Spécial intégrales Panini Comics

Tout en abordant la rentrée, je vous propose jusqu’à mi-septembre de revenir sur quelques albums Panini que je n’avais pas chroniqués ces derniers temps à cause d’un grand nombre d’ouvrages intéressants parus chez les autres éditeurs, et aussi par lassitude face à la récente production Marvel relayée par Panini, nettement en baisse qualitative… Depuis « Secret Invasion », Marvel pédale un peu dans la semoule, mais ce n’est pas une raison pour ignorer certains albums publiés en VF cette année.

« Spider-Man Team-up » L’Intégrale T2 (1973-1974)

Quelle chouette idée que d’avoir commencé l’intégrale des « Marvel Team-up » mettant en scène Spider-Man ! Après la série régulière et « Spectacular Spider-Man », cette troisième salve arachnéenne comblera tous les fans et rappellera de bien émouvants souvenirs aux vieux lecteurs de Spécial Strange. Car outre les « X-Men » qui nous galvanisaient, il y avait bien sûr en seconde partie de programme les fameux épisodes où Spider-Man et La Chose faisaient équipe avec un autre super-héros Marvel le temps d’une aventure… Une véritable madeleine de Proust, donc, que cette Intégrale « Team-up ». Un premier volume était paru à l’automne dernier, avec à peu de chose près la même équipe artistique que ce deuxième tome, à savoir Conway, Wein, Kane et Mooney. Spider-Man y côtoyait La Torche, La Chose, mais aussi les X-Men, les Inhumains, Vision, Thor ou Iron Man pour notre plus grand plaisir. Ce deuxième tome ne démérite pas face au premier, avec des épisodes qui ont marqué durablement les lecteurs de Spécial Strange. Mais ici, plus de censure ! Ouf ! C’est donc une redécouverte respectueuse de l’œuvre pour ceux qui n’avaient pas lu les VO.

Qui a oublié ces épisodes où Spider-Man se retrouvait aux côtés de Ghost Rider pour combattre un hallucinant Globe à moto, ou bien sa rencontre avec un Hercule qui déplace Manhattan à la seule force de ses muscles ? L’épisode avec le Basilic, où Spidey combat avec Captain Marvel, reste lui aussi un grand moment de lecture. Au programme, outre les héros précités, vous retrouverez dans cet album Daredevil, Mister Fantastic, Hulk, Frère Vaudou, Œil de Faucon, La Panthère Noire, Le Loup-Garou, Namor, Ka-Zar et Captain America : belle galerie ! Évidemment, au-delà des scénarios très sympatoches de Wein et Conway, la qualité de la série vient aussi de ses dessinateurs, le grand Gil Kane en tête… Même si c’est loin d’être sa plus belle œuvre, Kane semble avoir réalisé cette série avec plaisir et nonchalance. Quant à Jim Mooney – qu’on n’encense pas assez à mon goût –, il nous offre là de beaux spectacles, notamment dans l’épisode avec Daredevil. Mention spéciale au récit où intervient un Hulk abusé par Le Caméléon, qui a lui aussi marqué les esprits. Bref, amateurs de comics pop corn, cette Intégrale « Team-up » est faite pour vous : extrêmement divertissant !

« Captain America » L’Intégrale T2 (1967-1968)

Deuxième tome de cette Intégrale « Captain America », cet album regroupe les épisodes parus dans « Tales of Suspense » 85 à 99 puis dans « Captain America » 100 à 105, selon la bonne vieille histoire des numérotations dans la continuité de la publication de départ lorsqu’un super-héros obtenait son propre titre (ces épisodes couvrent la période de janvier 1967 à septembre 1968). À part un épisode très oubliable dessiné par Jack Sparling et quatre autres superbes signés Gil Kane (dont le style assez « pataud » surprend mais séduit aussi terriblement), l’intégralité de ces aventures est dessinée par Jack Kirby. De beaux moments qui nous permettent une nouvelle fois de juger de l’importance de l’encrage. N’est pas Mike Royer qui veut, et si Kirby n’est jamais aussi bon qu’encré par lui-même, on ne peut qu’apprécier diversement l’encrage parfois maladroit de Dan Adkins ou celui de Syd Shores – apparemment féru de hachures – qui transforme l’esthétique kirbyenne en… « autre chose ». Pas inintéressant, loin de là, mais c’est un autre Kirby auquel nous avons alors droit. Encore une fois, c’est Joe Sinnott qui s’en sort le mieux, respectant le style du King.

