Comic Books

« Judge Dredd : les affaires classées 01 » par John Wagner & co

Je vous l’avais annoncé ce printemps, attention événement : « Judge Dredd » est VRAIMENT de retour en France ! En effet, à l’aube des 40 ans de la mythique revue 2000 A.D., le label Delirium propose le premier volume de la première édition intégrale digne de ce nom des épisodes classiques de cette série non moins mythique ! Ce superbe album de 352 pages couleurs et noir et blanc en grand format (22 x 30 cm) va assurément faire le bonheur des malheureux fans français de Dredd, après tant d’errances et de rendez-vous manqués durant tant d’années… Un manque patrimonial important est donc en train d’être joliment comblé, tout autant que nous le sommes (comblés). Patrimonial. Incontournable. Punk. Telle est la Loi.

Lire la suite...

Omaha… Danseuse féline !

Après des traductions françaises contrariées et demeurées inachevées (Comics USA/Glénat, éditions du Balcon et même déjà Tabou plus récemment), les éditions Tabou récidivent en proposant, enfin, une réédition intégrale et chronologique de l’œuvre anthropomorphique de Reed Waller et de Kate Worley. Deux premiers et superbes albums cartonnés (format 20,6 x 28,6 cm, 256 pages en noir et blanc), d’une série de quatre, sont dès à présent disponibles. Ces ouvrages préfacés par James Vance et Trina Robbins sont des traductions fidèles de « The Complete Omaha the Cat Dancer » publié aux États-Unis par NBM.

Lire la suite...

« Alex + Ada » T1 par Jonathan Luna et Sarah Vaughn

Les robots peuvent-ils être « humains » ? Quelles différences y a-t-il entre eux et nous ? L’intelligence artificielle peut-elle engendrer la notion de sentiment ? Voici quelques-unes des multiples questions de ce grand thème de la robotique en SF qui est devenu – depuis Asimov et K. Dick – un grand classique du genre, essaimant même par-delà la science-fiction. « Alex + Ada » explore cet univers sous un angle frontal et sensible qui génère de nouveaux questionnements, sous le sceau d’un humanisme bienvenu. Une belle émotion.

Lire la suite...

« Le Remarquable et stupéfiant Monsieur Léotard » par Eddie Campbell et Dan Best

Jules Léotard a bel et bien existé. Ce Toulousain né en 1838 et mort en 1870 est l’inventeur du trapèze volant et autres numéros de voltige (et c’est de son nom qu’est tiré celui de la tenue moulante portée par les gymnastes masculins). Cette figure historique du cirque français, un peu oubliée comme tant d’autres héros vivants et populaires du passé, a été la source d’inspiration de ce cher et dingue Eddie Campbell, génial et inclassable auteur et artiste écossais qui démontre une nouvelle fois avec cette œuvre atypique combien l’imaginaire et la liberté sont toujours possibles malgré les bulldozers et le mercantile. Un voyage totalement décomplexé, drolatique et déviant, à la charnière du 19e et du 20e siècle, entre cirque et drames historiques. Une œuvre vivifiante, rafraîchissante, maline, un pied de nez aux normes si sérieuses de notre époque, et un appel caché au retour d’une certaine bienveillance face à la triste farce de la vie…

Lire la suite...

« Docteur Strange : l’Intégrale 1963-1966 » par Steve Ditko et Stan Lee

Il faut s’y faire, désormais c’est bien l’industrie cinématographique qui influe sur la production éditoriale des comics qui sont pourtant la base de ces adaptations cinématographiques de plus en plus nombreuses. Ainsi, on peut se dire que si le film « Doctor Strange » de Scott Derrickson n’était pas sorti, nous n’aurions peut-être pas – ou excessivement tardivement – eu droit à une intégrale de cette série pourtant mythique, avec Lee et Ditko aux commandes, tout de même ! Un classique du Silver Age, un beau personnage, une atmosphère visuelle inoubliable, et des épisodes qui ont marqué à la fois les esprits et l’univers Marvel : voici le Docteur Strange. Ne vous fiez pas à sa couverture incompréhensiblement incohérente : en ouvrant l’album, c’est bien à l’un des chefs-d’œuvre les plus emblématiques de Lee et Ditko auquel nous avons affaire…

Lire la suite...

