L’Art de …

On the « Dixie Road », Again !

Dans l’Amérique en crise des années 1930, Dixie et ses parents vivent une existence précaire, ballotée entre luttes syndicales, pillages de banques, ségrégation raciale et conflits familiaux. En quatre tomes parus chez Dargaud (1997 à 2001) et de nouveaux réunis ce mois-ci dans une belle intégrale, Jean Dufaux et Hugues Labiano nous racontaient avec noirceur toute une époque : celle de l’American Way of Lif, recherche souvent illusoire et menant tout droit aux « Raisins de la colère »… Assurément un incontournable, à redécouvrir.

Lire la suite...

Alix, dans les pas de Jacques Martin en Suisse : qu’il était vert, mon Valais !

Envoyés par César en Helvétie pour tenter de rallier les peuples à la cause romaine, Alix et Enak vont devoir affronter les fantômes du passé, lourd héritage d’un territoire… qui ne connaît pas encore la neutralité. Pour ce 38e tome, nouvelle réalisation du duo Mathieu Bréda – Marc Jailloux, les manigances et tractations politiques sont au cœur d’une intrigue qui demeure très fidèle à la ligne claire et aux longs dialogues de Jacques Martin. Profitant de paysages naturels (montagnes, forêts et lacs) venus remplacer les habituels décors romains, cet opus de la série culte se suivra avec un grand plaisir. Les plus curieux pourront prolonger cette belle découverte de la Suisse antique avec le documentaire « Les Voyages d’Alix : L’Helvétie » (Christophe Goumand et Marco Venanzi), publié en parallèle par Casterman.

Lire la suite...

Le retour de Blueberry : antihéros amer(icain) selon Sfar et Blain…

31 octobre 1963 : dans Pilote, Jean-Michel Charlier et Jean Giraud (sous le diminutif de Gir) lancent un nouvel antihéros westernien adoptant le profil de Jean-Paul Belmondo avec « Fort Navajo ». 29 albums cultes plus tard, la série est entrée au panthéon du genre western… et du 9e art tout entier. Un film (en 2004, par Jan Kounen) et diverses séries dérivées (« La Jeunesse de Blueberry », relancée en 1985 ; « Marshall Blueberry » en 1991) n’y feront cependant rien : qu’ils soient frileux ou impatients, de nombreux lecteurs espéraient voir un jour une reprise digne de ce nom pouvoir rivaliser avec le talent du duo Charlier/Giraud. Surprise depuis quelques mois, voici que Dargaud offre un chemin détourné dans la sierra avec ce premier tome surtitré comme jadis : « Une aventure du Lieutenant Blueberry ». Dans le style qui est le leur, Joann Sfar et Christophe Blain (interviewé en fin d’article) associent leurs savoir-faire pour rendre hommage au héros mythique via une histoire qui sera à suivre sur deux tomes. Le récit, crépusculaire à souhait, est à la hauteur des ambitions : 64 pages à découvrir en couleurs le 6 décembre… et en noir et blanc dès le 22 novembre !

Lire la suite...

« Gilgamesh » : quand l’amitié est une épopée…

Quel fut le premier récit épique de l’histoire humaine ? Réponse : « L’Épopée de Gilgamesh », rédigée en sumérien au troisième millénaire avant J.-C. et narrant les exploits du roi de la cité d’Uruk, située dans l’Irak actuel. Bien avant « L’Iliade » et « L’Odyssée » (datées du VIIIe siècle avant J.-C.) ou… « Game of Thrones », voici que la collection La Sagesse des mythes se plonge de manière inédite dans la mythologie mésopotamienne. Pourtant, n’est pas héros qui veut : certes hors du commun, le tyrannique Gilgamesh va néanmoins devoir apprendre à composer avec l’envoyé des Dieux, Enkidu. Ainsi naissent les rivalités… ou les amitiés.

Lire la suite...

« La Trilogie marseillaise » débute chez Bamboo avec « Marius »

Lancée en 2015 sous le label Grand Angle (Bamboo), la collection Marcel Pagnol en BD permet aujourd’hui de retrouver l’un des plus grands classiques de l’enfant d’Aubagne : « Marius », premier acte théâtral de la « Trilogie marseillaise » (avec « Fanny » et « César ») retrouve sous le trait dynamique de Sébastien Morice toute sa lumière méditerranéenne. Obnubilé par son attirance pour les destinations lointaines, le fils du cafetier César – patron du Bar de la marine – ne voit pas l’amour que lui porte Fanny, la marchande de coquillages. Afin de rendre Marius jaloux, elle se laisse courtiser par Panisse, un vieil ami de César… Le premier pas d’une tragédie qui verra l’amour et la jeunesse sacrifiés au profit des conventions sociales et d’un honneur illusoire.

