L’Art de …

« Amazonie » T5 : aux confins de l’aventure et du mystère pour miss Austin…

Après « Kenya » et « Namibia », Rodolphe et Leo lancèrent en septembre 2016 un troisième cycle des aventures de l’agent spécial du MI5 Kathy Austin, personnage digne de Lara Croft ou d’Indiana Jones. Ce nouveau cycle trouve son épilogue dans l’actuel tome 5, au menu toujours très complet : la moiteur et les dangers de la jungle amazonienne, une étrange créature humanoïde au corps filiforme, des nazis en fuite, un trésor perdu, des indigènes hostiles et un sous-marin échoué ! En dépit des ficelles inhérentes au genre, cette pentalogie se lira fort agréablement, tant les personnages sont hauts en couleurs et les rebondissements incessants. Parions qu’après l’Afrique et l’Amérique, notre héroïne globe-trotter pourrait aller enquêter en Asie ou en Europe dans les prochaines années…

Lire la suite...

Un Spirou qui fonctionne au super !

Né en 1938, Spirou n’est plus dans l’air du temps au XXIe siècle ! Tel n’est heureusement pas le constat des éditions Dupuis mais bien le point de départ de ce premier volet de « SuperGroom », la saga dérivée des traditionnelles aventures de Spirou et Fantasio ; rappelons que ces dernières sont mises en scène par Fabien Vehlmann et Yoann depuis « Alerte aux Zorkons » en 2010. Ainsi ringardisé, Spirou s’est mis à douter : la création secrète d’un super-héros, capable de lutter à la fois contre la pollution, la décroissance, les projets immobiliers véreux et les crapules de tous ordres, sera-t-elle la bonne solution ? Jubilatoire et conçu pour un jeune public fan d’action et de bons mots, « SuperGroom » questionnera le lectorat plus ancien sur les arcanes et l’avenir d’un univers franco-belge devenu légendaire…

Lire la suite...

« L’Œil du STO » : quand travailler pour l’occupant était devenu obligatoire…

Instauré en février 1943 par le régime de Vichy, le Service du Travail Obligatoire contraint des milliers de jeunes hommes au travail en Allemagne. Parmi eux, Justin Roques, qui refusera par la suite que cette année noire soit comptabilisée pour sa retraite. À travers lui, c’est une autre Seconde Guerre mondiale qui est racontée : ceux qui n’étaient ni des collabos ni des résistants, mais furent longtemps perçus comme des planqués… Composé de 192 pages, cet album de Julien Frey et Nadar est l’un des premiers à évoquer la terrible réalité du STO ; en noir et blanc, il dessine avec une parfaite sobriété et une écriture concise tout le poids mémoriel d’un terrible passé.

Lire la suite...

Django, ce guitare héros !

« Comme un manouche sans guitare… » chantait Thomas Dutronc en 2007, faisant alors un clin d’œil au mythique Django Reinhardt : le seul a avoir su fusionner dès les années 1930 les traditions de la musique tsigane avec les influences afro-américaines du jazz. La passion chevillée au corps, l’inventeur du jazz manouche méritait bien que l’on narre sa vie en images et en chaleurs musicales. Salva Rubio et Efa rajoutent eux aussi une corde à leur œuvre avec un bel album, émouvant one-shot oscillant entre drames et espoirs : car, telle une note de musique parfaite, le destin de Django a su s’accorder avec la vie de ses contemporains…

Lire la suite...

Carlos Giménez : une enfance étouffée sous la dictature franquiste…

Né à Madrid en 1941, Carlos Giménez connut le pire lors de sa jeunesse passée dans les foyers de l’assistance publique espagnole, au temps de la dictature implacable du général Franco. Brimades et sévices physiques ou psychologiques prennent dans « Paracuellos » l’aspect d’anecdotes irrévérencieuses et cyniques, dessinées entre 1997 et 2003 sous la forme d’histoires courtes (2 à 8 planches). Couronnés dans le monde entier, les six tomes composant l’œuvre autobiographique de Giménez ont connu une suite récente : 160 pages réalisées entre 2016 et 2017, brossant un sinistre tableau du dénuement moral de l’Espagne de l’après-guerre civile. Une somme incontournable, tant pour ses qualités intrinsèques que pour se construire une culture historique de ses années noires…

Lire la suite...

