L’Art de …

« Monet, nomade de la lumière » par Efa et Salva Rubio

En 1923, assisté de son ami Clémenceau, le célèbre peintre Claude Monet subit une délicate opération des yeux. Alité et affaibli, le convalescent se souvient… Dès lors, en 90 planches d’une extrême sensibilité, Salva Rubio et Efa décrivent une vie plurielle : du Salon des Refusés au mouvement des Impressionnistes, du jeune peintre désargenté au grand bourgeois tutoyant les huiles, du mari à l’amant. Devenu le chef de file d’un mouvement qui allait bouleverser la vision de la peinture au XIXe siècle, Monet restera fidèle à son unique quête : celle de la lumière absolue, qui viendra éclairer toute son œuvre de sa perfection.

Lire la suite...

« Les Gueules rouges » par Eddy Vaccaro et Jean-Michel Dupont

En juillet 1905, la vie quotidienne des mineurs du valenciennois est perturbée par un événement hors-normes : la venue du célèbre cirque de Buffalo Bill, lequel effectue alors une vaste tournée européenne. Gervais, un jeune galibot, va vivre à sa façon cette aventure du western transposée au pays de « Germinal ». Une épopée décalée qui vire bientôt au drame lorsque des Indiens sont accusés du meurtre sauvage d’un enfant…

Lire la suite...

« Henriquet : l’Homme-reine » par Richard Guérineau

Henri III, dernier des Valois, fut un roi chahuté par les troubles politiques et religieux jusqu’à sa fin tragique en août 1589. Un roi ? Non : une reine ! Voilà du moins l’image ironique qu’en a laissée l’Histoire, entre haine et fascination pour ce monarque à l’étrange personnalité, hésitant entre politique inflexible et attrait homosexuel pour ses « mignons ». Faisant suite à son retentissant portrait de « Charly 9 » (adapté de Jean Teulé ; paru en novembre 2013), Richard Guérineau s’empare de ce sujet vénéneux dans un one-shot dantesque de 192 pages, truffé de références, de sang, de bons mots et d’ironie. Une mine pour qui s’intéresse à cette période fascinante où vouloir gouverner la France était déjà (sic) mission impossible…

Lire la suite...

« Ma guerre de La Rochelle à Dachau » par Tiburce Oger

Engagé en 1943 dans la brigade « Liberté » des FTP de La Rochelle, Guy-Pierre Gauthier sera arrêté puis déporté à Dachau en juillet 1944. Jour après jour, souffrance après souffrance, l’homme se bat pour rester un homme, et survivre… Ayant réussi depuis 2015 à lever le voile mémoriel sur l’indicible, Tiburce Oger a pu raconter dans un solide one-shot de 80 pages les épreuves vécues par son grand-père. Soixante-dix ans après, l’incroyable destin du déporté n’a rien perdu de sa force. Une lumière et un témoignage essentiel, à mettre en parallèle de l’actuelle exposition consacrée à la représentation de la Shoah en bande dessinée (19 janvier – au 30 octobre 2017).

Lire la suite...

« L’Amour est une haine comme les autres » par Lionel Marty et Stéphane Louis

Vers la fin des années 1920 en Louisiane, Abe le « Noir » et Will le « Blanc » sont devenus amis pour la vie, en dépit d’un monde sudiste en proie au racisme le plus acerbe. Vingt ans plus tard, les deux compères auront désormais à faire face à d’autres épreuves, dont les exactions du Ku Kux Klan et l’amour de Will pour Lady Gwendoline, elle-même héritière de la haine… Installé dans un contexte historique et culturel pour ainsi dire toujours d’actualité, ce nouveau one-shot du label Grand Angle frappe fort et pousse indéniablement à la réflexion sur la question de l’intolérance au quotidien.

Lire la suite...

