents.

Lire la suite...

« Atom the Beginning » T1 par Masami Yûki et Tetsuro Kasahara

Au Japon, « Astro le petit robot » est une institution, au même titre que « Mickey » pour les Américains. Dans son pays de naissance, il est connu sous le nom d’Atom, d’où le titre de ce manga. Si la genèse du robot est bien connue, son créateur, Osamu Tezuka n’avait jamais évoqué la jeunesse de ses inventeurs.Voilà qui est réparé.

Lire la suite...

Un superbe artbook de Taniguchi !

Si la narration de l’auteur de « Quartier lointain », de « L’Homme qui marche » ou des « Années douces » est toujours source d’admiration, son trait fait quelques fois moins l’unanimité, notamment chez les adeptes de la BD franco-belge, ceci malgré son Prix du dessin à Angoulême (en 2005) pour « Le Sommet des dieux ». Cet étonnant artbook, proposé aujourd’hui par Casterman et justement intitulé « L’Art de Jirô Taniguchi », devrait rallier définitivement les sceptiques dans le clan des nombreux inconditionnels de ses travaux graphiques qui sont, d’ailleurs, régulièrement exposés.

Lire la suite...

« ReLIFE » T1 par YayoiSo

« ReLIFE » est l’un des rares mangas tout en couleurs. À l’origine, il s’agissait d’une bande dessinée à succès développée pour les mobiles. Les contraintes d’édition, et donc de coûts, sont différents : le noir et blanc n’étant pas une option économiquement intéressante. Qu’est ce que cela change ? Pas grand-chose finalement : puisque le scénario reste captivant. Ce manga au parcours atypique arrive donc, aujourd’hui, en France.

Lire la suite...

« Bienvenu chez Protect » T1 par Miso Suzuki

Voilà un livre original qui parle de la mort du manga, tel qu’il est distribué aujourd’hui. Le papier est obsolète : vive la dématérialisation et le livre numérique. Mais est-ce si simple ? Est-ce obligatoire de passer d’un système à un autre ? Le public est-il prêt ? Est-ce surtout viable maintenant ? Tant de question, qui sont développés au fil de cette histoire iconoclaste.

Lire la suite...

« Damned Master » T1 par Shu Katayama et Uni

Le surnaturel et les phénomènes paranormaux passionnent certaines personnes qui y croient dur comme fer. Il y a également ceux qui aiment se raconter ou se faire raconter des histoires pour se faire peur. Ce nouveau manga édité par Komikku propose une immersion dans l’occultisme, avec sa dose d’histoire de fantômes et autres êtres effrayants à la clé.

Lire la suite...

« Telle que tu es ! » T3 par Kaname Hirama

Le Japon est l’un des pays industrialisés où un excès d’embonpoint est encore une chose peu courante. Moyoco Anno avait déjà évoqué ce sujet avec « In the Clothes Named Fat » où il était question de régime, de corps martyrisé, de regard accusateur, de mal-être tout simplement. Dans cette nouvelle série éditée chez Kana, c’est tout l’inverse. Tsugumi Motohashi peut se sentir bien dans sa peau, le plus beau garçon du lycée vient de lui demander de devenir sa petite amie.

Lire la suite...

« Le Monde selon Uchu » T1&2 par Ayako Noda

La mise en abyme est un procédé simple permettant à un auteur d’immerger son personnage au sein de son oeuvre, ce qui le rend plus humain. Le regretté Satoshi Kon l’avait parfaitement mis en image avec « Opus » dont le héros plongeait littéralement dans les cases, déstructurait la page et influençait la narration. Plus proche de nous, on avait pu suivre les tribulations sentimentales des aspirants mangakas de « Bakuman ». Le lecteur eut ainsi la possibilité de découvrir les coulisses de la création d’un manga en suivant la réalisation d’histoires fictives, elles-mêmes partiellement scénarisée et mises en images dans le manga. En revanche, dans « Le Monde selon Uchu », ce sont les personnages qui, petit à petit, se rendent compte qu’ils ne sont que des acteurs au sein d’une histoire dont la dessinatrice n’hésite pas à se mettre, elle-même, en scène. Immersion dans une œuvre où le lecteur n’est pas que spectateur, mais aussi acteur.

Lire la suite...
Page 3 sur 35« 1 2 3 4 5 »