RENCONTRE L’envers des planches de…Maurice Rosy.

Maurice Rosy… Ce nom évoque peu de choses pour le grand public de la BD, et pourtant ce dessinateur-scénariste belge est un des grands « inventeurs » de l’école « Spirou » des années 50?/60.

 

Reconnu aujourd’hui par ailleurs pour sa signature dans l’illustration et le dessin de presse, son parcours est atypique : « J’ai été engagé chez Dupuis en 1953 comme « donneur d’idées ». J’avais envie de travailler pour des gens comme eux, car je pensais qu’il y avait pas mal de choses à réaliser dans leurs diverses publications.

 

À la même époque j’avais présenté des dessins aux rédactions parisiennes et mes premières oeuvres ont été publiées dans « Match ». Mon optique était de faire du dessin humoristique.

 

J’avais aussi des idées pour des histoires mais je ne me sentais pas assez bon pour les dessiner. « 

 

Maurice Rosy nous explique en effet que les exigences au niveau du dessin étaient différentes selon les éditeurs. « Les auteurs qui travaillaient pour « Pilote » avaient une liberté de trait qui n’existait pas chez Dupuis cinq ou six ans auparavant.  » Et donc, notre auteur proposa ses scénarii : « J’ai rencontré André Franquin. J’ai donc commencé à écrire quelques histoires de « Spirou« . En particulier l’album remarquable, N.D.L.R.) « Le dictateur et le champignon« . Puis les éditions Dupuis m’ont demandé de reprendre « Tif et Tondu » aux côtés de Will. Après avoir analysé les épisodes précédents, j’ai eu envie d’y introduire quelque chose de nouveau. J’ai donc proposé le profil du personnage de « Monsieur Choc ». En fait ce fut mon premier véritable scénario. » Ce personnage étrange au visage perpétuellement recouvert d’un heaume reste une des figures marquantes parmi les « méchants » de la bande dessinée franco-belge de l’époque. Maurice Rosy oeuvrera sur cette série jusqu’en 1968, tout en partageant sa créativité avec d’autres grandes pointures du métier…

 

(à suivre)

 

Gilles Ratier/ Michel Janvier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(à suivre)

 

 

 

Gil/es Ratier Michel Janvier

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.