PLUS DE LECTURES DE BD DU 19 MARS 2007

Et 5 albums de bande dessinée de mieux, à lire… d’urgence : “ Là où vont nos pères ” par Shaun Tan, “ Les Parques T.1 : Visite guidée ” par Hugues Micol, “ Charly T.13 : Une vie d’enfer ” par Magda et Denis Lapière, “ L’inconnu ” par Magnus et “ Encyclopédie Thomassian des bandes dessinées T.4 : Aventures et Voyages vol. II 1958-1960 ” par Gérard Thomassian.

 


Cliquez sur l’appareil photo pour découvrir les couvertures des albums chroniqués.


 


Là où vont nos pères ” par Shaun Tan


Editions Dargaud (15 Euros)


Voici un conte fantastique et initiatique, totalement muet mais au découpage étonnamment fluide, présenté dans un très bel album qui regroupe d’époustouflantes illustrations teintées en noir et en sépia…. Avec rien de plus qu’une valise et quelques billets, un homme quitte femme et enfant, dans le but de trouver une meilleure société : mais il est difficile de reconstruire un chez-soi ailleurs, d’autant plus que les chemins de l’exode sont souvent énigmatiques… Liberté, communication, intelligence, ésotérisme, espoir et tolérance, sont au programme de cette ode magnifique et universelle sur l’immigration, laquelle est due à un dessinateur australien, auteur de livres pour les enfants et collaborateur de différents studios d’animation : une œuvre intemporelle, mais qui risque de décontenancer les lecteurs habitués à plus de classicisme dans la narration !


 


Les Parques T.1 : Visite guidée ” par Hugues Micol


Editions Vents d’Ouest (13 Euros)


Après avoir passé les contes de samouraïs à une sauce décalée de bon aloi, Hugues Micol récidive avec des récits d’espionnage, mettant en scène un barbouze style OSS 117 ou James Bond, mais sans le physique olympien et sans les moyens techniques sophistiqués. Nous sommes dans les années 1950, propices à la guerre froide, et l’on croise, indifféremment, agents du KGB et du CIA, organisations nazies ou truands patibulaires, sur les côtes de la Costa Negra… Notre frenchie mal dégrossi découvrira moult microfilms dissimulés dans des moumoutes et nous fera participer à bien d’autres péripéties pas vraiment crédibles ! Qu’importe ! Grâce à un découpage exemplaire et un dessin de plus en plus appliqué, le lecteur se laissera séduire facilement par ce délire exotique où fusent les rafales de mitraillettes !


 


Charly T.13 : Une vie d’enfer ” par Magda et Denis Lapière


Editions Dupuis (9,80 Euros)


Tout en faisant écho au premier tome de la série («Jouet d’enfer», qui fut adapté au cinéma sous le titre de «L’avion», avec Isabelle Carré), ce treizième épisode clôt le diptyque commencé avec «Assassin !», et nous montre combien «Charly» a changé. Il n’a plus rien à voir avec l’enfant dépendant d’un vaisseau spatial en plastique : jouet diabolique qui, sous le nom de Capitaine Foudre, prenait vie et défendait le jeune garçon contre les agressions extérieures. C’est devenu un homme, accusé injustement du meurtre de deux femmes, qui va être obligé de se battre pour prouver son innocence et pour sauver ceux qu’il aime. Il prend la fuite avec son amie de cœur et trouve refuge dans un abri de famille au sommet des Pyrénées. Sa mère, inquiète, le rejoint sans se rendre compte qu’elle est suivie par les vrais tueurs… Il s’agit certainement du dernier opus de ces aventures policières et métaphysiques qui n’hésitent pas à frôler le fantastique : pourtant, le scénario de Denis Lapière, comme à son habitude, est très solide, et le dessin clair et sensible de Magda Seron contribue, lui aussi, au charme de cette série…


 


L’inconnu ” par Magnus


Editions Casterman (9,80 Euros)


