L’Art de …

Tintin aux couleurs de l’Amérique

Dans le prolongement des deux précédentes mises en couleur de « Tintin au pays des Soviets » (2017) et « Tintin au Congo » (2019), les éditions Moulinsart proposent ce mois-ci de redécouvrir la version originale de « Tintin en Amérique » entièrement colorisée, 89 ans après sa première publication dans Le Petit Vingtième. En parallèle, le toujours érudit Philippe Goddin livre la monographie « Hergé, Tintin et les Américains » : un passionnant décryptage de 240 pages illustrées qui permettent de mieux comprendre cette aventure, triplement marquée par son rythme cinétique effréné, ses références historiques et les passions de son auteur. Les lecteurs découvriront notamment comment, à travers ses propres courriers et voyages effectués aux États-Unis, Hergé s’était cultivé sur des tribus amérindiennes qu’il cherchait à défendre contre toutes les formes d’ostracisation…

Lire la suite...

Blake et Mortimer, tout feu tout flamme face au « Cri du Moloch » !

Un nouveau « Blake et Mortimer » est toujours un événement littéraire monstre, et ce n’est pas ce 27e opus, titré d’un fantastique et rugissant « Le Cri du Moloch », qui nous fera penser autrement ! Pour cette suite directe de « L’Onde Septimus » (T22, paru en 2013), album qui prolongeait lui-même la mythique « Marque jaune » (T5, 1956), le scénariste Jean Dufaux renoue avec les tensions psychologiques et universelles. Alors que, contre toute attente, Olrik s’était sacrifié une première fois pour déjouer une menace extraterrestre, au risque d’y laisser sa santé mentale, voici que Londres est de nouveau inquiétée. Le sombre pilote alien d’un vaisseau Orpheus, baptisé du surnom biblique de Moloch par les scientifiques qui l’ont recueilli, inquiète en effet Blake et Mortimer au plus haut point… À moins qu’Olrik ne prenne une nouvelle fois de vitesse nos deux héros ? Dessinée par Christian Cailleaux et Étienne Schréder, l’aventure s’inscrit dans la veine des récits les plus science-fictionnels d’E.P. Jacobs, tout en s’interrogeant sur le rôle traditionnellement attribué à chacun de ses principaux protagonistes…

Lire la suite...

Hélène Jégado, dite Fleur de tonnerre : arsenic et vieilles dentelles bretonnes…

Dans la très superstitieuse Basse-Bretagne des débuts du XIXe siècle, sa mère l’avait surnommée Fleur de Tonnerre. Elle se nommait en réalité Hélène Jégado. Domestique charmante, prostituée compatissante et cuisinière dévouée, elle devint la plus grande tueuse en série de l’Histoire de France ! Avec toute l’amertume de l’arsenic, Jean Teulé a raconté la vie de ce croque-mitaine au féminin dans une biographie romancée parue en 2013. Jürg et Jean-Luc Cornette livrent à leur tour chez Futuropolis une adaptation saisissante de cette morbide réincarnation de l’Ankou…

Lire la suite...

Une trilogie chez Glénat pour faire le tour de De Gaulle !

Débutée en mars 2014 avec « Philippe le Bel », la collection Glénat Ils ont fait l’Histoire ne pouvait à l’évidence faire l’impasse sur le plus impressionnant des chefs d’état de notre Cinquième République. Trois tomes, il n’en fallait pas moins pour narrer le parcours de De Gaulle, de ses débuts à l’école militaire de Saint-Cyr en 1908 jusqu’à sa confrontation aux mutations sociales françaises de Mai 1968 et sa disparition en novembre 1970. Très documentée, cette trilogie permet de comprendre l’homme, le militaire, le résistant, le politique et le mythe, dans une année 2020 qui commémore par ailleurs les 50 ans de la mort de l’illustre général. Un tour de force pour le scénariste Mathieu Gabella (appuyé par l’historienne Frédérique Neau-Dufour), comme pour les dessinateurs Michael Malatini et Christophe Regnault : ce dernier étant notamment en charge de la création des couvertures…

Lire la suite...

« La Mort à lunettes » : un thriller inédit de Philippe Tome !

Disparu à 62 ans, le 5 octobre 2019, le regretté Philippe Tome ne pouvait laisser ses nombreux lecteurs tout à fait seuls… Outre la poursuite du « Petit Spirou » (par Janry) et de « Soda » (par Dan Verlinden, ancien assistant de Janry sur « Le Petit Spirou »), les éditions Kennes publient ce mois-ci deux nouveaux titres : « Rages », une trilogie de science-fiction animalière dessinée par Dan, et « La Mort à lunettes », une fable antimilitariste plongeant dans les racines et les traumas de l’Amérique post-11 septembre. Un récit des fractures et de la ségrégation, relativement intime pour Tome, homme et auteur marqué au fer rouge par son expérience d’ancien officier de l’OTAN.

Lire la suite...

En 2020, « Les Tuniques bleues » sont toujours d’attaque !

