« Terra Prime T1 : La Colonie » par Philippe Ogaki

Et si l’homme qui saccage sa planète n’avait pour avenir que l’espace et la femme. En renouvelant poétiquement cette thèse classique de science-fiction, le premier volume de ce space-opéra dynamique amène le lecteur adolescent à se poser quelques questions existentielles.

Pour trouver une nouvelle planète habitable, un gigantesque vaisseau emporte un million d’hommes, 400 000 robots domestiques et le patrimoine génétique de la flore et de la faune terrestre à travers l’espace. Après plus de 250 années de voyage, le Victoria III, vaisseau de spatial de classe Achille pour la colonisation et la terraformation d’exoplanètes, détecte une planète capable d’accueillir la vie terrestre. Peut-être la fin d’un grand voyage pour cette arche moderne, et une nouvelle chance de s’épanouir pour une espèce humaine assagie ?

Seulement, la petite société qui habite la ville autosuffisante au cœur du Victoria III est en proie à de graves dissensions. Personne n’a vécu sur la terre ferme et se confronter à un monde inconnu fait peur. Les dirigeants sont enthousiastes à l’idée de pouvoir commencer la colonisation d’une planète prometteuse, mais un groupe armé refuse toute idée d’atterrissage. Une grenade à fusion explose, le vaisseau n’est plus sous contrôle, il s’écrase au sol.

Quelques milliers de survivants organisent leur survie, retranchés autour de la carcasse du vaisseau. Consigne est donnée de ne pas s’aventurer dans la jungle voisine, inconnue et donc réputée hostile. Élise, une jeune professeure en anthropologie dynamique, n’entend pas respecter des ordres qui lui semblent contreproductifs. Elle part, seule, explorer la surface de Terra Prime. Une expédition qui lui réserve beaucoup de surprises…

Philippe Ogaki apporte sa touche personnelle à une trame classique de science-fiction. Terra Prime séduit d’abord par un dessin précis, aux mille détails et aux perspectives hardies. C’est un véritable plaisir de suivre ces personnages dans les méandres dantesques d’un vaisseau spatial futuriste, mais crédible, puis sous la canopée d’une forêt aux essences pour le moins surprenantes.

Cette saga spatiale au format habituel d’un comic book (19 x 28,4 cm) rappelle évidemment d’autres aventures futuristes : cinématographiques comme « Avatar » ou de bons romans de SF tel « Spark » d’Amy Kathleen Ryan. À partir des aventures d’hommes et de femmes perdus dans le cosmos, Philippe Ogaki présente des thématiques intéressantes, même si elles sont parfois développées de manière un peu naïves ; du rapport à l’autre au sens de l’évolution et des risques inhérents aux recherches scientifiques aux méfaits de toute colonisation.

Cette  bonne bande dessinée franco-belge de science-fiction est destinée à un public adolescent avide de découvrir de nouveaux espaces et sensible aux questions existentielles auxquelles on cherche des réponses dès cet âge.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Terra Prime T1 : La Colonie » par Philippe Ogaki

 

Éditions Delcourt (16,95 €) – ISBN : 978-2-7560-4054-7

Galerie

Les commentaires sont fermés.