Interviews

D’Astérix à Idéfix, l’irréductible production !

En 52 avant Jésus-Christ, tout Lutèce est occupée par les Romains… Tout ? Non ! Une bande d’irréductibles animaux (menée par Idéfix) résiste encore et toujours à l’envahisseur. Par Toutoutatis, certains risquent bien d’y perdre leur latin. Car en 2021, qu’on se le dise, les éditions Albert René enclenchent l’accélérateur : un prequel des aventures d’Astérix à partir du 16 juin, une série animée 3D en septembre sur les écrans de France Télévisions et un nouvel album (« Astérix et le Griffon ») signé par le duo Ferri-Conrad le 21 octobre. Ce, sans compter diverses expositions, catalogues, ouvrages et hors-séries. Entre traditions et nouveautés, l’esprit imaginatif des regrettés Goscinny et Uderzo n’aura jamais été aussi bien célébré. Retour sur cette longue production en compagnie de ses auteurs…

Lire la suite...

Jean et Simon Léturgie avouent tout sur le retour de Spoon et White…

Au siècle dernier finissant, en 1999, nous faisions connaissance avec deux policiers newyorkais au talent inversement proportionnel à leur bêtise satisfaite. Spoon, le plus petit : bête, mais sincère, un condensé des États-Unis, enfantin et surarmé. Et White : un grand nigaud imbu de lui-même. Ce duo mal assorti, forcément mal assorti, provient de l’imagination fertile de Yann et Jean Léturgie au scénario et Simon Léturgie au dessin. 11 ans après leur huitième aventure, Spoon et White reviennent. Les auteurs nous expliquent les raisons de cette longue absence et divulguent, en exclusivité, pour BDzoom.com, quelques secrets de fabrication.

Lire la suite...

Un final (provisoire) haut en couleur pour les duellistes Cothias et Juillard !

Pour marquer ce coup final (au moins concernant le dessinateur), nous avons tenu à interviewer les deux auteurs de cette saga. Ainsi, André Juillard a répondu aux questions de Patrick Bouster et Patrick Cothias à celles de Philippe Tomblaine (1).

Lire la suite...

Les jeunes pousses de la « Green Team » veulent un monde plus vert : entretien avec des auteurs engagés, mais pas moralisateurs…

La Green Team, ce sont deux jeunes jumeaux, Justine et Antonin, qui essayent de convertir à l’écologie leurs parents et leurs amis. Pas d’impératif catégorique pour eux, mais une bonne volonté brouillonne fort communicative. KarinKa et Domas, les auteurs, nous en disent plus sur cette série dont les bons sentiments ne nuisent pas à l’aspect pédagogique ni à un humour omniprésent.

Lire la suite...

« Non-retour, Algérie juillet 1962 » : qu’est-ce qu’ils mijotent dans l’avion ?

En juillet 1962, l’Algérie désormais indépendante voit décoller tous ceux qui n’ont plus d’espoirs : Pieds-noirs et enfants rapatriés, colonel de l’OAS, espion et flic de la DST ont pris place à bord de l’un des derniers vols à destination de Marseille… Inspiré par les souvenirs de Jean-Laurent Truc, ce récit en huis-clos dans la carlingue d’un Constellation a tout du récit hitchcockien. Le regretté Patrick Jusseaume devait en assurer la réalisation graphique : c’est Olivier Mangin qui prendra brillamment la relève. Embarquement immédiat avec ce passionnant one-shot de 76 pages sous tension, qui fait un joli clin d’œil au classique « Buck Danny » !

Lire la suite...

La légende, si éclairante… sur nous : interview avec Vincent Pompetti…

Excalibur, la légende du roi Arthur, les chevaliers de la Table ronde, Morgane, Lancelot, Perceval… Tout cela est à la fois connu et très loin. L’album de l’excellent Vincent Pompetti est l’occasion de revisiter cette histoire, de se replonger dans ce Ve siècle réaliste et de rêve, et dans l’espace — ici celtique — où magie, batailles, religions et mystères sont présents. C’est fort, c’est beau, consistant, mystérieux : un fascinant voyage en couleurs directes puissantes et habitées par la grâce. Vincent Pompetti, auteur du scénario et des dessins, a accepté de nous en dire bien plus sur sa démarche, dans un entretien exclusif.

Lire la suite...

Le tome 2 de « Facteur pour femmes » : rétives à la bretonne !

En 2015, les lecteurs firent connaissance avec Maël Gréhat, pied bot et facteur bienheureux : non mobilisé à l’aube de la Première Guerre mondiale, il était devenu l’amant de ces dames, esseulées sur leur île bretonne… Bien des années plus tard, en 1958, la jeune Linette remonte à son tour le temps. S’interrogeant sur les secrets de ses fières Bretonnes et ceux de ses propres origines, elle va découvrir une tragédie : la mort de ce « Facteur pour femmes » en 1918 était-elle vraiment accidentelle, ou plutôt inavouable ? Prenant la relève graphique de Sébastien Morice, Manu Cassier nous emporte entre marées et brisants au sein de cette deuxième saison concoctée par notre complice (et fin lettré…) Didier Quella-Guyot.

Lire la suite...

Entretien réfléchi et ludique avec les auteurs du diptyque « Après l’enfer »…

Fabrice Meddour et Damien Marie sont les auteurs d’« Après l’enfer ». Ces deux volumes mêlent habilement l’histoire et la fiction. En 1865, des personnages en quête de vengeance ou de rédemption errent dans le Sud des États-Unis dévasté par la fin des combats de la Guerre de Sécession. Un diptyque, original, avec des références littéraires et cinématographiques surprenantes, une bande dessinée émouvante qui revisite une époque charnière ; celle de la naissance d’une nation.

Lire la suite...

Laurent Mélikian nous parle d’assassins chinois redoutables et d’un bédéaste taïwanais remarquable…

Au premier siècle avant notre ère, Sima Qian, le premier historien chinois, narre le destin de cinq spadassins qui se distinguent par leur bravoure et leur loyauté. Ce classique de la littérature chinoise est adapté en bande dessinée à la fin du XXe siècle par Chen Uen : un maître taïwanais du neuvième art. L’album « Des assassins », une belle publication de la jeune maison nantaise Patayo, est un véritable bijou. Maître d’œuvre de cet ambitieux projet éditorial, Laurent Mélikian a bien voulu nous en livrer quelques secrets.

Lire la suite...

« Sur un air de fado », une histoire lisboète…

Originaire des quartiers populaires de Lisbonne, le fado est le chant du destin. Mélancolique, il évoque la nostalgie des amours perdues et des rêves inatteignables. C’est l’atmosphère dans laquelle s’est immergé Nicolas Barral pour rythmer son nouvel album : « Sur un air de fado ».

Lire la suite...
Page 1 sur 441 2 3 »