« Give Peace a Chance T2 : Londres 1963-1975 » par Marcelino Truong

En 2012, Marcelino Truong réalisait « Une si jolie petite guerre », l’évocation de son enfance à Saigon entre 1961 et 1963, une enfance pétrie de deux cultures : celle d’une mère française et celle d’un père vietnamien diplomate à l’ambassade de la République du Vietnam. C’est pourquoi Truong nait aux Philippines, passe son enfance aux Etats-Unis et en Angleterre, avant de découvrir le Vietnam de 1961 à 1963, son père étant devenu interprète auprès du président Diem. En 1963, monsieur Truong obtient de partir vers l’Europe et sa famille restera plusieurs années à Londres, où nous nous retrouvons dans ce second volume…

Evidemment, Londres n’est pas Saigon et, comme le remarque l’auteur, le début de ce séjour au calme, « terne » dit-il, lui inspire moins de souvenirs.  Ce sont finalement les héros de la télévision ou les chansons anglaises qui accompagnent ces réminiscences : Donovan, Sandie Shaw, Beatles, Rolling Stones… Et bien entendu les anecdotes de la vie de famille. Le père, lui, se tient au fait de ce qui se trame au Vietnam tandis que la mère est toujours fragile psychologiquement. Les séquences historiques couleurs sépia alternent ici et là avec cette vie de famille en couleurs, développée, détaillée, ce qui fait de ce second volume un récit résolument autobiographique.

Le petit Marcelino découvre le lycée français, les comics de guerre, les amourettes, la musique pop et les collines populaires de Wimbledon où ils finissent par s’installer. Après la vie de famille, c’est la vie de quartier qui impose ses règles. Le bain culturel anglophone est complet, même si, via les activités paternelles, le Vietnam n’est jamais loin. Là-bas, les drames ; ici, les affres de l’adolescence qui pointe son nez. Là-bas, la guerre, toujours ; ici aussi mais une guerre familiale (un fils rebelle, une mère dépressive)… Et puis l’échappée belle : des années lycée à Saint-Malo ! On comprend qu’au fil de ces chassés-croisés entre la Grande Histoire et les petites histoires personnelles, entre la difficulté qu’ont les pays à grandir en paix et celles des différentes générations qui ont du mal à trouver leurs marques, il soit nécessaire avec le recul de faire le point, le bilan. Marcelino Truong y parvient doublement alternant les lourdeurs géopolitiques et les légèretés de la jeunesse.

Graphiquement, comme nous le disions pour le premier volume, Truong adopte pour cette chronique le style sec dont il use notamment quand il illustre les articles de « Libération », un graphisme nerveux, acéré, où l’on retrouve aussi dans quelques pages le charme et l’élégance de sa mise en couleurs, ce qu’il fait aussi à merveille pour nombre des couvertures d’ouvrages jeunesse qu’il illustre. Pour ceux qui ne connaissent pas l’œuvre  de Truong, qu’ils aillent sur son site : http://www.marcelinotruong.com/ .

Alors, bon voyage !

Didier QUELLA-GUYOT : L@BD->http://9990045v.esidoc.fr/ et sur Facebook.

Toutes les chroniques BD Voyages = http://bdzoom.com/author/didierqg/

« Give Peace a Chance T2 : Londres 1963-1975 » par Marcelino Truong

Éditions  Denoël graphic (24, 90 €) – ISBN : 978-2-207-11194-1

Galerie

Les commentaires sont fermés.