L’Art de …

La ferme se rebelle dans « L’Arche de Néo T1 » !

Tout n’est pas rose pour le porcelet nain Néo, dont l’ex-carrière de modèle est maintenant digne de sa queue en tire-bouchon. Réfugié dans une Z.A.D. (zone à défendre), mais délogé par les forces de l’ordre, il est devenu copain comme cochon avec la vache laitière Renata, Bruce le bœuf des Highlands, Ferdinand la poule (qui se prend pour un coq…) et la brebis bretonne Soizic. La seule crainte de ce petit troupeau improvisé ? L’Abattoir. Voici une nouvelle série bucolique qui pousse à réfléchir sur le sort réservé aux animaux : dans les rapports particuliers tissés avec le vivant sur Terre, l’animal est-il l’égal de l’homme ?

Lire la suite...

« Les Pestiférés » : quand la Provence de Pagnol verse dans le récit peste-apocalyptique !

En 1720, alors qu’une nouvelle et grande épidémie de peste frappe Marseille, la communauté dirigée par Maître Pancrace tente de survivre sur les hauteurs de la ville. Pour se faire, il faudra beaucoup d’astuces, alors que l’ennui et la peur commencent bientôt à dérégler les mœurs des bonnes gens… Œuvre posthume et mal connue de Marcel Pagnol, « Les Pestiférés » ressuscitent dans une version aboutie inédite : dessinée avec talent par Samuel Wambre, cette passionnante fable historique prend tout son sens sous l’angle du manifeste politique.

Lire la suite...

Les derniers jours de la peine de mort : un combat historique pour Badinter

En 1972, l’avocat Robert Badinter assiste, impuissant, à l’exécution par guillotine de Roger Bontems, simple complice de l’assassin Claude Buffet lors d’une prise d’otages sanglante. Révolté par cette injustice, le juriste va entamer un long combat pour l’abolition définitive de la peine de mort. Lorsque débute en 1976 le procès de Patrick Henry, ravisseur et tueur d’un enfant de huit ans, Badinter tente l’impossible : convaincre l’opinion publique que la peine capitale ne résout rien et replacer les jurés face à leurs terribles responsabilités. En 128 pages décrivant tour à tour les procès emblématiques de Badinter et son accession au poste de garde des sceaux, cet album au style BD reportage retrace un pan essentiel de l’histoire judiciaire française. Une indispensable lecture !

Lire la suite...

« Milady ou le mystère des mousquetaires » : le masque et l’épée…

Entré dans la légende littéraire (depuis sa parution en 1844) comme l’archétype du récit de cape et d’épée, « Les Trois mousquetaires » d’Alexandre Dumas a immortalisé les noms de d’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis. Destiné à sauver l’honneur d’Anne d’Autriche en s’opposant aux manigances et aux hommes du cardinal de Richelieu, notre quatuor affrontera également la belle et énigmatique Milady de Winter. Mais au fait : et si ce personnage était la véritable héroïne de l’intrigue, sorte de fil rouge dissimulé entre les lignes dans un but féministe et révolutionnaire ? Partant de ce postulat, les auteurs effectuent une relecture passionnante, où la fiction et le réel croisent le fer de fine manière…

Lire la suite...

« Guernica », guerre et paix selon Bruno Loth

Le 26 avril 1937, en pleine guerre d’Espagne, un déluge de feu s’abat sur la ville basque de Guernica. Les bombardements et destructions provoquées par l’aviation franquiste entrent dans l’histoire, terrifiante, de ce que les hommes peuvent faire aux hommes, sinistre prélude à l’holocauste durant la Seconde Guerre mondiale. Retraçant avec pédagogie les faits dans un one-shot de 70 pages, Bruno Loth raconte aussi le symbole : comment Pablo Picasso, cherchant à dénoncer le conflit, trouvera ici matière à créer un chef-d’œuvre engagé et intemporel…

Lire la suite...

