« Rouge comme la neige » par Christian de Metter

Christian de Metter change radicalement d’ambiance et de technique graphique pour nous concocter un long western envoûtant, où il revisite certains poncifs du genre, comme l’enlèvement d’un enfant par les Indiens par exemple, pour déboucher sur un drame familial fascinant…

Apprenant la tenue prochaine du procès d’un homme ayant tenté de kidnapper un petit garçon, une veuve éplorée, dont la fille a disparu quelques années plus tôt, court y assister, en compagnie de son fils adolescent et armée du revolver de feu son mari. L’accusé, qui est finalement condamné à la pendaison, la remarque dans la salle et souhaite lui parler avant son exécution : il lui fait alors comprendre que sa progéniture n’est pas morte et que lui seul sait où elle est. Si elle veut la retrouver, il va falloir que cette femme l’aide à s’évader ! Commence alors une longue chevauchée sanglante à travers les Rocheuses du Colorado, à une époque où la haine envers les Indiens est encore bien tenace…

            D’emblée, on sent que rien ne va vraiment se passer classiquement, comme pourrait nous le faire croire ce résumé basique des premières pages : tout est dans la psychologie fouillée des personnages, dans leurs regards interrogatifs ou inquiets et dans les dialogues qui font mouche à chaque case. Mais aussi dans l’intensité du surprenant graphisme monochrome adopté pour mieux nous faire sentir la poudre et la poussière : un style et un ton à dominante d’ocres, peut-être moins torturés et colorés que dans ses précédents ouvrages que sont « Le Sang des Valentines », « Dusk », « Emma », « Le Curé » ou encore ses adaptations en bandes dessinées de « Shutter Island », de « Scarface » ou de « Piège nuptial ». D’ailleurs, dans ce remarquable et efficace western distancié, on retrouve toute la maîtrise narrative de l’auteur, pourtant peu enclin au genre. On sent aussi qu’il s’est vraiment amusé à enchevêtrer les pistes pour mieux manipuler le lecteur et l’obliger à s’interroger sur cette Amérique rurale de la fin du XIXe siècle qui commençait alors, malgré elle, à basculer dans l’industrialisation : du grand art !

Gilles RATIER 

« Rouge comme la neige » par Christian de Metter

Éditions Casterman (18 €) – ISBN : 978-2-203-07201-5

Galerie

Une réponse à « Rouge comme la neige » par Christian de Metter

  1. JN dit :

    Une pure merveille effectivement. On a envie de le relire tout de suite après la découverte pour capter tous les petits détails qu’on n’a pas vu à la première lecture…
    Récit très fort, et présenté dans un bel écrin en plus.