La Croisade s’amuse

Coincé entre le marteau et l’enclume depuis le 11 septembre, on a mal à la tête : cet album est   conçu comme un antidote au choc des civilisations.   D’un côté l’Axe du Mal, avec ses barbus diaboliques et …

Coincé entre le marteau et l’enclume depuis le 11 septembre, on a mal à la tête : cet album est

 

conçu comme un antidote au choc des civilisations.

 

D’un côté l’Axe du Mal, avec ses barbus diaboliques et ses femmes-fantômes en burqa, ses

 

kamikazes et sa violence aveugle. De l’autre l’Axe du Bien, qui mange trop, qui mène des guerres

 

totales sans morts, paranoïaque, inculte, où triomphe un manichéisme infantile sous un verni

 

chrétien.

 

Pour échapper à ce déluge d’images et de propagande, une seule solution : le déminage par

 

l’absurde.

 

Le clan Ben Laden devient une famille de Bidochons islamistes, qui vivent comme des classes

 

moyennes dans une grotte de la banlieue de Bagboul. Abonnés à Voici et Gala, englués dans une

 

routine sordide de métro-jihad-dodo, ils sont réduits à leur vraie dimension. A travers le journal

 

intime de Madame Ben Laden, on découvre le quotidien mesquin de l’Axe du Mal.

 

La croisade lancée par l’Axe du bien n’est pas non plus très reluisante : Georges Bush passe son

 

temps à faire de la « gym chrétienne » et à manger de la junk food, tandis que Condoleeza Rice

 

déchaîne un déluge de feu sur le Terroristan en jouant Chopin au piano. Pour servir des intérêts

 

particuliers, déclencher une guerre sans merci ne pose pas de problème : il suffit de trouver le

 

bon bouton. Les spécialistes de la communication feront le reste : « Torture équitable » à la

 

prison d’Abou Merogis, « Opération Comme un Ouragan », bombes intelligentes sorties des

 

Grandes Ecoles…

 

Le Terroristan devient alors aussi fréquenté que le métro aux heures de pointe : casques bleus

 

de l’ONU, journalistes, marchands d’otages. C’est le moment pour les Ben Laden de déménager à

 

Paris : parviendront-ils à redynamiser leur couple ? Et George Bush, convoqué par son père juste

 

avant de bombarder Paris, découvrira-t-il le terrible secret de famille qui va changer la face du

 

monde ? Et si finalement le choc des civilisations n’était qu’une histoire d’Œdipe mal résolue ?

 

Cet album en forme d’icône byzantine, a des vertus miraculeuses : bonheur, succès en amour et au travail, santé, réussite, en retournant la terreur comme une peau de lapin il fait tourner le Bien et le Mal sur leur Axe.

 

Un régal par l’auteur  de « Il faut tuer José Bové« 

Galerie

Les commentaires sont fermés.