I.R.$. : Silicia Inc.

Le début : Exilé en France et accusé de détournements de fonds, l’ex-président d’une république asiatique a été assassiné. Officiellement, par des islamistes ! Pendant ce temps, dans le désert californien, l’I.R.S. tente de prendre le maire d’une ville en …

Le début : Exilé en France et accusé de détournements de fonds, l’ex-président d’une république asiatique a été assassiné. Officiellement, par des islamistes ! Pendant ce temps, dans le désert californien, l’I.R.S. tente de prendre le maire d’une ville en flagrant délit de corruption. La preuve espérée ne peut toutefois être établie : l’homme de main du corrompu ayant été abattu. Sur son cadavre, Larry B. Max a néanmoins découvert un message intrigant, «Silicia. 10 AM. Ocean drive». Mais, une mystérieuse jeune femme s’efforce de faire disparaître tous les indices sur la piste qu’il suit… Trois mois plus tard, à Washington, s’ouvre une instruction sur le colonel Stosky soupçonné de trafics d’argent et d’armes avec des gouvernements étrangers, dont celui de l’ex-président tué. Pour gérer ses affaires illicites, le colonel aurait eu recours aux services d’une mystérieuse société nommée Silicia Inc.. Celle-ci serait intervenue dans plusieurs affaires criminelles impliquant Stosky, mais aussi l’ex-président et le maire exterminés. L’enquête conduit l’incorruptible de l’I.R.S. dans un paradis fiscal des Caraïbes où Silicia Inc. a son siège. L’adresse indiquée ne correspond cependant qu’à une simple boîte aux lettres. Silicia Inc. semble s’y comporter comme un tueur contraint de planquer des revenus injustifiables…

 

Notre avis : Quoique toujours complexe, l’intrigue de ce nouveau récit prend une dimension aussi inattendue que passionante puisqu’elle consacre une place importante à Gloria, la jeune fille énigmatique qui traverse les albums et les nuits « téléphoniques » de Larry B. Max depuis l’origine de la série. Qui est-elle réellement ? Quels sont ses liens avec le héros fiscaliste de Desberg et Vranken? A suivre, évidemment !

 

Le Lombard – Collection troisième Vague – 9,45€

Galerie

Les commentaires sont fermés.