« Être là, avec Amnesty International » par Christophe Dabitch

C’est à un voyage humanitaire et citoyen que nous convie le scénariste Christophe Dabitch dans les pas de l’organisation Amnesty International, un peu partout sur la planète, pour y débusquer les injustices et les menaces de toutes sortes qui pèsent sur les populations, et défendre leurs droits. Au bilan, 13 reportages dessinés par autant de dessinateurs et un ouvrage éclectique et passionnant…

Dabitch explique en préface que son travail fait suite  à son album « Immigrants » (Futuropolis, 2010, déjà soutenu par Amnesty), et que c’est en toute liberté qu’il a choisi les sujets et les territoires, que les dessinateurs ne l’y ont pas accompagnés, mais qu’ils ont travaillé ensemble la documentation et l’angle d’approche, s’appropriant à leur façon ces reportages et leur donnant leur style : tantôt noir et blanc (Mattiussi, Abirached…), tantôt couleurs ; tantôt réaliste, tantôt impressionniste  (Jorge Gonzalez) ; tantôt illustratif (Manuele Fior, Sergio Anquindo…), tantôt narratif (Blancou, Macola…) ; un peu carnet de voyage aussi pour Flao ou Trouillard… Bref, une diversité de pattes et de personnalités très plaisante.

Trois sujets sont des entretiens avec des chercheurs et spécialistes de l’organisation et concernent la Syrie (et des dangers de se rendre dans un pays désormais violent et « paranoïaque »), l’Ingouchie (où un avocat témoigne des exactions et de l’insécurité dans cette partie du monde, le Caucase du Nord), et plus généralement l’Afrique (où l’intervenant d’Amnesty évoque son travail sur le terrain, notamment la situation des femmes violées au Burkina Faso). Sinon, ce sont des personnes rencontrées, interrogées qui évoquent leur désarroi, comme ces victimes témoignant à leur façon de la dictature en Argentine (des carreaux colorés implantés dans le sol des trottoirs…) ou ces femmes cambodgiennes qui racontent leur combat pour ne pas être expulsées de leur quartier, des femmes courageuses, admirables qui bravent les autorités pour faire valoir leurs droits et souligner le cas très général des expulsions forcées qui touchent près d’un million de personnes au nom du développement économique du Cambodge ; comme, au Liban,  cette femme torturée, condamnée à mort puis acquittée après cinq ans de prison, sujet poignant mis en images avec inventivité par Zeina Abirached. On peut citer encore le cas de condamnés à mort au Japon, sans oublier la France et le droit d’asile de migrants de toutes origines ou la situation des roms…

À noter que les dérives technologiques du monde contemporain n’est pas écarté puisqu’on évoque  dans « Être là » le scandale écologique en Côte d’Ivoire (déchets toxiques déversés en Afrique) en 2006, la multiplication des armements et le traité sur le commerce des armes, ou le problème du « totalitarisme numérique » (le « Big Data » et l’affaire Snowden) qui sont aussi de ces violences contre lesquelles se bat Amnesty International.

Alors, bons voyages… au cœur des droits de l’homme !

Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD->http://www.labd.cndp.fr/] et sur Facebook).http://bdzoom.com/author/didierqg/

« Être là, avec Amnesty International » par Christophe Dabitch 

Éditions Futuropolis (24 €) – ISBN : 978-2-7548-1131-6

Galerie

Les commentaires sont fermés.