« Arthus Trivium », la fantastique alchimie…

Apparue en janvier 2016 avec « Les Anges de Nostradamus », « Arthus Trivium » s’est rapidement imposée comme l’une des plus impressionnantes créations récentes des éditions Dargaud, sublimée par les compositions dantesques et baroques de l’hispanique Raule. Déroulée dans le cadre français et renaissant du XVIe siècle, l’action oppose les disciples (Arthus, Angélique et Angulus) de l’astrologue Nostradamus à des forces surnaturelles, entre peste noire et superstitions paysannes. Ce quatrième opus vient clore le deuxième cycle entamé au tome précédent : tandis qu’Angélique et Angulus enquêtent dans l’atelier du peintre Caron, Arthus et le jeune César font devoir faire face à la redoutable sorcière Mélusine… et son armée invisible de femmes assoiffées de vengeance contre la gente masculine !

Lire la suite...

« Hope One », l’espace en huis-clos…

2020. Après 49 ans de sommeil, Megan Raush s’est réveillée à bord du Hope, un vaisseau en orbite géostationnaire autour de la Terre. Il n’existe aucun autre signe de vie humain, mis à part Adam, son seul partenaire à bord… Sans souvenirs, paranoïaque, la jeune passagère se questionne sur le cataclysme ayant ravagé la planète bleue. Dans ce diptyque programmé sous forme d’un huis-clos haletant, ‘Fane sonde les lueurs de l’âme humaine : dans l’espace, personne (ou presque) ne vous observera devenir fou !

Lire la suite...

« Aristophania T1 » : la French Fantasy selon Xavier Dorison…

Prolifique scénariste (« W.E.S.T. », « Long John Silver », « Les Sentinelles » ou « Undertaker »), Dorison innove depuis quelques mois avec des projets tournés vers d’autres genres que l’aventure ou le western : outre l’animalier « Le Château des animaux » (dessin de Félix Delep) initié en décembre 2017 sous forme de gazette (la sortie de l’album est prévue au printemps 2019), voici donc surgir le premier opus d’une saga en quatre volumes conjuguant la magie et le réalisme ouvrier marseillais de la toute fin du XIXe siècle. Dessinée par Joël Parnotte, « Aristophania » est une réussite qui emmène notre âme (torturée…) d’enfant vers un imaginaire digne des « Animaux fantastiques » de J.K. Rowling ou de « Peter Pan » selon Loisel.

Lire la suite...

« Révolution T1 : Liberté » : une fresque magistrale pour revivre 1789…

Premier volume d’une trilogie sur la Révolution française, « Liberté » ressuscite avec panache 1789 en se promenant dans tous les étages de la société. Avec ses 328 pages représentatives des foules, grandes figures et décors d’époque, la fresque est grandiose. Après cinq de travail à quatre mains, les auteurs entament avec ce volume une fresque d’une folle ambition (1000 pages !), évocatrice des événements de 1789 à 1794. Au plus près du bas peuple et d’un tumulte insurrectionnel porteur des désespoirs ou des espérances, l’ouvrage trouve de troublants échos dans le contexte social actuel, 230 ans après la prise de la Bastille…

Lire la suite...

Il y a un nouveau mystère à Paris avec « Les Métamorphoses 1858 » !

Dans le Paris pré-haussmannien de l’été 1858, trois jeunes femmes disparaissent dans l’indifférence. Le détective amateur Stanislas Andrzej et son ami Joseph, médecin de profession, se lancent dans une enquête complexe et risquée. Premier projet de ses auteurs ( Alexie Durand et Sylvain Ferret) publié par Delcourt, « Les Métamorphoses 1858 » ne cachent pas ses influences fantastiques et feuilletonnesques. L’étrange et le morbide sont présents au détour de chacune des pages de ce riche premier volet d’un triptyque annoncé. Autopsie de l’album dans les lignes suivantes…

Lire la suite...
Page 3 sur 35« 1 2 3 4 5 »