Les épisodes dessinés par Gil Kane sont vraiment atypiques : l’artiste n’y est pas angulaire mais plutôt souple, nous offrant des visions de Crâne Rouge très chouettes. Graphiquement, on retiendra le très beau « Dans les griffes de… l’A.I.M. » et sa suite, où Kirby nous offre quelques beaux moments de contrastes et d’inventions technologiques. Les épisodes avec le Baron Zemo et La Panthère Noire sont aussi très bons. De nombreux récits mettent en scène l’ennemi historique de Cap, Crâne Rouge, mais aussi le S.H.I.EL.D. Et bien sûr, le fantôme de Bucky continue de hanter notre héros… Avec cette Intégrale, c’est l’un des pans historiques de la Maison des Idées qui nous est proposé, et ces albums ont une dimension patrimoniale évidente. On attend avec impatience le prochain tome pour admirer les fameux épisodes dessinés par Jim Steranko !

Cecil McKINLEY

« Spider-Man Team-up » L’Intégrale T2 (1973-1974) par Gil Kane, Sal Buscema, Ross Andru, Jim Mooney, Len Wein et Gerry Conway Éditions Panini Comics (28,40€) – ISBN : 978-2-8094-2246-7

« Captain America » L’Intégrale T2 (1967-1968) par Gil Kane, Sal Buscema, Ross Andru, Jim Mooney, Len Wein et Gerry Conway Éditions Panini Comics (28,40€) – ISBN : 978-2-8094-2406-5

Galerie

6 réponses à Spécial intégrales Panini Comics

  1. Renaud dit :

    Bonjour

    L’intégrale Spidey team up: très sympa, c’est vrai que cela réveille des souvenirs de mes 10-13 ans. L’épisode du Globe dans Special Strange 10 ou 11 m’avait intrigué, quand le globe enlève son masque, on ne voit pas son visage. Puis un peu plus tard dans une boutique « Album » où m’emmenait mon père j’ai vu le comics VO et j’ai vu l’infâme visage du Globe, et c’est là que j’ai compris que Lug censurait les BD US…Un gros choc…. Bon sinon, les souvenirs sont plus sympas que la qualité intrasèque des épisodes. ceci étant j’ai stoppé l’achat de l’intégrale des amazing spiderman à partir des années 80, c’est assez médiocre et sans fraîcheur.

    Bien meilleure est l’intégrale Cap. Certes l’encrage est déterminant, mais perso, des dessins de Kirby et de Kane dans le même volume sont toujours jouissifs. un achat bien sur indispensable en attendant celui avec Jim STERANKO.
    Les intégrales m’intéressent beaucoup moins dès l’or que l’âge d’or est passé. Il y a eu un bon THOR version KIRBY et ce mois-ci, enfin la suite des IRON MAN de Tuska !
    Il semblerait que Panini se consacre à publier plus de Deluxes que d’intégrales ( DELUXE IRON MAN indispensable ??), et surtout ne cesse de se rééditer (voir l’omnibus Civil War). Panini publie beaucoup (trop?) cependant je me laisserai tenter par l’omnibus Todd McFARLANE plus tard même si les épisodes ont été édités sous divers formats….

    • Cecil McKinley dit :

