« Un homme de goût T1 : Mise en bouche » par Cha et Eldiablo

Les recettes, les saveurs, les ingrédients, bref ce que l’on met dans notre assiette est en soi un très bon moyen de voyager. Mais l’homme de goût, dont il est question dans le titre de l’album du duo pseudonymique Cha et Eldiablo, est tout de même d’un genre très particulier… Et les auteurs de « Pizza Roadtrip » ne dérogent d’ailleurs pas au style décalé de leur précédente production en installant des personnages hors normes.

En se situant dès la première planche  dans le Guatemala contemporain, le voyage est déjà à l’œuvre, mais l’important tient à cette femme étrange et déterminée qui fait irruption dans la propriété du patron de la Baby Boom Inc., Pablo Nekros, l’immobilise et finit par le ligoter. L’homme est pourtant d’une corpulence niveau orang-outang (il est qualifié quelque part de « putain de géant », c’est tout dire, et le style de dessin caricatural n’hésite pas à le charger de ce côté-là !). Mais, face à lui, s’agite un petit bout de femme, une policière quinquagénaire assez laide, qui ne s’en laisse pas conter. Jamie Colgate tient et ne lâchera pas cet homme qu’elle qualifie de… cannibale !

Leur première rencontre, sanglante, c’était des années et des années auparavant, aux États-Unis et elle a failli ne jamais s’en remettre ! Quand elle retrouve sa trace (sanglante, encore), elle décide de lui mettre le grappin dessus et de lui faire payer ses déboires d’autant qu’elle a des preuves, notamment celle de son passage à Cuba comme guérillero. Le plus extravagant, c’est que Jamie Colgate assure qu’il était également, à Paris, bien des années avant… en 1847 ! Alors foldingue, la Jamie ? C’est le tome 2 qui nous l’apprendra. Ce premier volume en hors d’œuvre est déjà tonique et pimenté. Le dessin de Cha s’affirme et l’on apprécie tout particulièrement le traitement des flash-back, stylisés en fonction de la période, sauce vieux comics ou vieilles gravures, qui témoigne du potentiel de la dessinatrice.

Langage cru, noms excessifs, individus déjantés, bains de sang… le ton était déjà donné dans « Pizza Roadrip », paru également chez Ankama en 2012, avec également un petit voyage à la clé, entre Paris et la Bretagne, pour aller enterrer un cadavre bien encombrant ! Malgré une intrigue toute simple, la compagnie de personnages pas très nets, piégés par des plans foireux, ne manquait pas de souffle et l’album figurait dans plusieurs sélections, obtenant même le Fauve Angoulême 2013 des Lycéens de Poitou-Charentes.

Puisqu’on parle de « gastronomie », signalons un voyage en papilles avec « La Passion de Dodin-Bouffant » de Mathieu Burniat qui adapte là un roman de Marcel Rouff, de 1924. Tout se passe dans le Jura dans les années 1860 où l’on fait connaissance d’un prince reconnu de la cuisine dont le talent s’appuie sur une cuisinière émérite. Quand ladite Eugénie Chatagne meurt, c’est la catastrophe ! Comment la remplacer ? Est-ce même possible ? Et si finalement le prince devait une partie de son génie culinaire à son petit personnel ? Mathieu Burniat réussit à nous intéresser à cette succession difficile et nous rendre sympathique le petit monde des fourneaux avec détails  et recettes qui mettent l’eau à la bouche. C’est en outre joliment dessiné, l’auteur ayant le sens de la mimique.

Alors, bons voyages !

Didier QUELLA-GUYOT  ([L@BD->http://www.labd.cndp.fr/] et sur Facebook).http://bdzoom.com/author/didierqg/

 « Un homme de goût T1 : Mise en bouche » par Cha et Eldiablo

Éditions Ankama (13,90 €) – ISBN : 978-2-3591-0508-7

« Pizza Roadrip » par Cha et Eldiablo

Éditions Ankama (14,90 €) – ISBN : 978-2-3591-0332-8

« La Passion de Dodin-Bouffant » par Mathieu Burniat

Éditions Dargaud (17,95 €) – ISBN : 978-2-2050-7292-1

Galerie

Les commentaires sont fermés.