Lire la suite...

Corto Maltese, la ballade du temps jadis

Depuis l’automne 2015, Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero ont ressuscité Corto Maltese en marchant dans les pas de son créateur-voyageur, Hugo Pratt. Après une rencontre avec Jack London en Alaska (« Sous le soleil de minuit ») et une excursion dans les tropiques et les trafics africains (« Équatoria », 2017), voici revenir le célèbre marin maltais sous les latitudes du Pacifique. Souvenons-nous : dans l’inaugural et mythique « La Ballade de la mer salée », victime de mutins et laissé à la dérive, Corto surgissait attaché à une croix flottante entre les îles Fidji et Marshall. Avec Raspoutine, il allait ensuite rejoindre l’inquiétant Moine sur la mystérieuse (et imaginaire) Escondida. Offert en guise de préquelle, « Le Jour de Tarowean » suit le sillage et la genèse de cette grande aventure maritime…

Lire la suite...

« La Bataille du cratère » : un album explosif pour « Les Tuniques bleues » !

Avec 22 millions d’albums écoulés depuis sa création dans Spirou en août 1968, « Les Tuniques bleues » imaginées par Raoul Cauvin, Louis Salvérius, puis Willy Lambil, n’ont jamais vraiment cessé de revisiter la guerre de Sécession sous tous les angles. Dans ce 63e tome, le tragique conflit entre le Nord et le Sud redevient plus que jamais le thème central d’une série qui s’apprête par ailleurs à vivre un grand moment de sa propre histoire : son célèbre scénariste, interviewé en fin d’article, tirera sa révérence en 2020, après un ultime album : sans Cauvin, Blutch et Chesterfield arriveront-ils à se remettre en selle pour de nouvelles aventures, ou resteront-ils à jamais perdus dans la terrifiante « Bataille du cratère » ?

Lire la suite...

Ferri et Conrad ont trouvé une nouvelle cheffe de fille pour les 60 ans d’Astérix !

Astérix est un monument de l’édition francophone, et plus encore en cette année 2019 qui marque d’un obélisque blanc les soixante ans de la création du héros par Goscinny et Uderzo ! Pour leur quatrième réalisation après « Astérix chez les Pictes » (2013), « Le Papyrus de César » (2015) et « Astérix et la Transitalique » (2017), Jean-Yves Ferri et Didier Conrad (interviewés en fin d’article) accompagnent en conséquence avec « La Fille de Vercingétorix » (le 24 octobre) un univers foisonnant, qui ne cesse de s’enrichir d’hommages ou de nouveautés, comme en témoigne encore la création d’une série d’animation télévisuelle centrée autour d’Idéfix. Pour ce nouvel opus, 38e tome de la saga traduit en 15 langues et imprimé en 5 millions d’exemplaires, nos fiers héros vont devoir protéger la fille du célèbre chef gaulois Vercingétorix, le vaincu d’Alésia. Parions que cette adolescente, traquée par les Romains, risque bien de provoquer quelques bouleversements intergénérationnels dans le village des irréductibles…

Lire la suite...

Toute honte nue, variations sur un sentiment ambivalent…

Un livre original, mêlant courts textes de Nelly Maurel et piquantes citations d’auteurs sur la honte, illustrés par des dessins inédits de Juillard.
Provenant d’un projet collectif de publication hybride (« mook ») avec portfolio, finalement abandonné, il interroge ce sentiment si répandu et riche sous de multiples facettes. On sourit et on approuve souvent à la lecture de cet objet littéraire et graphique non identifié.

Lire la suite...

Sherlock Holmes : une affaire d’identité selon Brunschwig et Cécil…

Le 4 mars 1891, Sherlock Holmes devient un mythe en disparaissant dans les chutes suisses du Reichenbach avec son ennemi juré, le professeur Moriarty. Mais, pour le docteur Watson comme pour Mycroft Holmes ou Wiggins, un profond doute subsiste : qui était au juste ce détective, dont la réalité semble troublante ? Remontant le fil de son intrigant passé, l’enquête désacralise le résidant du 221 B Baker Street en plongeant dans ses secrets de famille. Lancée en 2006, la série se fond avec une grande habileté entre les lignes canoniques d’Arthur Conan Doyle : évoluant, enfant, dans l’ombre de son frère aîné, comment Sherlock est-il devenu « Holmes » ? Interview du scénariste Luc Brunschwig en fin d’article…

Lire la suite...
Page 1 sur 361 2 3 »