L’Art de …

« Les Temps nouveaux : intégrale » : quand Warnauts et Raives explorent les natures humaines…

Paru initialement en deux tomes en janvier 2011 et janvier 2012, « Les Temps nouveaux » est un diptyque qui traduit admirablement l’atmosphère intérieure de la Belgique durant la Seconde Guerre mondiale. Loin des champs de bataille ou des actes résistants héroïques, le récit se concentre sur l’opposition entre deux frères, tiraillés entre sens politique et amours contrariées. Coauteurs à l’écriture comme au dessin, Warnauts et Raives continuent ici de raconter avec subtilité les psychologies et les conflits personnels ou familiaux ; ce sans perdre de vue la description sublimée des Ardennes belges et de la vallée de l’Aisne, située à une quarantaine de kilomètres au sud de Liège.

Lire la suite...

« Les Tours de Bois-Maury » : Hermann ressort la hache de guerre !

27 années après avoir livré chez Glénat l’épilogue constitutif du premier cycle des « Tours de Bois-Maury », voici Hermann ressuscitant Aymar ! Retourné sur ses anciennes terres, le chevalier errant se confronte aux sbires de l’immonde Ulrik…qui le laisse pour mort. À la fois prequel et épisode satellite d’une exceptionnelle saga d’aventure historique qui a jadis fait les beaux jours des magazines Circus et Vécu, « L’Homme à la hache » ne dépare pas dans la production hermannienne : soif de pouvoir, corruption, crasse et goût du sang y sentent toujours le souffre… Une alchimie propre à l’auteur, retranscrite dans un univers médiéval crédible.

Lire la suite...

Eichmann : le procès de la solution finale…

En 1961, durant huit mois, l’un des procès les plus importants de l’Histoire se déroule à Jérusalem : on juge là Adolf Eichmann, architecte clé de la solution finale ; sous l’œil des caméras, l’on décortique l’effroyable mécanique nazie tout en s’interrogeant sur la peine de mort. Par la voix des (fictifs ou réels) Jeanne Amelot, Shimon Abécassis et Hannah Arendt, les auteurs poursuivent dans ce nouveau cadre historique la réflexion humaniste entamée en 2019 avec « L’Abolition, le combat de Robert Badinter ». Un récit reportage souvent poignant, à lire à l’aune des commémorations (le 40e anniversaire de l’abolition) et procès (celui des attentats du 13 novembre 2015) qui font l’actualité de cet automne.

Lire la suite...

« Queenie », la marraine du crime oubliée…

La Prohibition ne fut pas qu’une histoire brutale d’hommes ; outre Al Capone, Lucky Luciano ou John Dillinger, l’histoire de la mafia et du gangstérisme à l’américaine n’a, par exemple, pas oublié Bonnie Parker ou, dans une moindre mesure, Virginia Hill : reine de la pègre aux côtés de Bugsy Siegel. Qui se souvient à l’inverse de Stéphanie St Clair, laquelle régna pourtant sur un véritable empire du crime établi au cœur de Harlem ? Menacée par ses rivaux italiens, cette féministe noire avant l’heure devra lutter pour préserver sa vie autant que ses affaires, dans le tourbillonnant contexte jazzy des années 1930. Fascinées par son extraordinaire destin, la documentariste Aurélie Lévy et la dessinatrice Elisabeth Colomba lui rendent un très bel hommage dans ce copieux one shot constitué de 176 pages en noir et blanc.

Lire la suite...

11 septembre 2001 : le chaos et le souvenir…

Comment raconter les attentats du 11 septembre 2001, 20 ans plus tard, entre sidération du moment et mise en perspective historique ? Prépublié en six épisodes dans Topo, le récit documentaire de Baptiste Bouthier et Héloïse Chochois se construit en deux temps, via le regard d’une adolescente (Juliette) devenue femme en 2021. Au cours de son vol à destination de New York, elle se remémore le spectacle hypnotique de l’effondrement des tours du World Trade Center, alors retransmis en direct ; une médiatisation de la catastrophe et un bouleversement de l’ordre mondial dont on ne cesse, encore aujourd’hui, de vivre les nombreuses conséquences…

Lire la suite...