Voici l’occasion, pour les plus jeunes, de découvrir le talent du dessinateur italien Roberto Raviola, dit Magnus. Pour les plus anciens, ce sera l’occasion de renouer avec un trait puissant et souvent humoristique qui privilégie l’équilibre subtil du noir et blanc ; et que l’on a pu admirer dans les quelques traductions qui furent à notre disposition : de l’humour satirique de «Maxmagnus» à l’érotisme osé de «Necron» ou des «110 pilules», en passant par les fumetti neri, qui furent sa spécialité. Ces bandes dessinées pour adultes publiées, le plus souvent, sous forme de fascicules cachetés et bon marché, faisaient le bonheur des jeunes transalpins, émoustillés par les couvertures éloquentes, comme nous le rappelle la préface de Davide Toffolo. C’est ainsi que cet illustrateur réaliste multiplia les créations coquines et violentes, souvent avec la complicité du scénariste Luciano Secchi (qui signait Max Bunker) et de l’éditeur Corno, à partir de 1964 : «Kriminal», «Satanik», «Dennis Cobb», «Gesebel», «Alan Ford» et autres «Lo Sconosciuto». C’est cette dernière, publiée dès 1975 aux éditions del Vascello, puis dans Strisce e Musica, dans Orient-Express, et chez Isola Trovata, qui semble être proposée ici. Quelques épisodes avaient déjà été édités en langue française, chez Albin Michel, sous le titre «Le spécialiste», mais les trois aventures (de 40 pages chacune) réunies ici nous paraissent inédites. Le héros est atypique : un peu mercenaire, un peu agent secret, un peu détective… En tout cas, peu enclin aux bavardages, il agit en solo sans céder aux charmes des pulpeuses dames qui jalonnent ses enquêtes autour du monde ! C’est vraiment kitch à souhait !


 


Encyclopédie Thomassian des bandes dessinées T.4 : Aventures et Voyages vol. II 1958-1960 ” par Gérard Thomassian


Editions Fantasmak (50 Euros)


L’infatigable libraire Gérard Thomassian tient la librairie parisienne Fantasmak, spécialisée dans  les petits formats (voir le site : www.fantasmak.com). Il a rencontré de nombreux anciens dessinateurs et éditeurs qui travaillaient pour ces fascicules bon marché, écrivant quelques articles (surtout dans Hop ! et Submarine) ou remontant les filières étrangères qui alimentaient les titres. Depuis 1995, il a entrepris, l’édition d’une monumentale encyclopédie de ces BD en petits formats, dépouillant avec une méticuleuse précision le contenu de tous les fascicules, à raison d’un (ou plusieurs dans le cas présent) volume par éditeur, pour le bonheur du collectionneur ou de l’amateur éclairé. Et on y trouve tout ! Le nom des auteurs (alors que 90% de ses BD de gare n’étaient pas signées), leur provenance, leur nom d’origine, leur date de création, le résumé de l’histoire, etc. Avec, cerise sur le gâteau, de splendides reproductions de couvertures et de planches, souvent confrontées à leur parution d’origine, plus glorieuses, plus belles et, la plupart du temps, en couleurs. Un travail très pointu qui intéressera surtout les spécialistes, mais qui pourra aussi séduire les nostalgiques et les vrais amateurs de BD. Ils pourront y découvrir le talent de dessinateurs italiens, anglais, espagnols, argentins, yougoslaves et même français, de tout premier plan, dont on ne parle que très rarement dans les ouvrages de références. Rien que dans ce volume consacré aux éditions Aventures et Voyages (et particulièrement au pocket Akim), on se surprend à admirer les prolifiques et étonnants travaux de Antonio Carrillo, Esteban Maroto, Jordi Bernet, Max Lenvers, Eugène Gire, Attilio Micheluzzi, Rafael Boluda, Enrico Ripa, Eduardo T. Coelho, Don Lawrence, Mike Western, Alberto Salinas, Raffaele Paparella, José Luis Garcia Lopez, Jules Radilovic, Rinaldo D’Ami, Franco Bignotti, Paolo Piffarerio, Stelio Fenzo, Nadir Quinto, Manuel Lopez Blanco, Antonio Guerrero, Joe Colquhoun, Eric Bradbury, Denis Mc Laughlin, Ricardo Villagran, Horacio Lalia, José Larraz, Domingo Mandrafina et même Guido Buzzelli ! Un must vous dis-je !!!


 


 


Gilles RATIER


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.