Pour quelques critiques de plus – octobre 2005

Le dernier Troyen – Le voyage d’Esteban – Kador – War corporate & Le secret d’Eglantine

 

 

Le dernier Troyen

 

Minerve, offensée par la mort de la Méduse, ordonne à Enée de retrouver Ulysse. Enée pose ses vaisseaux sur la mystérieuse planète des Lotophages. Derrière l’accueil charmant de ces derniers, se révèle un piège mortel. Librement inspiré d’Homère, servi par un dessin magistral, présentant de magnifiques portraits, cette épopée fond habilement mythologie et science fiction pour un réel plaisir de lecture.

 

Joël Dubos

 

Mangin&Demarez, Le dernier troyen, t3, Soleil, 12,50 euros

 

 

 

Le voyage d’Esteban

 

Jeune orphelin, Esteban rallie un port avec une obsession : partir à la chasse à la baleine dans les mers glacées du sud. Embarqué sur le Léviathan, il se fait peu à peu une place, grâce à son courage et à ses talents de conteur. Voici un album captivant tant sur le fond romanesque tout à fait documenté que sur la forme graphique alliant nouvelle BD et semi-réalisme, qui rend à cet univers rude toute sa grandeur et sa dimension mythique. Magnifique

 

DJ

 

Bonhomme, Le voyage d’Esteban, Milan, 9,50 euros

 

 

 

Kador

 

Fluide réédite le jubilatoire chef d’oeuvre d’humour corrosif de Binet. Imaginez un chien philosophe (qui lit Kant, souhaite aller étudier à la fac et n’obéit absolument pas aux ordres simplistes de ses maîtres), installé chez cette caricature de français très moyens que sont les Bidochon. Le résultat en est un choc de culture et d’affects, prétexte à dénoncer une bêtise humaine sûre d’elle même jusqu’à l’agressivité gratuite. Indispensable.

 

DJ

 

Binet, Kador, t3, Fluide Glacial, 8,95 euros

 

 

 

War corporate

 

La cellule AK47 de la NSA, spécialiste des opérations clandestines, est chargée par le président des USA de renverser le dictateur du Venezuela. L’enjeu : l’argent de la cocaïne. Bien en phase avec les réalités géostratégiques contemporaines, ce techno-thriller, situé entre espionnage et récit de guerre, fonctionne parfaitement grâce à un scénario intense et un dessin réaliste, lançant très efficacement cette nouvelle série.

 

DJ

 

Vila&de Angelis, War corporate, t1, Albin Michel, 10 euros

 

 

 

Le secret d’Eglantine

 

Kaël se rend à un rendez-vous que lui a fixé autrefois sa grand-mère avant de disparaître mystérieusement. Dans le train, il rencontre l’énigmatique Kensington qui commence à l’initier aux mystères du temps. Avec un trait fin et délicat, un scénario à la respiration lente et des variations chromatiques impressionnistes virtuoses, cet album excelle à développer des ambiances emplies de poésie et de mélancolie.

 

DJ

 

Drommelschlager, Le secret d’Eglantine, Delcourt, 12,50 euros

 

 

 

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.