« Battling Boy » T1 par Paul Pope

Cet automne est sorti le premier tome d’un comic qui devrait ravir le public adolescent et intéresser les lecteurs adultes n’ayant pas perdu leur âme d’enfant : « Battling Boy » de Paul Pope. Du rythme, de la couleur, de l’aventure et de l’humour, mais surtout un univers très original…

Au fin fond du cosmos, au royaume de Vermeil, vit un dieu guerrier qui doit maintenant faire passer à son fils (Battling Boy, qui n’a que 12 ans) le rite initiatique du passage de l’adolescence à l’âge adulte. Pour cela, il l’envoie dans un monde où les humains sont en guerre avec divers monstres effrayants : certains de taille humaine, dont Sadisto et son gang de goules qui enlèvent les enfants, d’autres beaucoup plus gros, voire gigantesques, qui dévastent tout sur leur passage. La principale ville de ce monde, Arcopolis, vient de perdre son héros, Haggard West, et se retrouve maintenant sans défense face à ces terribles monstres. La mission de Battling Boy consiste donc à aider Arcopolis à se débarrasser de l’ennemi en combattant tel leur nouveau héros. Mais le garçon, seulement « armé » d’une cape, d’une carte de crédit, d’un trousseau de clés, d’un livre et de 12 tee-shirts magiques, prend bien vite conscience que la tâche risque d’être ardue ! Saura-t-il devenir un homme en surmontant ses peurs et en réussissant ce qui lui semble impossible ? C’est tout le sujet de l’album…

Paul Pope reprend ici à son compte une trame vieille comme le monde qui a traversé l’histoire des contes et de la littérature fantastique selon des traditions ancestrales bien connues. Mais – avec son habituelle fougue graphique et son style « brut de décoffrage » – il réussit à réinventer le genre en échafaudant un univers très original où la fantaisie et l’imagination débridée transportent le lecteur dans des sphères pour le moins décalées. Carrefour étrange entre la SF, l’heroic fantasy, le conte, l’humour et l’absurde, « Battling Boy » propose un voyage atypique pétri de bienveillance et de tendresse sans pour autant verser dans un merveilleux bêtifiant. C’est au contraire tonique, enlevé, plein de rebondissements et de situations cocasses, de monstres aussi horribles que ridicules, de combats épiques et d’action spectaculaire. L’une des grandes qualités de cette œuvre – outre le dessin à la fois précis et déglingué de Pope – réside dans un emploi de la couleur puissamment expressif. Couleurs vives, presque criardes, parfois, alliées à des tons plus rabattus qui engendrent une ambiance forte et subtile à la fois… L’univers de « Battling Boy » est rafraîchissant et titille notre goût pour la nouveauté. Une lecture bigarrée qui enchantera les jeunes lecteurs aimant aussi les mangas, ainsi que les adultes appréciant la science-fiction décomplexée…

Cecil McKINLEY

« Battling Boy » T1 par Paul Pope

Éditions Dargaud-Urban Comics (17,95€) – ISBN : 978-2-2050-5956-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.