Albert Robida (avec un superbe ouvrage sur lui aux Impressions nouvelles) et Louis Cance (pour son travail dans Hop !) honorés par la revue Papiers nickelés !

En cette fin de l’année 2022, le 10e prix Papiers nickelés revient au remarquable livre « Albert Robida, de la satire à l’anticipation » paru aux Impressions nouvelles, sous la direction de Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux. Cet ensemble de contributions associe de nombreux autres chercheurs : Laurent Gerbier, Valérie Stiénon, Heinrich Raatschen, Amélie Chabrier, Philippe Willems, Claudine Grossir, Sandrine Doré, Bertrand Tillier, Yves Citton, Laurent Bazin, Carine Goutaland, Caroline Grubbs, Francis Marcoin, Dominique Lacaze ou Jean-Claude Viche.

Sur 360 pages limpides, tous les aspects de l’immense œuvre d’Albert Robida (1848-1926), illustrateur et satiriste à l’influence considérable, mais hélas trop méconnu du public, sont scrutés, avec un appareil d’illustrations performant.

Célèbre pour ses fresques d’anticipation, comme « Le Vingtième Siècle » ou « La Vie électrique », et également pour ses grands dessins de presse, on voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, voire un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle qui s’est à l’occasion aussi aventuré sur le terrain ce qui allait devenir la bande dessinée, ou encore l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion…

 Yves Frémion, l’une des principales chevilles ouvrières de l’association et président du jury (1), le qualifie même de l’un des grands génies du XIXe siècle, dans son communiqué de presse, en portant également à notre connaissance que « Claire Barel-Moisan est chercheuse à l’ENS de Lyon, Matthieu Letourneux professeur de littérature à l’Université de Nanterre. »

Notons que c’est la seconde fois que la maison d’édition Les Impressions nouvelles reçoit ce prix décerné depuis dix ans par la revue éponyme (pour d’autres excellents livres récents édité par elle, voir Deux ouvrages érudits, indispensables à tout amateur de l’histoire du 9e art !), lequel récompense le meilleur travail de l’année sur le dessin imprimé : BD, illustration, dessin de presse, affiche, graphisme, estampe, imagerie…

Habituellement remis au SoBD en partenariat avec cette manifestation et appelé Prix Papiers nickelés-SoBD pour mettre en avant le meilleur ouvrage sur la BD et le patrimoine dessiné, cette récompense est aujourd’hui scindée en deux : la première portant son attention sur le patrimoine graphique imprimé dans son ensemble, tandis que la seconde, nommé Prix SoBD et se limitant à seule la bande dessinée, sera décernée par le salon lors de sa 12e édition du 2 au 4 décembre 2022 (voir https://sobd2022.com/le-prix-sobd).

À l’occasion du dixième anniversaire de cet accessit, Papiers nickelés a également décerné un exceptionnel Grand Prix pour l’ensemble de son travail à Louis Cance et à sa revue Hop ! : un trésor d’informations et d’études sur la BD, sur 166 numéros depuis 1973. Soit 50 ans de labeur acharné (et bénévole) au service du 9e art !

Ces prix ont été décernés le 26 novembre à l’occasion de la fête annuelle de la revue Papiers nickelés, au 100 ECS (100 rue de Charenton, Paris 12°) devant une foule de contributeurs d’amis et de lecteurs.

Pour en savoir plus sur le magazine indispensable qu’est Papier nickelés, voir le site (http://papiersnickeles.fr).

Gilles RATIER 

(1)  À noter que le jury était composé de membres de l’association Papiers nickelés : Philippe Benoist, Jean Depelley (ancien lauréat), Céline Dumet, Yves Frémion (rédacteur en chef), Stéphane Grobost, Alain Lachartre (ancien lauréat), Didier Pasamonik (ActuaBD.com) et un certain Gilles Ratier (BDzoom.com).

 

Galerie

3 réponses à Albert Robida (avec un superbe ouvrage sur lui aux Impressions nouvelles) et Louis Cance (pour son travail dans Hop !) honorés par la revue Papiers nickelés !

  1. Camax dit :

    Pour ceux qui sont intéressés par l’œuvre d’Albert Robida, les éditions Douin, rééditent La vie Electriques, et d’autre chose encore. A voir sur internet pou les amateurs.

  2. Damien DIDIER-LAURENT dit :

    Matthieu Letourneux plutôt que Jean dans l’intro, non ? Livre magnifique et hommage mérité. Merci aux Impressions nouvelles ! Et bravo aussi à l’incontournable Hop !