Dernière demeure

Algérie, octobre 1958. Alors que l’armée française a en partie repris le contrôle du terrain après la bataille d’Alger, les belligérants doivent affronter une nouvelle épreuve : gérer les conséquences de l’ouverture politique créée par de Gaulle lors du discours, …

Algérie, octobre 1958. Alors que l’armée française a en partie repris le contrôle du terrain après la bataille d’Alger, les belligérants doivent affronter une nouvelle épreuve : gérer les conséquences de l’ouverture politique créée par de Gaulle lors du discours, resté fameux, sur la “paix des braves”. De part et d’autre, on se positionne par rapport aux perspectives de dialogue esquissées par le gouvernement français. Les plus radicaux rejettent violemment toute hypothèse d’apaisement, tandis que certains officiers, au sein même du commandement français, ne refusent plus l’éventualité d’un cessez-le-feu et d’une entente avec les maquis. Pendant ce temps, Octave et Samia, qui ont fui au Québec, s’efforcent vaille que vaille de se reconstruire une vie…

 

Avec Carnets d’Orient, Ferrandez a construit une des séries les plus marquantes de la Bande Dessinée, qui retrace aujourd’hui la période récente de l’Algérie, toujours avec force et courage. A vous procurer d’urgence ! LT

 

Lire la critique de Gilles Ratier

Galerie

Les commentaires sont fermés.