1er CARREFOUR DU 9e ART ET DE L’IMAGE D’AUBENAS: AVANT-PREMIERE EPISODE 3

L’événement du mois!

EPISODE 3 : LES EXPOSITIONS DU CARREFOUR.

 

 

 

Rebonjour chères et chers passionnés, et bienvenue à ce troisième épisode en avant-première du Carrefour du 9e Art et de l’Image.

 

 

 

Petite précision avant de commencer : l’exposition annoncée sur Hugo Pratt n’aura malheureusement pas lieu ; à la place, vous pourrez admirer une magnifique exposition en hommage à Robert Gigi, décédé le 6 février dernier. Ce sont les aléas de l’existence, que voulez-vous…

 

 

 

À l’instar des conférences, les expositions du Carrefour sont toutes très différentes et pourtant complémentaires dans leur manière d’aborder la thématique de l’événement, sans rentrer de plain-pied dans des évidences qui auraient pu sembler quelque peu démagogiques ou systématiques. Par ricochet, certains noms d’auteurs, certains univers ici présentés vont nous amener, avec parfois l’air de ne pas y toucher, aux différentes manières qu’ont les images de BD et leurs auteurs d’exister. Mais il y aura aussi des expos pour le plaisir tout court de la bande dessinée… par pur hédonisme.

 

 

 

Il en est ainsi pour LE NOIR ET BLANC DANS LA BD. Le noir. Le blanc. Leur mariage évident, demandant pourtant un sens aigu de la composition et de l’esthétique. Deux opposés que tout relie dans l’osmose d’une confrontation de l’équilibre. Cette exposition reviendra sur quelques-uns des grands maîtres du noir et blanc pour mieux comprendre cet art ô combien difficile. Un véritable festin pour les yeux.

 

 

 

Au-delà de ses cathédrales d’images imprimées, PHILIPPE DRUILLET est l’un des auteurs français de bande dessinée les plus éclectiques dans les déclinaisons possibles de son art. Mobilier, bijoux, pâtes de verre, décors et affiches de films, clips, jeu vidéo : rien n’arrête l’homme. Cette pluralité cohérente, avec les ramifications humaines et artistiques que cela sous-entend, fait que la place de Druillet dans l’esprit du Carrefour était évidente, a fortiori avec une exposition ayant lieu dans la très haute chapelle de la mairie annexe, avec projections d’images et atmosphère sonore dignes de son gigantisme.

 

 

 

Autre homme-pluriel, Neil Gaiman écrit, griffonne, s’enregistre lisant ses textes pour leur adjoindre de la musique, signe des histoires et des adaptations pour le cinéma, et s’empare d’internet avec gourmandise. Son association de toujours avec Dave McKean, un autre artiste du mélange des genres et des techniques, sera bien entendu l’un des fils rouges de la RETROSPECTIVE SANDMAN que vous pourrez admirer comme des fous. Sandman est tout simplement l’une des plus belles bandes dessinées qui existent au monde ; cette rétrospective vous proposera de voir un choix de planches significatif ainsi que des textes permettant une approche sensible en donnant des clefs pour mieux appréhender l’extrême richesse de ce chef-d’œuvre.

 

 

 

LE STORY-BOARD : en complément de la conférence de Fabien Lacaf, celui-ci nous propose une exposition regroupant plusieurs de ses travaux pour le cinéma. Une expo riche en images tirées du travail de ce dessinateur sur des films tels que Vatel, Vidocq, Le Hussard sur le Toit et quelques autres… Vous pourrez donc voir des illustrations en couleurs et des planches entières de story-board. Passionnant !

 

 

 

LE PHENOMENE MANGA. Oh, vous savez… moi, les mangas… sans parler des phénomènes…

 

 

 

PATRICE SERRES, LES AILES DU DRAGON : il n’y aura pas que des ailes de dragon au programme, il y aura aussi celles des abeilles que Serres a dessiné pour le professeur R. Chauvin, encore d’autres insectes en la personne de fourmis inquiétantes pour Bernard Werber, et enfin sa dernière création : Quin. Une exposition où l’on pourra admirer la grande maîtrise du noir et blanc chez cet artiste à la précision de trait redoutable.

 

 

 

MILTON CANIFF aurait eu 100 ans cette année. Ce maître incontestable et incontesté du noir et blanc a influencé non seulement les plus grands, mais a eu aussi un rôle déterminant sur l’évolution du noir et blanc dans la bande dessinée mondiale. Incontournable, donc, d’autant plus que ce grand classique n’a plus la visibilité qu’il mérite (où sont donc passés les éditeurs envieux de rééditer l’œuvre de ce maître ?). Heureusement, le Carrefour est là, et grâce à lui bon nombre de personnes devraient découvrir ou redécouvrir le génie graphique de ce grand artiste…

 

 

 

HOMMAGE A ROBERT GIGI : comme je vous l’ai annoncé plus haut, ce sera bien une exposition en hommage à ce grand dessinateur disparu récemment que vous pourrez visiter à la place de celle d’Hugo Pratt. Seront accrochées des reproductions de Dr Joke, Agar, Le Dossier des Soucoupes Volantes, Ugaki, ainsi qu’une histoire sans paroles complète, quelques planches d’Orion et de Scarlett Dream (où l’on retrouve Hugo Maltese…). Une bonne occasion de redécouvrir avec plaisir la beauté poétique qui traverse les dessins de ce dessinateur sensible.

 

 

 

L’ECHAPPEE BULLE : Place aux jeunes, nom de d’là ! Des expos en veux-tu en voilà, des bubulles et des créations originales de talents en herbe pleins de fougue et d’inventivité. Ah c’que ça fait plaisir de voir toute cette jeunesse prendre à bras le corps les codes de la bande dessinée ! Bravo, les garçons zé les filles…

 

 

 

Pour consulter les fiches de ces expositions (où vous verrez quelques images), un peu d’audace et de curiosité : cliquez sur le petit appareil photo en haut à droite de cet article qui… ah bah c’est fini !

 

 

 

Prochain et dernier épisode : jeudi, pour l’ouverture des festivités. Au programme : les films et les auteurs du Carrefour.

 

  

 

Cecil McKinley.

Galerie

Les commentaires sont fermés.