Calliope n°5 – Eté 2003

Progressivement, à force d’améliorations de sa maquette et d’une volonté de traiter la BD dans toute sa diversité, Calliope s’affirme comme un magazine d’informations et d’études incontournable du neuvième art. Ce nouveau numéro en est la preuve.

 


Nous devons pourtant avouer que jusqu’à présent, nous n’avions pas été totalement été séduits par ce magazine, non sur le fond, mais plutôt sur sa forme, avec sa maquette et ses couleurs rendant difficilement lisibles les articles et dossiers, aussi intéressants qu’ils soient. Les responsables du magazine en ont visiblement pris conscience (voir l’édito de Jérôme Martineau et le courrier des lecteurs) puisqu’ils proposeront dès le mois de septembre une nouvelle formule, qui devraient enfin réjouir les passionnés du neuvième art. Cerise sur le gâteau, ces mêmes responsables nous promettent enfin une parution sur un rythme régulier, une qualité qui faisait plutôt défaut à Calliope ces derniers temps puisque ce numéro 5 parait avec plusieurs mois de retard.


 


Quoi qu’il en soit, l’attente fut plutôt positive et ce nouveau numéro du magazine, édité à parité entre les éditions Soleil et Sémic, qui tient déjà compte des remarques qui lui ont été formulées, propose un sommaire de très haute tenue. L’équipe de rédacteurs a délivré un travail très fourni et très complet dans de nombreux domaines, à commencer par les critiques d’albums, nombreuses, souvent synthétiques et qui permettent d’y voir plus clair dans la masse des nouveautés.


 


Le grand dossier, supervisé par Marielle Python-Bernicot, est consacré à l’Amérique latine. La richesse de son contenu, du pionnier Oesteheld (notamment scénariste de Pratt sur Ernie Pike) aux « jeunes pousses », en passant par Breccia ou encore Trillo, Risso,Zentner, etc. est impressionnante. L’ensemble regorge d’informations et permettra aux lecteurs, qui n’en soupçonnent pas la diversité, de découvrir cette BD d’Outre-Atalntique.


 


Tout aussi passionnante est l’interview menée par Jérôme Martineau auprès de Neil Gaiman. Cet important auteur américain, romancier et scénariste de BD (Sandman), vient de signer le superbe récit Coraline, illustré par Dave Mc Kean (l’auteur de Cages), publié en France aux éditions Albin Michel. Pour les amateurs de Manga, Calliope consacre des portraits à Shô Japon et Akimi Yoshida. Le portrait « européen » est dédié à Yslaire.


 


Si vous ajoutez  quelques articles sur des oeuvres « incontournables » (Broussaille, Asatte Dance, Cerebus), sur le cinéma d’animation, le jeu vidéo « Salammbô », ainsi que des interviews de Pétillon et de Smudja Gradimir, vous aurez une vision assez complète de ce nouveau numéro de Calliope, qu’il vous faudra plusieurs heures d’attente sur le quai d’une gare en temps de grève pour absorber dans son intégralité. LT


 


Calliope n°5 – En kiosque – 5,95€


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.