Larcenet : une thérapie sur la piste aux étoiles…

Nul ne conteste la vérité suivante : entre De Vinci et Picasso, il y a Jean-Audes de Cageot-Goujon (autrement dit Manu Larcenet), star universelle de l’art séquentiel, moult fois primées et premier auteur à avoir reçu le Nobel de Littérature avec un album (mais quel album !). Malheureusement, tout a une fin : voici que notre génie sans disciple souffre d’une sévère dépression. Gisant sur le carrelage, vidé, sous une tonne d’antidépresseurs… Comment se réinventer en trouvant l’idée du siècle, potentiellement soufflée par un quelconque second rôle (qu’il se nomme Cézanne ou Dieu, rien de moins…) ? Comment enfanter une « étoile qui danse » ? Voici en tout cas le sujet de ce premier volume, tour à tour drôlissime, émotionnellement poétique et artistiquement bluffant. Bon, autant l’avouer : l’artiste-loin-d’être-fini Larcenet ne semble pas encore tout à fait mort. C’est osé.

Lire la suite...

Adapter « Couleurs de l’incendie » : le récit d’une infernale vengeance féminine…

En évoquant en 2013 une rocambolesque escroquerie aux monuments aux morts dans « Au revoir là-haut », Pierre Lemaître signait un chef-d’œuvre, salué notamment du Prix Goncourt. Adapté brillamment tant par Christian De Metter (album paru chez Rue de Sèvres en 2015) que par Albert Dupontel (film en 2017), le roman pouvait laisser espérer une suite…de fait déjà imaginée par son auteur. Dans « Couleurs de l’incendie », de nouveau adapté par Christian De Metter, l’on retrouvera Madeleine Péricourt en héroïne inattendue, plongée dans un imbroglio politico-financier à la fin des années 1920. Non sans drames ni vengeances dignes de Dumas ou Balzac… Ni correspondances avec l’actualité et la question de la place des femmes dans notre société, encore un siècle plus tard.

Lire la suite...

Une sélection de belles couvertures, pour le début de 2020…

2020, très officiellement qualifiée d’« Année de la BD », s’annonce déjà avec son lot de nouveautés et de premiers plats inédits, vecteurs d’espérances et d’attentes insoutenables. Clés de la stratégie éditoriale, plusieurs somptueuses couvertures nous incitent à surveiller avec un peu plus d’intérêt la parution de certains albums : voici donc, comme à chaque semestre, une sélection (parfaitement subjective) de beaux visuels à venir au sein de la production franco-belge. Classé chronologiquement, cet avant-goût met à l’honneur une dizaine de titres que nous évoquerons naturellement plus en détails au cours des semaines à venir… Très bonnes fêtes de fin d’année à tous nos lecteurs !

Lire la suite...

F’murr et son chevalier à la triste figure

Avec F’murr (1946 – 2018), auteur du célébrissime « Génie des alpages », l’humour noir et absurde, la dérision et les clins d’œil littéraires ou historiques ont toujours la part belle ! Aussi, lorsque le piteux chevalier qu’ils viennent de recueillir débute le récit de ses malencontreuses péripéties, ses compagnons de route – pas plus que le lecteur – ne s’attendent à une geste digne des belles légendes arthuriennes… Ce seigneur de camelote va de fait enchaîner les pires déboires, entre digressions loufoques et pensées poétiques. Actuellement réédité par Dargaud, ce titre (initialement paru en 1990 chez Casterman) avait été distingué par un Alph-Art de l’humour lors du Festival d’Angoulême en 1991.

Lire la suite...

Le roman graphique de la littérature : déchiffrez des lettres !

284 pages ! Il fallait bien cette somme graphique et documentaire pour synthétiser, à travers une trentaine de portraits, cinq siècles de notre prestigieuse histoire littéraire. Professeure de français, Catherine Mory a trouvé le ton juste pour retracer la vie de Rabelais, Molière, Zola ou Camus… non sans humour ni anecdotes inattendues. Au dessin, Philippe Bercovici fait merveille dans un style sachant judicieusement lier la fantaisie aux tonalités plus sérieuses de la bd reportage. De textes en bulles, les grands auteurs du XVIe au XXe siècle sont ici à l’honneur…

Lire la suite...
Page 3 sur 39« 1 2 3 4 5 »