« Les Seigneurs de la terre T1 : L’Appel de Cérès » par Luca Malisan et Fabien Rodhain

Fabien Rodhain, auteur engagé, romancier (« L’Homme qui ouvrit les yeux », « Autopsie d’une manipulation », « Des semences et des hommes »…), conférencier, auteur de nouvelles et d’essais, signe avec « Les Seigneurs de la terre » son premier scénario pour la bande dessinée. Dans l’esprit des « Maîtres de l’orge », son modèle en BD, il se lance dans une saga familiale et rurale qui s’annonce passionnante, au cœur d’un monde paysan en perpétuelle évolution, où les mentalités s’affrontent.

Lyon, 1999. Jeune avocat lyonnais à la carrière prometteuse, hanté par la disparition de sa mère, Florian Brunet ne supporte plus les divorces et autres affaires banales qui font son quotidien. Ce n’est pas l’avis d’Anne, sa belle fiancée, qui rêve de luxe et prend plaisir à fréquenter le monde des riches. Fils d’un puissant agriculteur du sud de la région Rhône-Alpes sur le point de prendre sa retraite, Florian accompagne son père, président de la puissante coopérative régionale, lors d’un voyage d’études au Paraguay. Parmi les congressistes, Yann qui pratique la culture biologique, pointe du doigt la puissante firme productrice de pesticides qui a financé le voyage. Le spectacle d’une famille de paysans, chassés de leurs terres par un gros producteur local, interpelle Florian. À son retour en France, il décide d’abandonner définitivement le barreau pour succéder à son père. Bien que ne partageant pas les projets écologiques de son fils, Joseph Brunet, chantre de l’agriculture productiviste, accepte de lui céder ses terres. Furieuse de voir ses projets de vie aisée et luxueuse s’évanouir, Anne quitte Florian qui la trouve dans les bras de son ami Luc. En pratiquant l’agriculture écologique, Florian veut devenir paysan comme ses ancêtres, mais le combat sera rude face aux multinationales de la chimie…

La trame est prometteuse et riche, mais même si l’objectif est louable, on peut regretter certains trop longs passages consacrés au monde agricole. Le dessinateur italien Luca Malisan (« In Vino Veritas », « La Croisade des enfants »…) propose des images classiques et réalistes, certes sans grande personnalité, mais parfaites pour le large lectorat populaire auquel s’adresse cette série qui évoque les grandes sagas télévisées.

 Henri FILIPPINI

 « Les Seigneurs de la terre T1 : L’Appel de Cérès » par Luca Malisan et Fabien Rodhain

Éditions Glénat (13,90 €) – ISBN : 9782344007631

Galerie

Les commentaires sont fermés.