Plus de lectures n°31 – 26 avril 2004

Le voleur de ballerines, Les coulisses du pouvoir T.6 : Le dossier Washford, Sam Lawry T.2 : L’œil de Caïn, 1602 T.1 : Complots et maléfices, Octave T.2 : Octave et la daurade royale

(Un clic sur l’appareil photo pour découvrir les couvertures des albums chroniqués.)


 « Le voleur de ballerines » par François Avril et Yann


Editions Albin Michel (15 Euros)


 


Cet histoire de petits rats de l’Opéra qui disparaissent les uns après les autres est parue pour la première fois en 1985, dans le magazine Je Bouquine qui n’en était alors qu’à ses débuts. L’incroyable scénariste Yann, alors seulement aux prémices de sa fluctuante carrière, s’était vaguement inspiré des personnages «Pierrot Blochon et Tom de Savoie» (ouaf ! ouaf ! ouaf !), inventés par Olivier Kuntzel et déjà dessinés par François Avril, pour ce même mensuel. Un album en noir et blanc, édité par Carton en 1986, fût ensuite fort mal diffusé. Il fallu donc attendre presque 20 ans pour redécouvrir ce petit chef-d’œuvre sur fond de Paris naïf et romantique (un peu comme celui d’Amélie Poulain) fort bien mis en couleurs par François Avril, lequel en a profité pour refaire quelques deux ou trois dessins jugés un peu datés.


 


« Les coulisses du pouvoir T.6 : Le dossier Washford » par Jean-Yves Delitte et Philippe Richelle


Editions Casterman (9,50 Euros)


 


Cet excellent thriller politique mettant en scène luttes pour le pouvoir, compromissions et autres manigances est devenu incontournable pour les amateurs de mécaniques bien huilées. Tous les ans, régulièrement, les auteurs nous offrent un nouvel opus aussi passionnant que les précédents : d’autant plus que le graphisme élégant de Jean-Yves Delitte (qui assure en alternance et au même rythme la série «Neptune») colle parfaitement aux énigmes passionnantes concoctées par le scénariste belge Philippe Richelle. Ici, deux officiers de police enquêtent sur l’assassinat de l’ex-secrétaire du responsable d’un des organismes d’assistance technique pour la commission européenne. Leurs investigations (commencées dans le précédent volume «Enquête à la commission») les mèneront à mettre le doigt sur des impostures et des truquages financiers dévoilés par petites touches, scènes par scènes !


 


« Sam Lawry T.2 : L’œil de Caïn » par Mig et Hervé Richez


Editions Bamboo/Grand Angle (12,50 Euros)


 


Pendant l’enfer de la guerre du Vietnam, un soldat américain est blessé à la tête. La balle qui a effleuré son occiput lui donne une sorte de sixième sens : il peut visualiser la mort des gens qu’il approche. Mais ce talent divinatoire n’est pas très bien perçu par ses compagnons d’armes : en effet, dans l’armée, les briseurs de moral sont pire que des ennemis ! Condamné au silence, il reçoit la visite de son frère qui vient de s’engager, affecté dans une zone très dangereuse. Il ne peut alors s’empêcher de lui dévoiler qu’il va y laisser sa peau ; mais le jeune soldat préfère mourir en soldat que vivre en lâche. Son aîné pourra-t-il transformer son funeste mais probable destin ? Cette efficace série B est menée tambour battant par un Hervé Richez qui se révèle ici excellent et original scénariste réaliste. L’émotion est omniprésente, sans aucune dérive pathétique, devant le parcours de cet homme qui tente de se rebeller contre une fatalité tragique. Le dessin ensoleillé et puissant de Mig (alias Laurent David) gagne en maturité (même s’il a encore quelques petits progrès à faire au niveau des visages) et il est particulièrement bien secondé par la belle mise en couleurs de Fabien Alquier. Bref, ce récit «Grand angle», le label «aventures» de Bamboo, est une réussite qui devrait conquérir un large public !


 


« 1602 T.1 : Complots et maléfices » par Andy Kubert et Neil Gaiman


Editions Panini/Marvel (10,50 Euros)


 


Neil Gaiman, le célèbre auteur de «Sandman», a accepté d’écrire une maxi-série pour Marvel, un éditeur avec lequel il n’avait encore jamais collaboré. Pour ce faire, il nous parle de l’apparition des premiers prodiges dotés de pouvoirs extraordinaires, en l’an 1602, à la fin du règne de la reine d’Angleterre Elizabeth 1ère. C’est ainsi que nous découvrons Stephen Strange médecin au service de la souveraine, Nicolas Fury déjouant divers complots, Otto von Doom qui menace d’envahir le royaume, etc. Neil Gaiman utilise donc une réalité alternative pour mettre en scène les héros Marvel et il est nécessaire d’avoir une connaissance de cet univers pour bien saisir toutes les références et clins d’œil parsemés dans ces nombreuses intrigues alambiquées. Curieusement, ce scénariste adopte un style narratif assez simpliste alors que Andy Kubert (un des fils du grand Joe) multiplie les compositions dynamiques et les techniques graphiques (les crayonnés étant réalisés, contrairement à l’habitude, à même les peintures numériques du coloriste Richard Isanove) : à découvrir !


 


« Octave T.2 : Octave et la daurade royale » par Alfred et David Chauvel


Editions Delcourt (8,40 Euros)


 


Octave est un petit garçon qui vit dans une maison au bord de l’océan. Assis au bord de l’eau à côté de son pêcheur de pépé, il s’ennuie. Soudain, un poisson mort à l’hameçon ! Il entraîne Octave dans les profondeurs de l’océan ou il va rencontrer la reine des dorades royales, laquelle va le charger d’une mission : lutter contre la pêche abusive. Cette série pour enfants est due au scénariste David Chauvel qui est, lui-même, un passionné de pêche. Comme sur son autre série ciblée pour ce lectorat («Popotka le petit sioux»), il semble avoir trouvé une autre voie narrative qui semble bien lui convenir : il nous livre une histoire drôle et onirique, empreint d’émotions, et qui sensibilise les lecteurs à la protection de l’environnement. Quant au dessin d’Alfred, rehaussé par les couleurs appropriées de Walter (le coloriste de Trondheim), il s’adapte fort bien au merveilleux de ce récit que nous recommandons à nos chères petites têtes blondes !


 


 


Gilles RATIER

Galerie

Les commentaires sont fermés.