Béla Lugosi : un mordu de cinéma !

Entré dans l’histoire du cinéma en 1931 avec le célébrissime « Dracula » de Tod Browning, Béla Lugosi reste – au mieux – un grand mystère pour le commun des mortels. Acteur né ou cliché poussiéreux associé aux rôles de séries B, silhouette aussi culte que décalée, ironiquement réemployé par Ed Wood durant les années 1950, Lugosi méritait bel et bien un biopic : dans son hommage précis et acide, Koren Shadmi rend grâce durant 158 planches à celui qui inaugura pleinement le genre du film d’horreur. Gloires et désillusions alterneront ici comme autant d’épreuves endurées par notre éternel prince des ténèbres aux dents parfois trop longues…

Lire la suite...

À la découverte de la rentrée 2021…

Si l’omniprésence des variants du Covid-19 laisse planer une menace non négligeable sur les sorties prévues cet automne 2021, ne boudons pas pour autant notre plaisir immédiat de la découverte des nouveautés ! Comme le veut la tradition de cette rubrique, voici donc venu l’heure – en avant-première et avant une pause estivale – de passer en revue quelques très beaux visuels. Annoncés chez les principaux éditeurs franco-belges, ces titres d’albums témoignent plus que jamais de la richesse d’un patrimoine exceptionnel, et du talent de leurs auteurs respectifs. Un grand merci à eux pour cette plongée émerveillée, de cases en bulles, qui fait oublier un quotidien souvent bien trop dramatique.

Lire la suite...

« Les Innommables » par Yann et Conrad : la naissance d’une aventure sans vergogne…

Avec un titre pareil, « Les Innommables » de Yann et Conrad ne pouvaient pas faire les choses comme tout le monde. Apparue dans Spirou en 1980, l’iconoclaste série va en effet manier l’humour noir et le non-politiquement correct comme jamais auparavant. Censurée, remaniée, rééditée par Temps Futurs, Bédéscope/Glénat, puis Dargaud, ses albums chronologiquement réordonnés, additionnés ou non de gadgets et de fins alternatives, la série aux planches savonnées aura fini par perdre une bonne partie de son public ; que ce soit dans la jungle humide de Bornéo, au coin d’une ruelle mal famée de Hong Kong ou à cause d’un bon mot — de trop — lancé par ses irrévérencieux auteurs… Retour aujourd’hui sur la genèse de ces aventures qui en ont vu de toutes les couleurs mais qui n’ont jamais jauni !

Lire la suite...

Quand Loisel et Le Tendre se lèvent : « La Quête de l’oiseau du temps » T1, une analyse de planche…

Publiée pour la première fois chez Dargaud en janvier 1983, « La Quête de l’oiseau du temps » aura durablement marqué la bande dessinée franco-belge, en imposant notamment les talents conjugués de Régis Loisel et Serge Le Tendre. Au travers d’un registre alors novateur (l’heroic fantasy), les aventures de Pélisse et Bragon se poursuivent encore en 2021, sans rien perdre de leurs attraits. Retour aujourd’hui sur la planche introductrice du mythe, matrice fantastique qui aura aussi forgé sa propre imagerie instantanée : une héroïne en devenir, au seuil de sa quête intérieure, dans un temps prêt à basculer…

Lire la suite...

Fabrice Meddour et Alexine : l’ombrelle du fantastique !

Selon une légende oubliée, « celui qui voit la fille du quai y reste à jamais enchaîné ». Or, Haurel, huit ans, voit précisément son destin bouleversé par une étrange apparition sur le port : une femme, semblant l’attendre sous son ombrelle… Conjuguant le conte maritime fantastique, le thriller horrifique et le drame romantique, Alexine et Fabrice Meddour nous invitent dans leur fascinant univers, monde sulfureux et maudit où les références à la littérature de genre abondent.

Lire la suite...
Page 1 sur 461 2 3 »