« La Gloire d’Héra – Tirésias : édition complète » par Christian Rossi et Serge Le Tendre

Parue en 1996 chez Casterman en un unique volume de 77 pages, « La Gloire d’Héra » constituait une fascinante relecture de la mythologie grecque qui aura connue par la suite d’étonnantes tribulations. Scindée en 2002 en deux volumes (intitulés « L’Homme le plus fort du monde » et « À Mycènes »), l’aventure fut surtout revue et corrigée pour atteindre les 96 planches. Désormais réunis chez Dargaud en un volume intégral agrémenté de nombreux dessins inédits et complété par « Tirésias » (deux volumes initialement parus en 2001 chez Casterman), les différents récits permettent de se questionner sur des thèmes éternels : que faire de l’honneur, de la sexualité, de l’amitié ou du sacrifice de soi quand les dieux de l’Olympe (notamment Héra et Zeus) se jouent cruellement des hommes ? Retour sur une saga mythique de Serge Le Tendre (« La Quête de l’oiseau du temps », « Golias ») et Christian Rossi (« Jim Cutlass », « W.E.S.T. »)…

Lire la suite...

« Collaboration horizontale » par Carole Maurel et Navie

De nos jours, une grand-mère raconte à sa petite-fille son grand amour de jeunesse : c’était en 1942, et une passion irrépressible venait de naître entre Rose, une femme mariée élevant seule son petit garçon, et Mark, un officier allemand travaillant aux services de renseignement. Autour d’eux, c’est le destin de tout un immeuble qui se joue, dans le douloureux quotidien de l’Occupation. Deux autrices, Navie et Carole Maurel, signent avec une grande subtilité ce récit entre héroïsme, beauté, espoir et trahison…

Lire la suite...

« Duke T1 : La Boue et le Sang » par Hermann et Yves H.

De « Comanche » (débuté en 1969 avec Greg) à « Sans Pardon » (2015) en passant par « Dylan Stark » (1968) et la relecture du genre que constitue l’entièreté de la série SF « Jeremiah » (de 1979 à nos jours), Hermann n’a finalement jamais quitté les grands espaces du western. Il le prouve une nouvelle fois ce mois-ci avec le premier opus d’une nouvelle série, « Duke », scénarisé par Yves H. et publié au Lombard lors d’un 44e Festival d’Angoulême dont Hermann assure également la présidence. En tant que shérif adjoint d’une bourgade minière du Colorado, Duke a fort à faire pour endiguer la montée de la violence : or, voici que les hommes de main de Mullins, le puissant propriétaire de la mine d’or locale, viennent de commettre l’irréparable en tuant la femme et la fille d’un ouvrier…

Lire la suite...

« Le Spirou de… T11 : Le Maître des hosties noires : » par Olivier Schwartz et Yann

Spirou au Congo ! L’image, référentielle, symbolique et un rien parodique, vaut à elle seule le détour… Bouclant l’aventure débutée en 1946 dans « La Femme-léopard » (paru en mai 2014), Yann et Schwartz content avec un plaisir évident les tribulations de nos héros. Voici donc Spirou, Spip et Fantasio partis accompagner la belle Aniota jusque dans l’ex-colonie belge pour y rapporter un précieux fétiche. Sur leur route se dressent un dictateur africain entouré de savants pas tout à fait dénazifiés et désireux d’atomiser Bruxelles, ainsi que le bon père Lebouc, un missionnaire aux méthodes parfois peu catholiques ! Ampli de nostalgie et d’humour, ce récit (de 64 pages très denses) n’oublie pas d’évoquer avec gravité le racisme ou l’exploitation contrainte du continent noir…

Lire la suite...

« La Machine à explorer le temps » par Mathieu Moreau et Dobbs

De 1895 à 1898, le britannique H.G Wells popularise en quelques années les plus grands thèmes de la science-fiction contemporaine. Considéré dès lors comme le père fondateur (avec Jules Verne) du roman d’anticipation, l’auteur demeure une référence inégalée dans la production culturelle actuelle : 70 ans après sa disparition en 1946, les éditions Glénat réadaptent ses œuvres les plus emblématiques dans une collection dédiée. À commencer par « La Guerre des mondes » (prévu en 2 tomes ; dessin de Vincente Fuentes) et « La Machine à explorer le temps » (dessin de Mathieu Moreau), deux titres scénarisés par Dobbs…

Lire la suite...
Page 2 sur 24« 1 2 3 4 »