« La Droite ! Petites trahisons entre amis »

L’un des meilleurs « coups » de Dominique Burdot (l’un des maîtres d’?uvre de la jeune et dynamique maison d’édition 12 bis), alors qu’il était encore directeur général des éditions Glénat, c’est d’avoir bien compris que les bandes dessinées à thème politique pouvaient toucher un très large public, à condition que cela soit bien fait : et quand, en 2006, il publie la biographie, aussi drôle que documentée, d’un homme politique en vue (« La face karchée de Sarkozy »), c’est un gros succès !

La recette était pourtant simple : il suffisait de prendre un journaliste d’investigation réputé (Philippe Cohen), un dessinateur habitué à croquer l’actualité (Riss) et un scénariste rompu à l’art complexe de la narration (Richard Malka) ; et de secouer le tout pour obtenir une excellente « BD-enquête » d’utilité publique ! Et c’est ainsi qu’après les très réussis « Ben Laden dévoilé » et «  Ahmadinedjad atomisé » du journaliste Mohmed Sifaoui (spécialiste des Islamistes) et du dessinateur Philippe Bercovici, voici encore une enquête sérieuse et approfondie, réalisée à partir du même moule (et encore éditée chez 12 bis) !

Celle-ci retrace, de façon amusante et synthétique, soixante ans de l’histoire politique de la droite française au travers de la vie Charles Pasqua : l’un des hommes politiques les plus mystérieux et les plus controversés de la Ve République ! Et c’est Sarko lui-même qui raconte, à son fils Jean, l’irrésistible ascension de son ancien mentor, à grand renfort d’anecdotes et d’histoires, hélas, toutes « vraies », recueillies, pour la plupart, par Frédéric Ploquin, grand reporter chez Marianne !

Outre le fait que ce soit désopilant, que les caricatures soient très bien vues (Pascal Gros, l’un des principaux dessinateurs du magazine Marianne, est un expert en la matière), et que l’on en apprenne des vertes et des pas mûres grâce à une documentation sans faille, la grande qualité de cet exercice de style de quatre-vingt quatorze pages, c’est l’efficacité de sa narration : en effet, après les sagas familiales, Pierre Boisserie s’est plongé avec délectation dans cette saga politique, nous faisant profiter de son évident savoir-faire !

Comme le brillant « Quay d’Orsay » de Christophe Blain et de l’ancien membre de cabinet ministériel qui signe du pseudonyme de Abel Lanzac (chez Dargaud), ces « Petites trahisons entre amis » montrent bien, qu’avec un propos fin et documenté, la bande dessinée peut être une arme redoutable ; d’autant plus que, dans un cas comme dans l’autre, la charge, si elle est toujours drôle, n’est jamais grossière : l’intelligence des anciens ministres n’étant pas occultée et le lecteur n’étant jamais pris pour un c.. !

Gilles RATIER

? La Droite ! Petites trahisons entre amis ? par Pascal Gros, Pierre Boisserie et Frédéric Ploquin
Éditions 12 bis (15 Euros)

Galerie

Une réponse à « La Droite ! Petites trahisons entre amis »

  1. Anonyme dit :

    Ouvrage à recommander chaudement : Imaginez un manuel d’Histoire drôle, juste et terriblement précis, vous aurez cette BD