Pratt et Picsou, vedettes d’Angoulême 2005

Le communiqué de presse du 31 éme festival d’Angoulême, que nous vous présentons, donne déjà quelques pistes de programmation pour l’année prochaine

 


« ‘Un premier bilan du 31e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, au matin du dimanche 25 janvier, permet d’ores et déjà de considérer ce millésime 2004 comme une incontestable réussite.


Réussite en termes d’audience, de fréquentation et de programmation.


Réussite encore dans la mesure où cette 31e édition révèle un Festival définitivement entré dans l’âge de la maturité.


Le Festival international de la bande dessinée, en tant que projet culturel, affirme plus que jamais sa pertinence et ses ambitions.


 


Quelques données factuelles concernant cette édition :


? La pré-vente enregistre cette année d’excellents résultats, puisque les volumes pré-vendus ont été multipliés par quatre par rapport à l’an dernier. Ces bons résultats se sont traduits par une très nette amélioration de la fluidité des points de vente. Grâce aux efforts de l’équipe du Festival, les files d’attente observées en 2003 aux guichets ont totalement disparu.


? la fréquentation : les projections indiquent un niveau de fréquentation globalement équivalent à celle de l’an dernier, en légère hausse à 210 .000 visiteurs.


? les professionnels : ils ont été 6.500 cette année, dont 950 auteurs, en provenance de 35 pays. Les journalistes accrédités présents sur la manifestation, quant à eux, étaient au nombre de 880, dont 250 internationaux issus de 26 pays.


 


Au-delà de ces quelques données chiffrées, une série d’éléments saillants permettent de mettre en évidence le degré de maturité auquel le Festival est aujourd’hui parvenu :


? des choix de programmation plébiscités par le public du Festival : toutes les expositions ont connu un réel succès d’affluence, y compris les expositions bénéficiant de la médiation des auteurs, tels que L’Atelier Sanzot et l’exposition Sint Lukas.


? une ouverture internationale réaffirmée, avec notamment un palmarès très fourni en auteurs étrangers (5 Prix) et des Rencontres internationales extrêmement suivies. Toutes les Rencontres ont été filmées, et feront ultérieurement l’objet d’une publication. L’actualité du Festival d’Angoulême est dorénavant très suivie partout dans le monde.


? un rajeunissement du public du Festival particulièrement perceptible, qui, en écho au dynamisme du marché de la bande dessinée, indique un renouvellement substantiel et durable du lectorat. Soulignons au passage que cette jeunesse des festivaliers pouvait également s’observer au sein du public des Rencontres internationales (moins de 30 ans de moyenne d’âge).


? les excellents résultats de fréquentations enregistrés par le Pavillon des Jeunes Talents ainsi que l’exposition Jeunes Talents confortent le Festival dans sa mission d’information et de service en direction de la jeunesse.


? l’invitation faite à Groland, choix programmatique revendiqué par le Festival comme l’expression d’un nouvel esprit, a installé à Angoulême quatre jours durant une ambiance conviviale particulièrement appréciée, tout en contribuant à un surcroit de visibilité médiatique de la manifestation. L’équipe de Groland proposera en outre à la télévision, en avril, un « Gromadaire spécial Angoulême ».


Les reproches adressés par anticipation à l’équipe du Festival à propos de ce choix de programmation, comme ceux qui s’étaient exprimés l’an dernier au sujet de l’invitation faite à la Corée, se sont avérés sans fondement. 


? Plus généralement, on peut mettre en évidence la proximité plus affirmée qui s’est installée cette année entre les festivaliers et l’ensemble du monde professionnel. Cette 31e édition restera comme un millésime marqué par le haut niveau de qualité des échanges et des débats qui se sont instaurés autour de la bande dessinée et de ses problématiques.


? Enfin, signalons les effets d’ores et déjà très positifs du redéploiement des partenariats médias du Festival, caractérisé par une très forte valorisation. Ainsi, le temps d’antenne consacré au Festival par RTL est de l’ordre d’une dizaine d’heures.


? Mentionnons également, en termes de partenariats, l’anniversaire réussi de notre partenaire la Caisse d’Epargne, qui célébrait ses 20 ans à nos côtés, et l’arrivée de quatre nouveaux entrants. Le monde de la bande dessinée est bel et bien devenu, en termes de surface économique, un protagoniste de poids.


Autant d’éléments qui permettent au Festival d’envisager avec confiance, optimisme et énergie son développement futur, à Angoulême même et au-delà.


Rappelons pour mémoire quelques-uns de ces points d’ancrage, actuels et à venir :


-Exposition Blake et Mortimer à Paris, jusqu’à fin avril.


-Salon du Livre de Paris


-Foire du Livre de Bruxelles, avec notamment une itinérance de l’exposition « La bande à Tchô ».


-projet de travail en commun avec la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Beaubourg à Paris.


-Développement des liens avec des festivals étrangers, comme celui d’Haarlem aux Pays-Bas et d’Erlengen en Allemangne.


-Projet d’Exposition Universelle de la Bande Dessinée.


A plus court terme, soulignons le plaisir du Festival à travailler avec un nouveau président, ZEP, qui connaît et apprécie la bande dessinée actuelle, à l’échelle internationale. L’adéquation semble aujourd’hui parfaite entre la très grande notoriété de Zep et sa désignation par l’Académie. En choisissant ce nouveau lauréat du Grand Prix de la Ville d’Angoulême, l’Académie à démontré sa capacité à s’inscrire elle aussi dans le mouvement de renouvellement des générations.


? Eléments de programmation pour Angoulême 2005 :


-présidence de Zep


-Exposition Universelle


-Amorce d’un long compagnonnage avec l’œuvre de Pratt –un retour de l’histoire puisque la carrière de Pratt en France a réellement commencé à décoller par l’entremise des premières éditions du Festival, qui s’appelait alors le Salon d’Angoulême.


-Picsou et son créateur, Carl Barks, ainsi que son plus grand animateur, Don Rosa.


En termes d’enracinement local, enfin, rappelons quelques points significatifs ;


-l’excellent accueil réservé aux créateurs locaux de l’Atelier Sanzot, dont l’exposition peut se targuer d’un réel succès.


-l’impact de l’invitation faite à Groland auprès de la jeunesse charentaise, avec le très souriant et très efficace concours de Monsieur le Maire d’Angoulême.


-et enfin le fait que la grande exposition Loisel reste présente à Angoulême jusqu’à la mi-mai. »


Communiqué du FIBD

Galerie

Les commentaires sont fermés.