1er CARREFOUR DU 9e ART ET DE L’IMAGE D’AUBENAS: AVANT-PREMIERE EPISODE 4

L’événement du mois!

EPISODE 4 : LES AUTEURS ET LES FILMS DU CARREFOUR.

 

 

 

Hello chères et chers passionnés, et bienvenue à ce quatrième et dernier épisode en avant-première du Carrefour du 9e Art et de l’Image. Un quatrième épisode très court, aussi court que mes nuits depuis le « projet Aubenas » (ce qui reviendrait en réalité à arrêter cet article maintenant ; allons, un dernier petit effort !). Quelques mots, donc, quelques heures à peine avant l’ouverture du festival…

 

 

 

Commençons par une mauvaise nouvelle (la suite n’en sera que plus douce), Chantal Montellier ne pourra être des nôtres lors de ce Carrefour, pour des raisons légitimes que nous regrettons sincèrement. Chantal, on t’aime ! Vivement que tu puisses être parmi nous l’année prochaine !

 

 

 

Parlons maintenant des auteurs présents. Une sélection éclectique elle aussi pour les auteurs de BD venant nous rejoindre dans la jolie ville d’Aubenas afin de vivre un festival différent, aux racines de la passion pour la bande dessinée. Avec par ordre alphabétique : le sémillant et ô combien sympathique Philippe Bertrand, le secret Max Cabanes, le désarmant Alexandre Coutelis, le scénaristiquissime François Corteggiani, le spatio-temporel Philippe Druillet (attention ! Druillet ne sera là que la semaine prochaine, samedi 23, pour une session spéciale à ne pas louper !), le sirénien Christian Gaudin, le cinématographique Fabien Lacaf, le cucurbitacéen Nikita Mandryka, le super-héroïque Jean-Yves Mitton, le puissant Félix Molinari, le soleil levant Reno Lemaire, le populaire Michel Rodrigue, et l’aérien Patrice Serres…

 

Dans un lieu d’une grande beauté où le soleil imprime de profondes sensations sur les pierres ocre d’une cour carrée où palmiers et statue semblent nous attirer vers autre chose, tous ces dessinateurs dédicaceront leurs albums pour le plus grand bonheur du public. La splendeur de ce lieu, très loin des bulles commerciales climatisées (dans tous les sens du terme) de beaucoup de festivals, ne pourra qu’amener une ambiance différente, où dédicace sera synonyme de rencontre plutôt que de business.

 

Encore une volonté affichée de construire un autre festival, une autre manière d’aborder la chose, loin des mauvaises habitudes prises ailleurs et inconsciemment annoncées comme étant la réalité de la passion.

 

 

 

Pour ce qui est des films projetés aux deux cinémas de la ville (treize à la douzaine), vous ne m’en voudrez pas, mais je vais me contenter de vous dire que la bande dessinée inondera carrément les écrans noirs de nos bulles blanches (sinon je vais vous bassiner pendant encore des lignes et des lignes, avec cette passion qui n’en finit plus). De chouettes films, en tout cas, en lien direct avec la BD, dont quelques raretés et curiosités incontournables !

 

 

 

Deux derniers points importants avant de vous quitter (pour peu de temps) :

 

 

 

À peine le Carrefour est-il naissant que nous avons déjà un off ! Bravo, chers ami(e)s, cela nous réjouit de voir que la bande dessinée provoque et crée une émulation certaine et salutaire. Le « on » souhaite un bon festival au « off », en espérant que ces deux rives d’un même fleuve se contemplent pour longtemps en une amitié sincère et complémentaire.

 

 

 

La médiathèque d’Aubenas a eu la riche idée de proposer deux ateliers de BD à des jeunes de 10 à 18 ans en ce début de mois de juin. Résultat : une exposition des planches réalisées que vous pourrez admirer dans la section Jeunesse de la médiathèque à partir d’aujourd’hui… Félicitations, mes chéries et chéris bibi !

 

 

 

Voilà… C’est bel et bien la fin de ces avant-premières du Carrefour sur BDzoom… A bientôt pour un compte-rendu complet du festival!

 

 

 

Bien à vous,

 

 

 

Cecil McKinley.

Galerie

Les commentaires sont fermés.