L’Art de …

« La Trilogie marseillaise » débute chez Bamboo avec « Marius »

Lancée en 2015 sous le label Grand Angle (Bamboo), la collection Marcel Pagnol en BD permet aujourd’hui de retrouver l’un des plus grands classiques de l’enfant d’Aubagne : « Marius », premier acte théâtral de la « Trilogie marseillaise » (avec « Fanny » et « César ») retrouve sous le trait dynamique de Sébastien Morice toute sa lumière méditerranéenne. Obnubilé par son attirance pour les destinations lointaines, le fils du cafetier César – patron du Bar de la marine – ne voit pas l’amour que lui porte Fanny, la marchande de coquillages. Afin de rendre Marius jaloux, elle se laisse courtiser par Panisse, un vieil ami de César… Le premier pas d’une tragédie qui verra l’amour et la jeunesse sacrifiés au profit des conventions sociales et d’un honneur illusoire.

Lire la suite...

Corto Maltese, la ballade du temps jadis

Depuis l’automne 2015, Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero ont ressuscité Corto Maltese en marchant dans les pas de son créateur-voyageur, Hugo Pratt. Après une rencontre avec Jack London en Alaska (« Sous le soleil de minuit ») et une excursion dans les tropiques et les trafics africains (« Équatoria », 2017), voici revenir le célèbre marin maltais sous les latitudes du Pacifique. Souvenons-nous : dans l’inaugural et mythique « La Ballade de la mer salée », victime de mutins et laissé à la dérive, Corto surgissait attaché à une croix flottante entre les îles Fidji et Marshall. Avec Raspoutine, il allait ensuite rejoindre l’inquiétant Moine sur la mystérieuse (et imaginaire) Escondida. Offert en guise de préquelle, « Le Jour de Tarowean » suit le sillage et la genèse de cette grande aventure maritime…

Lire la suite...

« La Bataille du cratère » : un album explosif pour « Les Tuniques bleues » !

Avec 22 millions d’albums écoulés depuis sa création dans Spirou en août 1968, « Les Tuniques bleues » imaginées par Raoul Cauvin, Louis Salvérius, puis Willy Lambil, n’ont jamais vraiment cessé de revisiter la guerre de Sécession sous tous les angles. Dans ce 63e tome, le tragique conflit entre le Nord et le Sud redevient plus que jamais le thème central d’une série qui s’apprête par ailleurs à vivre un grand moment de sa propre histoire : son célèbre scénariste, interviewé en fin d’article, tirera sa révérence en 2020, après un ultime album : sans Cauvin, Blutch et Chesterfield arriveront-ils à se remettre en selle pour de nouvelles aventures, ou resteront-ils à jamais perdus dans la terrifiante « Bataille du cratère » ?

Lire la suite...

Ferri et Conrad ont trouvé une nouvelle cheffe de fille pour les 60 ans d’Astérix !

Astérix est un monument de l’édition francophone, et plus encore en cette année 2019 qui marque d’un obélisque blanc les soixante ans de la création du héros par Goscinny et Uderzo ! Pour leur quatrième réalisation après « Astérix chez les Pictes » (2013), « Le Papyrus de César » (2015) et « Astérix et la Transitalique » (2017), Jean-Yves Ferri et Didier Conrad (interviewés en fin d’article) accompagnent en conséquence avec « La Fille de Vercingétorix » (le 24 octobre) un univers foisonnant, qui ne cesse de s’enrichir d’hommages ou de nouveautés, comme en témoigne encore la création d’une série d’animation télévisuelle centrée autour d’Idéfix. Pour ce nouvel opus, 38e tome de la saga traduit en 15 langues et imprimé en 5 millions d’exemplaires, nos fiers héros vont devoir protéger la fille du célèbre chef gaulois Vercingétorix, le vaincu d’Alésia. Parions que cette adolescente, traquée par les Romains, risque bien de provoquer quelques bouleversements intergénérationnels dans le village des irréductibles…

Lire la suite...

Toute honte nue, variations sur un sentiment ambivalent…

Un livre original, mêlant courts textes de Nelly Maurel et piquantes citations d’auteurs sur la honte, illustrés par des dessins inédits de Juillard.
Provenant d’un projet collectif de publication hybride (« mook ») avec portfolio, finalement abandonné, il interroge ce sentiment si répandu et riche sous de multiples facettes. On sourit et on approuve souvent à la lecture de cet objet littéraire et graphique non identifié.

