Quelques ouvrages de plus pour tout savoir sur le 9e art…

De nombreux nouveaux ouvrages savants, sur l’histoire de notre médium favori, continuent de remplir les rayons de nos librairies, et c’est tant mieux… En effet, il reste encore tant de choses à dire et à découvrir… Voici donc une petite liste, non exhaustive, d’indispensables essais ou recueils récents – la remise à jour largement complétée et réécrite du formidable livre de Thierry Groensteen sur Rodolphe Töpffer en tête — pour compléter votre érudition bédéphile et nos déjà innombrables conseils de lecture en ce domaine… (1)

Portrait de RodolpheTöpffer.

« M. Töpffer invente la bande dessinée » par Thierry Groensteen

Éditions Les Impressions nouvelles (24 €) — ISBN 978-2-87449-187-0

Non content d’avoir inventé le 9e art, le Genevois Rodolphe Töpffer en fut aussi le premier théoricien, puisqu’outre le fait d’être l’auteur de romans — graphiques ou non —, de savoureux récits de voyage et de pièces de théâtre, il avait aussi commis quelques essais sur l’art, et notamment des textes consacrés à la caricature et à sa pratique de dessinateur. Déjà auteur de plusieurs livres de références dans le domaine qui nous intéresse, l’ancien directeur du musée de la bande dessinée d’Angoulême — aujourd’hui éditeur chez Actes-Sud/l’An 2 et rédacteur en chef de la revue en ligne NeuviemeArt2.0 — contextualise l’ensemble des textes de Töpffer (tous réunis ici) dans une continuité historique et analyse minutieusement les principaux ressorts de ses récits en images. Bref, voici une publication — très dense et bien illustrée — qui est aussi importante sur le plan historique que sur le plan théorique…

            « La Saga du Capt’ain Swing ! » par Jean-Luc Biville

Éditions De Varly (35 €) — ISBN 978-2-822800-21-1

Les aventures du Capt’ain Swing, l’invincible chef des loups de l’Ontario luttant contre les Tuniques rouges au temps de la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique au 18e siècle, n’ont peut-être pas eu autant d’importance dans l’histoire du 9e art que les récits graphiques de Töpffer… Mais elles ont passionné plusieurs générations de lecteurs, à l’époque où les kiosques à journaux croulaient sous les petits formats : des titres bon marché publiés régulièrement, et dont la plupart étaient en noir et blanc.

Le passionné Jean-Luc Biville vient de rééditer et d’augmenter le livre (publié à l’origine chez Aarsinoe, en 2008) qu’il avait consacré à cet ultime survivant de ce qui, pour certains, est encore considéré comme un âge d’or de la BD populaire. Présentation des auteurs — les EsseGesse, groupe composé du trio Giovanni Sinchetto, Dario Guzzon et Pietro Sartoris, mais aussi l’excellente Lina Buffolente et bien d’autres qui travaillèrent aussi sur cette mythique série à la dimension européenne —, résumé des deux cent quatre-vingt-un récits replacés dans leur contexte historique et géographique, mise en exergue de centaines d’illustrations et de couvertures parues en France, en Italie, en Grèce, en Norvège, en Turquie ou encore en ex-Yougoslavie… Encore un ouvrage indispensable à tout nostalgique bédéphile qui se respecte et qui devrait éclairer pas mal de spécialistes du 9e art ayant tendance à ignorer, voire à dédaigner, ce genre de bandes dessinées…

            « Trouvailles 4 » par Philippe Mouvet

Éditions Chambre Belge des Experts en Bandes Dessinées auprès de Serge Algoet, Rue Guillaume Beliën 19, B -1090 Bruxelles ou aux éditions L’Âge d’or (http://www.bdcharleroi.com)

Le chercheur Philippe Mouvet est retombé sur quelques-uns de ses textes parus dans des revues belges consacrées à l’artisanat, aux expositions d’art, au folklore ou à la bande dessinée, et destinées aux brocanteurs et collectionneurs, comme Trouvailles et Collections, Tradition’s ou encore Brabant Strip magazine : de quoi alimenter une quatrième tome de ses « Trouvailles » fort bien illustrées et éditées par la Chambre Belge des Experts en Bandes Dessinées (CBEBD), dans la collection d’ouvrages qu’elle publie à l’intention de ses membres, spécialistes, chercheurs et autres bibliothécaires.

Attention, ce sont des produits non commerciaux, au tirage limité seulement à cent cinquante ou deux cents exemplaires.

Ayant retravaillé ses notes, l’infatigable explorateur nous fait partager ses diverses découvertes réalisées en chinant : les « Histoires Hebdo… madaires » de Will pour la revue Hebdo qui présentait les programmes de Radio Luxembourg entre 1946 et 1947, les cartes « Spirou » de la firme anversoise Floch-Indus, les illustrations sportives d’un certain Jano qui n’est autre que Jean Graton, le détail précis des bandes dessinées proposées dans Moustique junior — supplément à l’hebdomadaire Télémoustique des éditions Dupuis (dirigé par Alain De Kuyssche, entre 1987 et 1989) —, les calendriers scouts de Willy Vandersteen, les seaux de plage illustrés par des dessins de Maurice Tillieux, les petits jeux Spirou-Scola d’André Franquin, la multitude d’illustrations réalisées par Morris pour la presse flamande et autres bandes publicitaires inconnues du grand public dues à Berck ou à Tibet.

Ce n’est pas « Trouvailles » que les recueils de l’érudit Philippe Mouvet devraient s’appeler, mais « Merveilles » !!!

