Dantès s’attaque à la « Françafrique » !

Nouveau cycle d’aventures ! Et changement de décor pour le héros de Pierre Boisserie, Philippe Guillaume et Eric Juszezak… Après avoir été innocenté dans le scandale financier de la banque BGCI, l’industriel se retrouve au coeur d’une sombre affaire de traitement de déchets toxiques en Afrique, dans laquelle trempe l’une des filiales de son groupe.

Pierre Boisserie et Philippe Guillaume

« Nous n’avions pas envie de tirer sur la ficelle », indique Pierre Boisserie, lorsqu’on l’interroge sur les  raisons de cette rupture avec la première saison, close l’an passé. « Toutefois, au long des 6 premiers tomes de la série, nous avons, avec Philippe Guillaume, construit un personnage dont nous avons souhaité prolonger la destinée, tout en partant sur quelque chose de nouveau.»

Les 2 hommes, dont la collaboration est désormais bien rodée, s’engagent alors dans la construction d’une nouvelle intrigue romanesque, qu’ils situent en Afrique, tout en maintenant le cap de baser leur récit sur des événements économiques réels ; s’appuyant en cela sur l’expertise de Philippe Guillaume, ancien responsable du service des marchés financier du quotidien Les Échos : « L’Afrique était une évidence car nous avions ouvert une porte en y renvoyant Isaac, l’ami informaticien de Dantès. Ensuite, nous nous sommes inspirés de 3 affaires pour monter ce nouveau récit, nous expliquent les co-scénaristes : la première est le décès présumé du journaliste Guy-André Kieffer, mystérieusement disparu alors qu’il enquêtait sur la filière du cacao en Côte d’Ivoire ; la deuxième, moins connue, dite affaire du Probo Koala, est le scandale des déchets toxiques répandus dans des décharges sauvages du même pays et ayant entraîné une dangerosité telle que 17 personnes sont décédées et des dizaine de milliers furent intoxiqués ; la troisième est, bien évidemment, l’existence des réseaux d’influence des hommes d’affaires dans ce qu’on appelle la Françafrique

Fortement documenté, le diptyque devrait même prendre une tournure encore plus réaliste dans son 2ème volet : « Nous avons rencontré, au sein de la société Séché Environnement, la personne en charge, lors de cette catastrophe environnementale, du nettoyage des décharges toxiques en Afrique. Tout ce qu’on raconte est tiré de faits réels. »

Les scénaristes de « Dantès », en compagnie du dessinateur Éric Juszezak lors de la rencontre de presse dédiée à la présentation de la 2ème saison de la série.

 Il serait cependant profondément injuste de résumer cet album à sa dimension documentaire : « Nous n’avons aucune ambition de réaliser une BD reportage », se défendent les auteurs, « notre série est d’abord une fiction d’aventure, dans un contexte réel. Nous ne touchons pas du tout le même public. » Ainsi, alors qu’il est en train de mettre en place une importante augmentation de capital destinée au développement de son groupe Pharaon, Alexandre, alias Dantès, décide sans attendre de se rendre en Côte d’Ébène, dès qu’il a connaissance de l’implication de sa filiale dans le déchargement de déchets toxiques. Dès lors, actions et rebondissements ne vont cesser de se succéder.

Un millionnaire aventurier et globe trotter… Ça ne vous rappelle rien ? Évidemment, toute ressemblance avec Largo Winch ne serait pas à proscrire même si « la série « Dantès », qui existe depuis 7 ans, n’a jamais été élaborée dans cet esprit. C’est sympa comme référence, mais notre personnage principal n’est pas  un aventurier par principe. S’il se rend en Afrique, c’est pour éviter que l’affaire de traitement de déchets toxiques soit révélée, ce qui nuirait à la réussite de l’augmentation de capital. Nous ne souhaitons pas que notre héros soit lisse, nous aimons son côté ambivalent. » Au-delà de l’aspect baroudeur qu’il confère à leur héros, les scénaristes souhaitent d’ailleurs engager le lecteur dans une réflexion plus pointue : « L’envie d’informer nous tient à coeur, expliquent-ils, nous souhaitons que notre récit soit sujet à réflexions par rapport à l’évolution de la planète, au développement durable et aux problèmes sociaux notamment. »

Laurent TURPIN

« Dantès T7 : Le Poison d’ébène » par Pierre Boisserie, Philippe Guillaume et Éric Juszezak

Éditions Dargaud (11,99 €) – ISBN : 978-2-205-07105-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.