Hop ! 40 ans et 140 numéros…

Lancée voici quarante ans par Louis Cance, Hop ! LA revue d’information et d’études sur la BD, poursuit sa route, toujours sous l’impulsion de son infatigable créateur — et une petite équipe de passionnés (dont Marc-André Dumonteil) — qui, d’Aurillac et sans Internet s’il vous plaît, poursuit inlassablement son exploration du patrimoine de la bande dessinée. Alternant numéros nostalgiques et d’actualités, il pose le regard original du passionné sur le monde du neuvième art où les vrais amoureux désintéressés sont, hélas, de plus en plus rares.

Le numéro 140 qui vient de sortir — bien que daté de décembre 2014 (on lui pardonne volontiers ce petit décalage) — est à la fois éclectique et riche. Interview par Stéphane Lucien de Christian Denayer, dessinateur d’« Alain Chevalier », de « Yalek », de « Gord », des « Casseurs », de « Génération collège »…

Et depuis quelques années, de « Wayne Shelton » avec son ami Jean Van Hamme au scénario (excepté quelques albums signés Thierry Cailleteau) : véritable succès éditorial, prouvant que les « vieux » peuvent aussi cartonner en librairie.

Il parle de son métier, de ses débuts d’assistant de Jean Graton, puis de Tibet : travail ingrat, parfois délicat, où l’on apprend pas mal de choses sur les coulisses de « Ric Hochet » ou de « Michel Vaillant ».

Comme d’habitude, cet entretien chaleureux et sans état d’âme, est complété par la copieuse bibliographie de ce dessinateur discret et sympathique.

La génération des années d’après-guerre peut rêver en dévorant l’étude consacrée à Capitaine Marvel junior, magazine publié par une filiale de la SAGE (Sagédition), à partir de 1947. Là aussi, bibliographie complète des 69 numéros et présentation des auteurs de cette série américaine (C. C. Beck, Bill Parker, Otto et Jack Binder, Mac Raboy…). Portrait du dessinateur anglais C.L. Douhhty qui a animé « Dick Turpin » et dont certaines « Histoires en mille morceaux » publiées dans Spirou lui furent furent curieusement et faussement attribuées.

Ajoutons la revue de presse, les petites annonces, un passionnant « Coin des collectionneurs » consacré aux nombreux ouvrages de la micro édition, des échos, la rubrique fanzines… Et l’indispensable rubrique « Remember » qui, sur 17 pages, présente les biographies complètes des auteurs du monde entier disparus au cours du trimestre. Je vous l’ai dit, un boulot de fous !

Henri FILIPPINI

Hop ! : revue trimestrielle, 64 pages noir et blanc (7,60 €)

À commander chez Louis Cance, 56, Boulevard Lintilhac, 15000 Aurillac.

Galerie

6 réponses à Hop ! 40 ans et 140 numéros…

  1. Dominique Petitfaux dit :

    On ne peut que se joindre à Henri Filippini pour célébrer le quarantième anniversaire de « Hop ! », ultime revue francophone à consacrer l’essentiel de ses pages à l’histoire de la bande dessinée. Chaque numéro est une mine d’informations, le plus souvent inédites, présentées avec simplicité et modestie… Dans la discrétion, loin de tout esprit polémique, Louis Cance a défriché des secteurs du neuvième art (notamment la bande dessinée populaire des années 1940 à 1970) généralement peu traités ailleurs.

  2. BARRE dit :

    Bon anniversaire à une -jeune- revue (40 ans c’est pas vieux non?!!) faite par de vieux passionnés ou alors bon anniversaire à une vieille revue (40 ans à notre époque!!) faite par de jeunes gens amoureux du 9ème art, et quand on aime on a toujours 20 ans non?
    Respect à Louis Cance que j’ai découvert perso en lisant les aventures de Pif qu’il dessinait d’une main légère et poétique dans le journal du même nom auquel on ajoutait un p’tit gadget..

  3. Bravo pour ce bel anniversaire, Messieurs de Hop!, je suppose que vous êtes maintenant la plus ancienne revue d’études en français sur la BD encore en activité. Votre travail est un admirable exemple de recensement et de témoignages d’auteurs du passé parfois un peu oubliés par les jeunes générations qui préfèrent s’abrutir à faire des jeux vidéos, lire des mangas ou s’envoyer des SMS. Vous êtes en quelque sorte la mémoire de la BD, et vous continuez à perpétuer sa flamme au-delà des décennies, de façon bénévole et désintéréssée.

  4. Grand BRAVO pour cet anniversaire ! Pfiuuu ! C’est à la fois joyeux (Louis Cance, toujours jeune, depuis que j’ai découvert son « Pif », qui fut donc le premier que j’aie lu ! – avant de découvrir ceux de Mas, Motti, Corteggiani, Yannick, etc…) et c’est aussi un peu triste, car la rubrique nécrologique ne cesse de s’alimenter et le pauvre Louis doit parfois se sentir un peu désemparer, à devoir multiplier les articles d’adieux à ses anciens confrères et amis… Mais tout de même : longue vie à HOP! ! (oui : deux fois le point d’exclamation, du coup !) – Jean-Luc

  5. Douvry Jean-François dit :

    L’article chaleureux de Henri Filippini rappelle l’essentiel : HOP ! reste ce fil rouge tendu des années soixante-dix à nos jours par un passionné et un pur, qui était en fait tombé dans la marmite magique du neuvième art depuis la fin des années cinquante.
    Important de rappeler aussi, comme l’ont fait plusieurs intervenants, qu’il est un dessinateur de talent, et un professionnel lucide . Lecteur de son magazine depuis le numéro 1, ce qui me frappe sur la durée ( 40 ans !) est sa curiosité intacte et son empathie pour tous ses confrères dessinateurs, son énergie renouvelée pour informer ses lecteurs le plus largement possible, sans a priori ni effets de mode. Nombre de ses numéros et dossiers restent d’incontournables références.
    Davantage qu’une évidente sympathie ce que j’éprouve, a considérer son remarquable parcours, est de l’admiration. Longue vie à HOP !

  6. Les Papiers Nickelés de Yves Frémion (de Seuterre, arf arf) ont repris le flambeau, avec une jolie petite revue toute en couleurs. Sinon, que devient Haga? Et on regrette l’arret du Collectionneur de bandes dessinées.