Lire la suite...

Sherlock Holmes : une affaire d’identité selon Brunschwig et Cécil…

Le 4 mars 1891, Sherlock Holmes devient un mythe en disparaissant dans les chutes suisses du Reichenbach avec son ennemi juré, le professeur Moriarty. Mais, pour le docteur Watson comme pour Mycroft Holmes ou Wiggins, un profond doute subsiste : qui était au juste ce détective, dont la réalité semble troublante ? Remontant le fil de son intrigant passé, l’enquête désacralise le résidant du 221 B Baker Street en plongeant dans ses secrets de famille. Lancée en 2006, la série se fond avec une grande habileté entre les lignes canoniques d’Arthur Conan Doyle : évoluant, enfant, dans l’ombre de son frère aîné, comment Sherlock est-il devenu « Holmes » ? Interview du scénariste Luc Brunschwig en fin d’article…

Lire la suite...

La promesse de King Kong, qui l’eût Crew !

Ramené vers New York depuis l’inquiétante île du Crâne, King Kong disparaissait lors d’une séquence d’anthologie au sommet de l’Empire State Building. Imaginez maintenant une suite alternative au tragique scénario fantastique initié en 1933 : rendant un hommage assumé aux séries d’aventures pulp et au trait de Milton Caniff, Hérenguel revisite le mythe avec brio. Voici donc Manhattan transformé en gigantesque terrain de jeu par le célèbre gorille géant… qui a survécu et s’y est installé. En 1947, les têtes brûlées qui forment la patrouille aérienne surnommée « Kong Crew » n’ont en conséquence qu’un seul objectif en ligne de mire : régler définitivement les comptes de ce monstre simiesque pour le moins envahissant !

Lire la suite...

Chaplin, un destin sous les feux de la rampe…

Débarqué aux États-Unis en 1912 parmi la foule des immigrants, Charles Spencer Chaplin imagine déjà voir son nom inscrit en haut de l’affiche sur la Cinquième Avenue. Né en 1889 dans un quartier pauvre de Londres, l’acteur va néanmoins devoir se réinventer en créant Charlot, en devenant réalisateur et en rassemblant un grand nombre d’admirateurs. C’est cette conquête initiale de l’Amérique que raconte en 72 pages le premier volume de cette trilogie, qui illustre le destin d’un homme accédant au statut d’icône culturelle. Producteur richissime en 1920, Chaplin scandalise cependant les puritains : n’est-il pas un colosse aux pieds d’argile, en raison de son amour des femmes et de ses engagements politiques ? Le biopic de ce monument hollywoodien ne manque pas de rebondissements…

Lire la suite...

Les animaux, puissants ou misérables, selon Dorison et Delep…

Imaginez une ferme isolée dans le monde de l’entre-deux-guerres, un univers abandonné des humains et où un taureau aurait établi sa dictature sur une communauté d’animaux… Revisitant tant Orwell (« La Ferme des animaux », 1945) que l’esprit caustique de la fable animalière, ce premier chapitre d’une tétralogie fait mouche avec un graphisme de toute beauté et son invitation à réfléchir sur l’évolution politique de nos sociétés actuelles. Sensible, impressionnant, mystérieux et inquiétant, « Le Château des animaux » est à vrai dire un classique instantané, au même titre que le tout aussi sombre « Blacksad » !

Lire la suite...

Génie, deux vies, Vinci !

Sur le point de mourir, Léonard de Vinci rédige son testament en avril 1519. Bien des siècles plus tard, en 15 018, les survivants entassés à bord du vaisseau Renaissance décident de ressusciter le célèbre génie italien. Cloné, ce Léonard version 2.0 va devoir trouver le moyen de lutter efficacement contre l’envahisseur extraterrestre ! Designer virtuose, Stéphane Levallois nous immerge dans les tableaux du Maestro, au cours d’un parcours tortueux et onirique qui projette le 16e siècle dans l’ombre et la lumière de la science-fiction. L’album accompagnera de manière officielle la grande exposition rétrospective organisée à partir d’octobre au musée du Louvre…

Lire la suite...
Page 1 sur 361 2 3 »