« The Escapists » par Steve Rolston, Jason S. Alexander, Philip Bond et Brian K. Vaughan

Brian K. Vaughan aime les mises en abîme. Avec « The Escapists », on peut dire qu’il s’est fait plaisir, opérant une mise en abîme de mise en abîme à partir du fameux roman de Michael Chambon, « Les Extraordinaires Aventures de Kavalier & Clay », qui était déjà un regard sur l’industrie et la création de comics super-héroïques, s’inspirant principalement du parcours de Siegel et Shuster mais aussi de ceux d’Eisner, ou Simon et Kirby… En remettant en lumière l’un des super-héros du roman, The Escapist, Vaughan tisse un hommage contemporain à l’Âge d’Or et à l’amour des comics, toutes générations confondues…

Lire la suite...

« Shame : la trilogie de la honte » par John Bolton et Lovern Kindzierski

L’art magique de John Bolton…
John Bolton est un artiste anglais brillant, mais rare : le premier adjectif expliquant sans doute l’autre, car la qualité a ses délais de production que la médiocrité ne connaît pas.
Le revoilà avec une traduction française d’un triptyque magnifique paru de 2011 à 2015 au Canada, chez Renegade entertainments (1).

Lire la suite...

« New York Comics » par Christopher Irving, Seth Kushner et Howard Wallach

Il y a trois ans était paru le très beau « Des comics et des artistes », ouvrage où Christopher Irving présentait, appuyé par de nombreux et passionnants témoignages des intéressés, les plus grands auteurs et artistes de l’univers des comics, le tout illustré par de magnifiques photos (portraits, ateliers…) de Seth Kushner. Le duo a ensuite travaillé sur ce non moins beau « New York Comics » qui paraît aujourd’hui chez le label Over the Pop chapeauté par Glénat. Malheureusement, Seth Kushner est précocement décédé avant d’avoir pu terminer ce beau projet, relayé par Howard Wallach… Cet ouvrage est donc aussi un adieu à ce talentueux photographe, rendant sa lecture d’autant plus émouvante, devenu livre-hommage malgré lui…

Lire la suite...

« Mutts : dimanches matin » par Patrick McDonnell

Avant d’écrire quoi que ce soit, j’aimerais que vous lisiez ce que le légendaire Charles M. Schulz a dit de « Mutts » : « Un des meilleurs strips de tous les temps » ; ainsi que ce qu’en a dit ce trublion de Matt Groening : « Mutts est avec Les Peanuts, Pogo, Krazy Kat, Calvin et Hobbes, un strip intelligent et drôle, brillamment dessiné et très touchant. » Voilà. Sachant que « Mutts » est capable de susciter de l’admiration chez Schulz et de la tendresse chez Groening, vous avez maintenant une meilleure idée de la qualité de ce comic strip et de la nécessité de cette chronique, car c’est bien d’un chef-d’œuvre dont nous parlons aujourd’hui. Ni plus. Ni moins. Ouaf ! Miaw !

Lire la suite...

« Ratgod » par Richard Corben

Non mais vous vous rendez compte ? Corben. Oui, Corben. Là, maintenant, ici, en 2016, trente ans après l’avoir découvert dans les pages de Métal hurlant, je suis en train de commencer une chronique sur le dernier Corben qui vient de paraître… Ça fait quand même un drôle d’effet, ça force l’admiration, et ça rend même un peu dingue, non ? Car quoi, hé ! Ça fait presque un demi-siècle que cet artiste a fait ses débuts dans la bande dessinée, et là, à pratiquement 75 ans, il nous a sorti un p… de bon comic horrifique à souhait, aussi inspiré et emporté que jadis, à la fois angoissant et érotique, cynique et hallucinatoire, bref, du pur Corben comme on l’aime, et un hommage lancinant à Lovecraft, l’idole de toujours…

Lire la suite...
Page 3 sur 63« 1 2 3 4 5 »