BD voyages

Les humains, espèce toxique ?

L’héroïne de cette histoire avait rêvé, petite, de devenir fermière. Son milieu familial américain ne l’y a pas poussé, mais, à présent, ceux qu’elle appelle « les gros cons de la création », autrement dit les humains, ces « super prédateurs », lui en donnent l’occasion, mieux : l’obligation ! Les hommes, machos assoiffés d’argent et gavés de pouvoir, sont en effet en train d’émasculer la Terre. C’est la guerre civile, la fin du monde, il faut fuir…

Lire la suite...

L’Art brut en bande dessinée ?

Il faut un petit grain de folie pour se mettre à dessiner, à peindre, à écrire, mais qu’en est-il chez ceux que l’on traitait de fous, qu’on envoyait à l’asile d’aliénés, qu’on privait de vie publique ? C’est ce que tente de raconter « Enferme-moi si tu peux » en évoquant six créateurs, célèbres ou pas, dont la reconnaissance artistique fut problématique sous l’appellation d’art brut ; c’est aussi ce qu’évoque « La Trahison du réel » à travers le destin édifiant d’Unica Zürn qui vécut avec Hans Bellmer…

Lire la suite...

Road-movie breton… en cyclomoteur !

Sous-titré « L’Ultime épopée des Terre-Neuvas », « Phare Ouest » est la plaisante virée en Bretagne d’un adolescent accompagné de son grand-père, un duo genre Tintin bien propre sur lui accompagné d’une sorte de capitaine Haddock, buveur, bravache, la répartie bien balancée et la provoc en embuscade…

Lire la suite...

Régis Loisel s’associe à Olivier Pont pour « Un putain de salopard »…

C’est bien connu dans le monde du 9e art : Régis Loisel n’est pas seulement un dessinateur extraordinaire, c’est aussi un « putain de scénariste »… et ce nouvel opus publié par les éditions Rue de Sèvres est là pour nous le démontrer une fois de plus. Après Jean-Louis Tripp, Vincent Mallié, David Etien, Mohamed Aouamri, Lidwine, Pierre Guilmard, Christine Oudot ou Philippe Sternis, c’est au tour du non moins talentueux Olivier Pont de faire partie du cercle très fermé des dessinateurs qui ont pu bénéficier des largesses narratives de cet auteur mythique.

Lire la suite...

France profonde et melting-pot !

Près d’Angers, un village accepte de rénover une vieille chapelle pour accueillir quelques migrants. C’est le tollé. Dans le petit village d’Anjou, comme dans certains villages gaulois, certains sont bien décidés à résister à l’envahisseur mais, heureusement, pas tout le monde. C’est ce que raconte avec finesse et intérêt « Village global »…

Lire la suite...

Diner de Gala sur la Volga ?

La première et la quatrième de couvertures réunies forment un doux paysage d’automne russe. A l’arrière-plan, une maison de bois aux encadrements de fenêtres joliment sculptés et colorés ; au premier plan, un groupe de personnes attendant au bout d’un quai. Les hommes observent tranquillement le fleuve et deux femmes, assises derrière eux, papotent près de leurs paniers. Tous habitent cette « Ile sur la Volga » où tout est si agréable. Gala, qui arrive de Moscou, se rend vite compte que tout n’est pas si calme qu’il y parait…

Lire la suite...

L’Ukraine, ça craint !

Alors que l’Ukraine se choisit ces jours-ci un nouveau président, « Maïdan Love », le diptyque d’Alliel et Ducoudray pointe son nez au bon moment pour rappeler qu’il y a seulement quelques petites années, la place de sa capitale Kiev, s’est embrasée réunissant mais pour mieux s’affronter les pro-Russes, les pro-Européens et des néonazis, là, sur le Maïdan (mot qui signifie précisément « la place » !)…

Lire la suite...

Avant les Gilets Jaunes…

Avant les Gilets Jaunes, l’actualité a été longtemps marquée par l’opposition à la construction d’un nouvel aéroport, à Nantes. On a presque tendance à l’oublier, pourtant les points communs entre ces manifestations de Notre-Dame des Landes et les mouvements des Gilets Jaunes sont nombreux. L’album de Thomas Azuélos et Simon Rochepeau arrive à point pour le rappeler soulignant les forces et les légitimités des zadistes, mais également leurs faiblesses, voire leurs dérives…

Lire la suite...

Un concert graphique, haut la main !

C’est un album hors normes, sans équivalent, que nous propose Yann Damezin, le genre d’ouvrage qu’on regarde parce que la couverture interpelle, qu’on feuillette parce qu’on est intrigué et qu’on lit avidement parce qu’on est impressionné par le talent déployé. « Concerto pour main gauche » est en effet une œuvre majeure où la créativité, l’inventivité sont de toutes les cases. Vraiment !

Lire la suite...

Sculpter la liberté… en URSS !

Bella, l’héroïne de « Refuznik » a décidé de quitter son pays, mais rien n’est simple en Union Soviétique, d’où le sous-titre : « URSS : l’impossible départ ». Née à Kiev sous le régime du « petit père du peuple », peuple qu’il assassine consciencieusement, Bella va devoir se battre pour exister dans sa famille, en tant qu’enfant différente, en tant qu’artiste, en tant que femme, en tant que femme artiste libre…

Lire la suite...
Page 3 sur 50« 1 2 3 4 5 »