« Les Taches du léopard » par Pedro Rodriguez et Sean Tulien [d'après Rudyard Kipling]

Décidément, Rudyard Kipling et ses « Histoires comme ça » inspirent les auteurs de bande dessinée. Après Yann Dégruel qui a puisé à cette source pour trois de ses albums, (« L’Enfant d’éléphant », « Le Chat qui s’en va tout seul » et « La Première lettre », chez Delcourt), voici un nouvel album venu des États-Unis, adapté par Sean Tulien, auteur publiant essentiellement de la littérature de jeunesse, traduit par Benjamine des Courtils et mis en images par Pedro Rodriguez.

Ce dessinateur espagnol (qui travaille pour les uSA), au dessin efficace et très dynamique, a déjà publié deux albums chez Emmanuel Proust. Le premier, « Macabre », un recueil de nouvelles fantastiques classiques ; le second, destiné aux jeunes enfants, « Les Lutins et le cordonnier », dont nous vous avons déjà parlé dans cette chronique.

 

Les Taches du léopard planche 1

Ce conte animalier destiné aux 5 – 9 ans répond avec humour à la question : « Dis, maman, papa, pourquoi le léopard et la girafe sont pleins de taches ? Et pourquoi le zèbre, il a des rayures ? »

Les Taches du léopard page 7

Direction la savane où, nous dit un narrateur qui énerve prodigieusement les animaux qui y vivent, « autrefois, tous les êtres étaient égaux … tous les animaux pouvaient se fondre dans le paysage. » L’on y fait la connaissance des protagonistes de cette histoire, au pelage ou à la peau uniformément ocre : une girafe, un zèbre et un koudou découvrant trop tard un léopard tapi dans un arbre, visés par un Éthiopien dissimulé dans un buisson. Un constat s’impose vite au gibier potentiel. Pour survivre, ils doivent aller se cacher en forêt où ils subissent une étrange transformation. De leur côté, pour retrouver les animaux qui leur servent de repas, le jaguar et l’Éthiopien vont consulter le vieux sage singe Baviaan, dont le conseil est étrangement formulé : « Ils ont tâché de changer d’endroit. Et mon conseil, léopard, c’est de tâcher d’en faire autant. » Au moins, une chose est désormais avérée dans ce récit à taches et à rayures, c’est que les singes maîtrisent parfaitement plusieurs niveaux de langage …

Les Taches du léopard page 15

Voici un album réellement jubilatoire, tant par le dessin magnifiquement expressif de Pedro Rodriguez, qui explore avec humour et finesse les relations entre chasseurs et gibiers, entre personnages et narrateur,  que par les jeux de langue que les lecteurs qui savent lire pourront goûter. Les dialogues entre le jaguar, un peu rustre dans son expression, et son allié l’Éthiopien, maîtrisant une langue châtiée, sont irrésistibles.

Les Taches du léopard page 22

Un album qu’enfants et adultes auront plaisir à découvrir et à partager.

Catherine GENTILE

« Les Taches du léopard » par Pedro Rodriguez et Sean Tulien [d'après Rudyard Kipling]

Éditions Emmanuel Proust (9,95 €) – ISBN 978 2 84810 437 9

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>