« Vikings et bande dessinée : mythes et réalités » par Florian Rubis, Pierre-Marie Jamet et Jean Renaud

Éditions P.L.G (15 €) — ISBN 978-2-917937-17-4

Peut-être moins riche en découvertes, mais fort instructif sur le plan de la culture générale et de l’Histoire avec un grand H, ce catalogue d’une exposition évolutive réalisée par la galerie Oblique (Pierre-Marie Jamet) en collaboration, pour les textes, de deux spécialistes (Florian Rubis et Jean Renaud), mérite vraiment le détour ; ne serait-ce que pour découvrir la richesse de ce vaste sujet que sont les Vikings : de la tapisserie de Rollon aux sagas nordiques de Marc Védrines, Gwendal Lemercier ou Alex Alice, en passant par « Prince Vaillant » d’Harold Foster, « Astérix » d’Albert Uderzo et René Goscinny, « Thor » de Jack Kirby et Stan Lee, « Hägar Dünor » de Dik Browne, « Thorgal » de Grzegorz Rosiński et Jean Van Hamme, quelques mangas, ou encore les dessins et séries de Frank Frazetta, Joe Kubert, John Buscema, Sergio Toppi, Jaap de Boer, Damien Cuvillier.. Le choix est plus que large ! Bref, on passe un très bon moment à se remémorer ou à découvrir tous ces fascinants guerriers perçus d’abord, par l’imaginaire collectif, comme sanguinaires ou comme des pirates aventureux et brutaux.

            « Delirium » par Philippe Druillet, avec David Alliot

Éditions Les Arènes (17 €) — ISBN 978-2-35204-298-3

Cependant, les témoignages en direct des auteurs eux-mêmes sont le meilleur moyen d’en savoir un peu plus sur les arcanes du 9e art et, en ce sens, l’autobiographie récente de Philippe Druillet est remarquable. C’est l’extraordinaire itinéraire d’un enfant de collabos devenu un dessinateur culte qui a bouleversé la bande dessinée dans les années 1970 avec son univers de science-fiction : de son premier « Lone Sloane » chez Losfeld à Métal hurlant, en passant, évidemment, par Pilote. Un parcours très riche que commente avec passion l’une de nos plus belles figures de la bande dessinée française contemporaine.

Même si l’ouvrage passe parfois du coq à l’âne, il faut bien reconnaître qu’il reste pourtant tout le temps passionnant et qu’il est fort bien écrit. Seul petit regret, les trop nombreuses erreurs de noms, notamment en ce qui concerne le monde de la bande dessinée : le journaliste David Alliot n’étant, manifestement, pas un grand connaisseur du 9e art. Pour en avoir discuté avec notre Dru-Dru national au dernier festival d’Angoulême, l’éditeur lui a promis que les coquilles seront corrigées dans la prochaine réimpression, laquelle ne devrait pas tarder vu l’engouement suscité par cet « autoportrait ».

Philippe Druillet au milieu de ses oeuvres...

À noter que Philippe Druillet avait quand même dévoilé une bonne partie des anecdotes contenues dans ce petit livre à notre collaborateur Jean Depelley. Ce dernier nous avait d’ailleurs livré, il y a déjà quelque temps, une longue interview en quatre parties dont nous ne pouvons que vous conseiller la lecture, si ce n’est pas déjà fait : Entretiens avec Philippe Druillet (1ère partie), Entretiens avec Philippe Druillet (2ème partie), Entretiens avec Philippe Druillet (3ème partie) et Entretiens avec Philippe Druillet (4ème partie et fin).

D’autres témoignages de quelques dessinateurs tout aussi importants pour l’évolution du médium sont également parus ces derniers jours et ont déjà été chroniqués sur BDzoom.com comme Un géant nommé Jijé !!! par Henri Filippini ou « Dessinateurs de presse » par Numa Sadoul par Philippe Tomblaine.

Enfin, terminons ce petit panorama en mettant une nouvelle fois en exergue, parce qu’ils le méritent et qu’ils en ont besoin pour se faire connaître, l’insatiable et méritoire travail réalisé par les animateurs des quelques revues de bédéphilie qui continuent encore à paraître contre vent et marée comme Bananas (voir Bananas : le 6ème), La Crypte tonique (voir Paul Cuvelier redécouvert…), Hop ! (le dernier numéro en date, le n° 139, est consacré en grande partie à la série américaine « Scorchy Smith », mais aussi à la collection Jeune Fille des frères Offenstadt, aux travaux d’Étienne Le Rallic dans le Pierrot des éditions de Montsouris ou aux séries anglaises du Journal de Nano et Nanette), Papiers nickelés ou encore Tonnerre de bulles qui vient de nous concocter un indispensable troisième hors-série entièrement à la gloire d’Albert Uderzo. Sous couvertures d’Al Coutelis et de Jean Solé qui mettent en scène le célèbre dessinateur d’« Astérix », nous avons droit à une interview inédite du maître réalisée par Coutelis, une autre d’Alain Duchêne (l’un des responsables de l’intégrale Uderzo chez Hors-Collection) par Laurent Assuid et des témoignages ou dessins hommages réalisés par des dessinateurs qui lui doivent tout comme Jean Mulatier, Philippe Luguy, Jean-Louis Mourier, Frank Margerin, Lidwine, Achdé, François Boucq, Jean-Yves Ferri, René Hausman, Riff Reb’s, Fabrice Tarrin, Pierre Tranchand, Zep… 

Gilles RATIER

(1) Voir par exemple : Sous les pavés, la passion !, Sous les pavés, la passion : deuxième !!!, Quelques documents historiques sur le 9e art et nouveautés oubliées du passé…, De quelques ouvrages indispensables sur les nouveautés du passé de Spirou !

Galerie

Les commentaires sont fermés.