L’Art de …

« M.O.R.I.A.R.T.Y » : une série à toute vapeur !

1899, Londres, Sherlock Holmes… et un mystérieux automate friand de poker. Dans cet univers steampunk, le monstrueux Hyde dévaste une fumerie d’opium tandis que le machiavélique professeur Moriarty prépare en secret une armée de surhommes. Lancée avec ces ingrédients depuis septembre 2018 chez Delcourt, la série « M.O.R.I.A.R.T.Y » est une trépidante variante du canon holmesien qui fait mouche : haletante, l’intrigue fait comme il se doit de nombreux clins d’œil aux fans du mythique détective créé par Arthur Conan Doyle en 1887. Si les deux premiers tomes avaient été dessinés par Stevan Subic, le nouvel album paru ce mois-ci inaugure un deuxième diptyque sous les crayons de Gess. Notre détective préféré doit, cette fois-ci, arrêter un voleur aux multiples avatars : auteur d’extravagants larcins commis lors des étapes d’une grande course autour du monde en ballon…

Lire la suite...

« Le Convoyeur T1 : Nymphe »: un post-apocalyptique de rouille et d’os…

Dans un futur pas si éloigné de notre réalité, une pandémie inattendue a renvoyé la civilisation moderne au temps de la féodalité : un virus – surnommé la rouille – a oxydé tous les métaux, réduisant à néant les grandes infrastructures, les véhicules ou les nouvelles technologies… Dans ce monde brutal et incertain, l’énigmatique Convoyeur incarne encore l’espoir, en acceptant de remplir toutes les missions qu’on lui confie, quels qu’en soient les risques. Dressant un univers post-apocalyptique puissant et crédible, Tristan Roulot et Armand frappent forts : lancé dans le premier tome de cette trilogie, leur « Convoyeur » n’attend que de poursuivre sa route envers et contre tout, cash et trash, quelque part entre « Mad Max », « Jeremiah » et « Ken le survivant »…

Lire la suite...

Hippolyte, Vincent Zabus et la sensibilité de l’enfance : c’est « Incroyable ! »…

Dans la Belgique des années 1980, Jean-Luc, un petit garçon solitaire, hypocondriaque et souffrant de TOCs, se réinvente un monde où cohabitent acariens, fantômes du passé, désir de bien faire à l’école… et envie de rencontrer le roi des Belges. Ce dernier, il en est persuadé, peut l’aider à trouver le sujet de son prochain exposé ! Confrontant rêve et âpreté du monde, Vincent Zabus et Hippolyte (« Les Ombres », Phébus 2013 et Dargaud 2020) réinventent le conte philosophique, glissant délicatement du théâtre à la planche en suivant une tendre ligne graphique digne de Sempé.

Lire la suite...

Quand Jim nous envoie quelques bons baisers (nocturnes) de Rome…

Tels d’éternels amoureux, à 20 ans, Raphaël et Marie s’étaient promis, quoi qu’il advienne de leur vie, de passer la nuit de leurs quarante ans ensemble, à Rome. Réalisé par Jim en 2012 et 2013 (sous le label Grand Angle des éditions Bamboo), le premier cycle renouait ainsi avec le charme du temps passé et des souvenirs heureux, teintés par l’amertume de l’âge… Mais les deux amants, entre amis, familles et moments de solitude, n’en étaient pas restés là : ils avaient ambitionné de se revoir pour fêter leurs 50 ans ! Où ça ? À Rome, bien sûr. En 2018, l’auteur démarrait un deuxième cycle de sa remarquable série, qui trouve ce mois-ci son dénouement dans un (ultime ?) quatrième opus. L’occasion d’effectuer en sa compagnie une dernière balade sous les lumières chaudes de la dolce vita italienne, où pétillent quelques bulles noires, à jamais mélancoliques…

Lire la suite...

« Une amitié singulière » : une fascinante affaire de style selon Floc’h et Rivière

Initiée dans Pilote en 1977 avec « Le Rendez-vous de Sevenoaks », la série « Albany & Sturgess » s’est poursuivie jusqu’en 2006, avec une prédilection marquée pour la scène littéraire britannique, le récit policier et les ambiances feutrées, détourées façon ligne claire et Agatha Christie. La copieuse intégrale (408 pages) proposée par Dargaud ce printemps rassemble la célèbre « Trilogie anglaise », les nécrologies « À propos de Francis par Olivia Sturgess » et « Olivia Sturgess 1914-2004 », le catalogue d’exposition « Collection Albany–Sturgess » ainsi que les trois volets de « Blitz ». Tissant un récit sous l’influence du nouveau roman, jouant en permanence sur la porosité entre fiction et monde réel, Floc’h et Rivière ont réalisé une œuvre sans équivalent dans la bande dessinée francophone : d’une rare élégance, leurs héros-qui-n’en-sont-pas nous ramènent sans cesse au coupable plaisir initial, celui d’aimer lire… Au coin du feu, avec une coupe d’english tea de préférence.

Lire la suite...