Fin juin 2020, l’annonce avait fait l’effet d’une charge de cavalerie dans le paysage franco-belge : vendues depuis 1968 à 20 millions d’exemplaires et traduites en 15 langues, les légendaires « Tuniques bleues » (imaginées par Raoul Cauvin, dessinées par Louis Salverius, puis Willy Lambil) allaient changer d’auteurs, après 50 ans de bons et loyaux services ! Avec ce 65e opus tiré à 105 000 exemplaires, le tandem scénaristique BeKa (Caroline Roque et Bertrand Escaich, interviewés en fin d’article) et le dessinateur Jose Luis Munuera déploient les grands moyens, tout en s’inscrivant dans les codes de la série : en 1861, le journaliste britannique William Russell débarque aux USA sur une mule en tant qu’« Envoyé spécial », afin de décrire les champs de batailles… à charge pour Blutch et Chesterfield de l’escorter au mieux. Marquée par son humour et son dynamisme, cette agréable reprise n’efface en rien le souvenir de Lambil et Cauvin, dont on attendra le 64e tome en 2021 !

Lire la suite...

« Le Menhir d’or » : l’univers Astérix, un chantier enchanté !

Si l’année 2020 a été notablement endeuillée par la disparition (le 24 mars) d’Albert Uderzo, l’univers d’« Astérix », créé depuis 1959 avec René Goscinny, continue fort heureusement de nous servir de potion magique régénérante, par le biais de mille et une annonces. Le 21 octobre, les éditions Albert René republient ainsi l’une des pépites méconnues de la série : le livre disque « Le Menhir d’or », écrit et enregistré en 1967, était devenu introuvable pour nombre de lecteurs et collectionneurs. Antihéros de cette aventure imaginée dans la veine des télé-crochets d’antan, Assurancetourix désire participer à un célèbre concours de chant des bardes gaulois… Une irréductible annonce qui a de quoi faire frémir tout l’empire romain, au-delà de la présence protective d’Astérix et Obélix ! Publié à 100 000 exemplaires, cet album de 48 pages bénéficie en outre d’une nouvelle mise en page et d’une restauration visuelle, suivie fin 2019 par Uderzo en personne. Une occasion en or de rendre hommage au talent des auteurs d’« Astérix », série de bande dessinée franco-belge la plus vendue au monde avec 380 millions d’exemplaires écoulés…

Lire la suite...

« Castelmaure » : Alfred et Lewis Trondheim refont le conte !

Comment naissent les contes et les légendes ? Alfred et Lewis Trondheim nous apportent un truculent et sombre début de réponse avec leur héros mythographe Zéphyrin Loreaux, qui parcourt depuis vingt ans les chemins de tout le pays pour tenter de narrer l’énigmatique Malédiction de Castelmaure. Conjuguant à la manière d’un puzzle narratif la quête de leur narrateur, les mésaventures du roi Éric ou la destinée de protagonistes tout droit sortis du film « Freaks » de Tod Browning (1932), les auteurs réussissent ici le pari d’un one-shot de 144 pages particulièrement prenant et dynamique. Un ouvrage ensorcelant, à emmener jusqu’au bout des mondes connus…

Lire la suite...

« Visa transit » : Nicolas de Crécy refait le voyage de ses vingt ans…

En 1986, leur vieille Visa Citroën était – au mieux – bonne pour la casse ; et pourtant, Nicolas et son cousin Guy, du haut de leurs vingt ans, avaient choisi de lui faire prendre la route de l’Est. Un périple fou de 3 000 kilomètres, à travers la France, l’Italie, la Yougoslavie, la Bulgarie et la Turquie. Se remémorant ses temps d’insouciance et de liberté rebelle marqués par le goût de l’ailleurs, De Crécy raconte depuis 2019 les souvenirs fugaces de cette expédition du bout du monde dans les républiques socialistes orientales. Dans le tome 2 actuellement publié, l’auteur poursuit son odyssée introspective : d’Istanbul à la Biélorussie, convoquant Kafka, Michaux ou Turner, il interroge de manière fondamentale les ressorts intimes de la mémoire.

Lire la suite...

« Inhumain » : escale sur une nouvelle planète interdite !

Quelque part dans l’espace, un vaisseau d’exploration s’écrase sur une planète océan inconnue. Sauvés par d’étranges créatures aquatiques, les survivants découvrent… des humains primitifs et cannibales, entièrement voués au culte du mystérieux Grand Tout. En matière de SF, Valérie Mangin et Denis Bajram n’ont plus rien à prouver : revisitant à leur manière et grâce aux crayons de Thibaud de Rochebrune tant le mythe du bon sauvage que le culte (aveugle) de l’être suprême, ils nous livrent ici un scénario aux clés de lectures multiples. Cet épais one shot de 104 pages, inscrit dans la collection Aire libre, interroge également sur le devenir de l’humanité et son inextinguible expansion…

Lire la suite...
Page 1 sur 411 2 3 »