Mangas

« Moriarty » T1 par Hikaru Miyoshi et Ryosuke Takeuchi

Ennemi bien connu de Sherlock Holmes, Moriarty n’est pourtant apparu que dans deux des soixante histoires officielles du célèbre détective. Néanmoins, il est évoqué dans cinq autres sans jamais y prendre part. Donc neuf dixième des aventures du célèbre locataire du 221B Baker Street se passent sans l’ombre de ce méchant, pourtant emblématique de l’œuvre de Conan Doyle. Les auteures de cette adaptation centrée sur ce personnage romanesque ont choisi une approche très éloignée de l’œuvre originale. Celle-ci donne un côté charmant à ce génie du crime en le montrant proche de son prochain et avide de justice… Même si celle-ci se fait au détriment des plus riches.

Lire la suite...

« Origin » T1 par Boichi

Certains puristes grincheux soutiennent encore qu’un vrai manga ne peut être réalisé que par des Japonais. Or, quand un Coréen arrive a produire une histoire mettant en scène un mélange de yakuza avec la même ferveur que Ryoichi Ikegami (« Crying Freeman », « Sanctuary », « Adam et eve » …), des robots avec le même réalisme qu’Hiroya Oku (« Gantz », « Inuyashiki » …) et un graphisme et une sensibilité faisant penser à du Shin’ichi Sakamoto (« Ascension », « Innocent »), il semble incongru de s’inquiéter de la nationalité de l’artiste.

Lire la suite...

« Last Pretender » T1 et 2 de Yoshiyuki Miwa et Shunji Etô

Il y a des mangas dont on sent immédiatement qu’ils sont taillés sur mesure pour être des best-sellers. « Last Pretender » est de ceux-là. Comme beaucoup de mangas publiés dans l’hebdomadaire Jump, cette série suit une trame linéaire où le héros doit vaincre des obstacles et progresser comme dans un jeu vidéo. Mais il serait dommage de s’arrêter à ces simples considérations en essayant d’apprécier le fond de l’histoire avec ses rebondissements multiples, plutôt bien vus pour un produit bassement commercial.

Lire la suite...

« Jusqu’à ce que nos os pourrissent » T1 par Yae Utsumi

Avec sa couverture à l’aquarelle montrant une jeune fille supposément nue, tenant un crâne serré contre sa poitrine et un titre plus qu’énigmatique  : « Jusqu’à ce que nos os pourrissent », ce manga fait tout ce qu’il faut pour provoquer des sentiments contraires et donc éveiller la curiosité des lecteurs potentiels. Pour sa première série, Yae Utsumi frappe fort en nous baladant de révélation en révélation durant sept volumes.

Lire la suite...

« Devil Inside » T1 par Ryo Ogawa et Satoshi Obe

Si, pour les personnes ayant vécue dans les années quatre-vingt, le titre : « Devil Inside » leur rappelle une chanson incontournable du groupe australien INXS, pour la génération actuelle elle évoquera également une série de manga. Meurtre, monstre et suspens sont au programme de ce thriller.

Lire la suite...

« Made in Abyss » T1 par Tsukushi Akihito

Ne vous fiez pas à ses personnages enfantins à la bouille toute ronde, « Made in Abyss » est un manga beaucoup plus sombre que ce que l’on pourrait imaginer. C’est dans une île, là où se situe maintenant la cité d’Orse, qu’il y a presque deux siècles, a été découverte une crevasse bien mystérieuse. Elle est devenue une source de richesse, pour les plus aventureux, ou de malheurs pour d’autres intrépides qui y ont, pour certains, laissé la vie. C’est ainsi que quelques enfants de la ville sont devenus orphelins, comme, Rico, l’héroïne de cette histoire.

Lire la suite...

« Lost Children » T1 par Tomomi Sumiyama

Sous la couverture extrêmement lumineuse de ce premier tome de « Lost Children » se cache en fait un récit sombre mêlant politique et fiction. Voici l’histoire de deux enfants que tout devrait opposer. Issus de castes différentes, ils vont pourtant se lier d’amitié. Une amitié qui va perdurer avec le temps, malgré le conflit sanglant qui règne dans le royaume fictif de Shadrdao. Même si ce récit est une fiction, il ouvre une réflexion sérieuse sur notre monde et notre rapport aux autres.

Lire la suite...

« Aromantic (Love) Story » par Haruka Ono

Le shojo manga est friand de romance. Du coup, voir arriver un manga où le leitmotiv est l’absence de sentiments amoureux, peut être vu comme un ovni dans ce genre extrêmement formaté. Mais « Aromantic (Love) Story » est-il vraiment dénué d’amour ? Eh bien, non ! Et c’est bien ça qui va mettre mal à l’aise l’héroïne !

Lire la suite...

« The Promised Neverland » T1 par Posuka Demizu et Kaiu Shirai

Avec un tirage initial de 100 000 exemplaires, « The Promised Neverland » est assurément le manga qui bénéficie du meilleur lancement de l’année. Son éditeur, Kazé, croit en ce titre qui a déjà conquis le Japon. Il est indéniable que la série fait les beaux jours du magazine Jump, qui publie déjà les plus gros hits du manga comme « DragonBall », « One piece », ou encore « Naruto ». Ce thriller psychologique et fantastique mettant en scène des enfants touche forcément une corde sensible. Tel Peter Pan qui pensait que son pays, Neverland, était parfait, ces orphelins vont vite comprendre qu’ils ont été bercés de douces illusions.

Lire la suite...

« Otaku Otaku » T1 par Fujita

Le terme japonais otaku sert à désigner un être, souvent asocial, qui aime les mangas, les jeux vidéo, les animés, les figurines et par extension, qui a une passion dévorante pour un sujet quelconque. Lorsqu’un otaku se met en couple, la plupart du temps, il arrête sa passion : le conjoint acceptant souvent mal qu’il dépense l’argent du ménage pour des choses qui peuvent paraître futiles. Mais il y a également des otakus qui s’amourachent d’autres otakus, comme c’est le cas dans ce manga.

Lire la suite...
Page 2 sur 43« 1 2 3 4 »