« L’Homme qui tua Chris Kyle » : Nury et Brüno dans la ligne de mire…

Les États-Unis ont leurs mythes et leurs héros, volontiers armés et prompts à défendre la bannière étoilée. Et puis vint le cas Chris Kyle, le sniper le plus redoutable de l’armée américaine avec 160 ennemis tués confirmés, qui avait toutefois raccroché son fusil d’élite en 2009. En 2013, la « Légende » est subitement tuée au Texas par l’un de ses compatriotes sur un stand de tir… Adapté au cinéma en 2015 par Clint Eastwood dans « American Sniper » (avec Bradley Cooper dans le rôle titre), le récit de ces exploits guerriers n’est pas sans ambiguïtés ni équivoques. Derrière la violence et le patriotisme, Nury et Brüno évoquent à leur tour l’humain mais aussi l’hybris et les dérives d’une société saturée d’angoisses et de désinformations.

Lire la suite...

James Bond, opération comics ! (troisième partie)

Après avoir évoqué précédemment la chronologie des premières adaptations du mythique James Bond, entre 1957 et 1984 (strips dessinés par John McLusky et Yaroslav Horak), la troisième et dernière partie de notre dossier détaillera cette semaine les divers autres albums et reprises liées au héros d’Ian Fleming. Soit pas moins d’une trentaine d’albums ou de séries – inspiré(e)s ou non par les romans et les films – voyant 007 affronter les pires ennemis, dinosaures compris ! Ces titres, nombreux mais curieusement peu traduits en français, ne demeurent majoritairement trouvables jusqu’à ce jour (hormis les derniers parus) que chez les revendeurs ou les bouquinistes spécialisés…

Lire la suite...

James Bond, opération comics (deuxième partie)

En juillet 1958, quatre ans avant que Sean Connery n’immortalise James Bond sur le grand écran face au cruel Dr. No, les lecteurs du très britannique Daily Express avaient pu avoir la primeur des missions de 007 grâce à une intense série de strips quotidiens. Adaptant le créateur Ian Fleming, les scénaristes Anthony Hern puis Henry Gammidge, associés au dessinateur John McLusky, avaient donné toute la mesure graphique du désormais célèbre agent, de l’introductif « Casino Royale » jusqu’à « On ne vit que deux fois », aventure japonisante dont la publication s’était achevée le 8 janvier 1966. La direction du Daily Express, qui cherche alors à moderniser la série, va engager Jim Lawrence et Yaroslav Horak. Leur première adaptation entre à son tour dans la grande légende de la bande dessinée mondiale : ce sera « L’Homme au pistolet d’or », lancé à la suite des strips de McLusky dès janvier 1966… Retour cette semaine, pour la deuxième partie de notre dossier déclassifié, sur la trentaine de récits (adaptations ou missions inédites) mis en scène par Lawrence et Horak jusqu’au début des années 1980.

Lire la suite...

James Bond : opération comics ! (première partie)

De « James Bond contre Docteur No » en 1962, jusqu’au prochain « Mourir peut attendre » (le 25e film de la saga, dans une longue série produite par EON, United Artists et Sony, a vu sa date de sortie reportée en novembre 2020), le succès populaire et critique remporté au cinéma par l’agent 007 (incarné par 8 interprètes à l’écran) est devenu plus que légendaire. Cette véritable licence – la plus longue et la plus rentable de tous les temps, avec plus de 7,1 milliards de dollars de recettes rien que pour les films – basée sur les 12 romans et 9 nouvelles initialement rédigées par Ian Fleming entre 1953 et 1965, aura su transmuer son univers en déclinaisons fructueuses : des centaines de jouets, de jeux de rôle, de jeux vidéo, d’ouvrages originaux dont, bien sûr, des comics… Très curieusement, ces derniers sont actuellement quasi-indisponibles en France depuis plusieurs années, à l’inverse de l’actif marché des republications et nouveautés anglo-saxonnes, relancé ces dernières années jusque chez Delcourt ! Rien que pour vos yeux, voici la première partie d’un copieux dossier chronologique (mis en ligne à l’origine fin 2015 et amplement remis à jour aujourd’hui) enfin dédié à ces « James Bond Comics », des années 1950 à nos jours…

Lire la suite...

« Surplouf » par Jean Cézard : quand le pirate rit !

Apparu le 1er octobre 1973 dans Pif gadget (n° 240), le « Surplouf » de Jean Cézard est une évidente parodie des aventures maritimes vécues par Robert Surcouf (1773 – 1827), corsaire redouté et qui deviendra l’un des plus puissants armateurs de Saint-Malo. Dans cette dynamique série, c’est un adolescent qui se retrouve à la tête d’un savoureux équipage d’enfants, à bord du galion La Belle Émilie. Qu’il s’agisse de libérer un prisonnier des geôles de Sir Grotif, le gouverneur de la Barbade, ou de ravir un trésor sous le tricorne du vil capitaine Carnass, la petite troupe farceuse n’en finit plus de renverser les codes du genre, à grands coups de canons et autant de salves rigolotes…

Lire la suite...
Page 1 sur 391 2 3 »