      Bonjour Renaud,

      Merci de votre commentaire. Oui, je ne l’ai pas mentionné dans l’article, mais c’est vrai que cette édition enfin non censurée permet à ceux qui n’ont lu que la VF de Spécial Strange de découvrir des grosses surprises comme le visage du globe! C’était dans Spécial Strange n°10, et à la place du visage répugnant se trouvait une demi-page annonçant le Spécial Strange 11…
      D’accord avec vous sur l’intérêt des Intégrales Spider-Man vers cette période, en attendant néanmoins les épisodes signés John Byrne.
      D’accord aussi avec vous sur l’intégrale Captain America; malgré quelques remarques, ça reste indispensable! J’ai chroniqué l’intégrale Thor made in Kirby dans un article « Special Avengers » ce printemps: un must, évidemment… avec les « Tales of Asgard », purs petits chefs-d’œuvre…
      Personnellement, je ne suis pas très fan d’Iron Man et de Tuska, mais cela reste patrimonialement intéressant.
      Quant à la dernière partie de votre commentaire, je ne peux qu’une fois de plus être d’accord avec vous, avec même un peu de hargne lorsque je vois la débilité éditoriale de Panini Comics, avides de rééditions connes alors qu’ils ne sont même pas capables d’aller jusqu’au bout de leurs intentions. Ils commencent tout – n’importe comment – et ne finissent rien: je pense une nouvelle fois au « Daredevil » de Bendis et Maleev que j’avais acheté en 100% Marvel puis en Marvel Deluxe (eh oui, je suis fan de chez fan de cette période DD). Mais après les trois volumes sur quatre parus entre 2008 et 2009, plus rien. Il ne restait plus qu’un volume à éditer. UN. Un seul, et cela bouclait le cycle Bendis/Maleev. Une épopée mythique en quatre beaux volumes. Mais depuis trois ans, Panini Comics n’a pas été foutu d’éditer ce quatrième et dernier volume, flouant les lecteurs qui ont fait l’effort d’acheter les trois-quarts de l’œuvre à prix d’or sans jamais pouvoir en lire la fin dans ce format. ILS SE FOUTENT DE LA GUEULE DES LECTEURS. C’est scandaleux. C’est minable. C’est con et malhonnête. Et qu’on ne me dise pas que ça occasionne des risques économiques. Ce n’est que du reprinting en format soi-disant « Deluxe ». Même pour niquer leurs lecteurs, ils ne sont pas capables d’aller jusqu’au bout. Ça me déglingue la moelle. Je n’attends plus rien de Panini. Voilà pourquoi je leur consacre beaucoup moins d’espace qu’auparavant. Mais je continuerai néanmoins à suivre – à mes frais, comme d’hab’ – leurs productions intéressantes, notamment les Intégrales du Silver Age.

      Bien à vous, cher Renaud.
      Cecil McKinley

  2. Renaud dit :

    Bonsoir Cécil,

    Je pense également à ceux qui ont eu toutes les peines du monde à collectionner tous les 100% de Daredevil pour voir le personnage migrer vers la revue Marvel Knights où elle est la seule bonne série les deux autres étant assez désastreuses….Vous avez raison c’est ballot de se retrouver dans l’attente d’un tome 4 qui ne vient pas… Ceci étant je ne serai pas étonné de voir un prochain jour un DELUXE Daredevil reprenant cette série de DD sans publier le manquant. ils en seraient capables les bougres !!

  3. Capitaine Kérosène dit :

    Bonjour,

    Sur l’intégrale Captain America, comme sur toutes celles de cette époque, je suis assez partagé. D’un côté, les scénarios sont quand même passablement débiles. Lee recourt à des conclusions ahurissantes de bêtise et à des intrigues simplistes utilisant toujours les mêmes ficelles. A croire qu’elles ont été écrites non seulement pour mais par un enfant de 12 ans. En plus, Stan Lee y va de ses couplets sur l’Amérique pays des libertés et de l’amour face aux méchants de tous les bords. Or, il ne faut pas oublier qu’à l’époque où ces épisodes étaient publiés (1968), son pays déversait des tonnes de bombes incendiaires sur les paysans vietnamiens et soutenait activement les dictatures latino-américaines. Sans compter les émeutes réprimées dans le sang (Kent State University). J’ai bien peur, qu’hélas, il ne faille pas prendre ces couplets patriotiques au second degré.
    Le point positif est évidemment le dessin de Kirby, éblouissant de dynamisme et d’une incroyable violence. Même encré par des tâcherons, comme c’est malheureusement le cas ici, il en reste toujours quelque chose. Gil Kane quant à lui est méconnaissable de platitude et se contente d’une mise en image sans inspiration. Son crâne rouge ressemble à un masque de carnaval maladroitement dessiné.
    Franchement, si ces intégrales n’étaient pas servies par les meilleurs dessinateurs de l’époque classique de Marvel (excepté l’exécrable Don Heck), je ne les achèterais pas. Les histoires de Lee ou de son successeur Roy Thomas (probablement encore plus mauvais, cf ses épisodes des Avengers) sont décourageantes à lire.

    • Cecil McKinley dit :

      Bonjour Capitaine,
      Merci de votre commentaire. Je partage votre agacement par rapport à certains scénarios de cette époque; c’est sûr qu’il y aurait beaucoup à dire, notamment sur ce crétin de Tony Stark qui croit faire le bien en vendant ces belles armes au nom de l’humanité (mais surtout au nom du fric et du pouvoir). Je pense que c’est au lecteur d’induire justement un certain recul pour replacer les choses dans leur contexte. C’est pour ces raisons que j’ai aussi toujours préféré les X-Men aux Vengeurs, ou Hulk à Captain America…
      Excèdelsior,
      Cecil McKinley