« Léon l’extraterrestre » par Pau Valls et Chris Stygryt

Un gentil alien protégé par des enfants des menées agressives du monde adulte — scénario qui a fait le succès de « E.T. l’extraterrestre », le film de Spielberg — est décliné dans un univers rural rassurant, par deux auteurs vivant en Espagne. Des aventures, de l’émotion et des sourires sont au rendez-vous avec « Léon l’extraterrestre ».

Le petit Pierre, entre 8 et 10 ans, est un jeune citadin qui prend beaucoup de plaisir à passer ses vacances à la campagne, chez ses grands-parents, Papito et Mamita. En moyenne montagne, au cœur de la forêt, il joue avec la très taquine Milly. Celle-ci lui apprend à pêcher et à se débrouiller dans une nature que le garçon timoré aborde avec beaucoup de retenue.

Léon l'extraterrestre page 10

Un soir, alors qu’il observe le ciel étoilé avec Papito, Pierre croit voir une étoile filante tomber derrière la montagne. Au petit matin, la débrouillarde Milly l’entraîne à la recherche du corps céleste. La police et l’armée leur font vite rebrousser chemin sur leurs vélos. Le périmètre est bouclé. Mais, sur la route du retour, les deux enfants voient tomber devant eux un immense bipède, en combinaison spatiale, avec un tube noir en guise de tête.

Pierre et Milly apprivoisent cet extraterrestre, muet et débonnaire, par des jeux dans les sentiers de montagne. Le soir venu, ils le cachent dans la grange de la ferme des parents de Milly. Commence alors un jeu de cache-cache entre le trio d’amis et les adultes qui cherchent un alien, notamment avec le shérif local qui suspecte les enfants de lui dissimuler leur découverte.

Ce secret, conservé entre eux, malgré la curiosité des adultes, soude de manière forte l’amitié entre Pierre et Milly. Rentré en ville à l’automne, pour la rentrée des classes, Pierre attend désormais impatiemment les lettres de Milly qui lui détaille sa vie à la campagne. Qui suspecterait la présence d’un extraterrestre derrière sa combinaison sur la photo qui trône sur une étagère de sa chambre ? Et pourtant, c’est bien Léon qui entoure de ses bras Pierre et Milly.

« Léon l’extraterrestre » s’adresse à un lectorat de 8 à 12 ans. Beaucoup d’aventures et de rebondissements dans un récit bien maîtrisé qui alterne scènes de tension, quand il faut cacher Léon, et séquences d’humour et de bonne humeur, des taquineries de Milly à la découverte émerveillée de la nature par Pierre. Le dessin élégant, volontairement simplifié du Valencien Pau Valls, est au service du récit dynamique, plein d’invention de Chris Stygryt. Au fil des aventures de Pierre, Milly et Léon, les jeunes lecteurs seront sensibilisés à des thématiques qui les touchent ; l’importance de la famille, se déplacer dans une nature protégée, le développement de liens amicaux forts et la nécessaire découverte des autres dans la construction de sa personnalité.

Laurent LESSOUS (l@bd)

 

« Léon l’extraterrestre » par Pau Valls et Chris Stygryt

Éditions Sarbacane (12,90 €) – ISBN : 978-2-84865-761-5

Galerie

Les commentaires sont fermés.