Retour émouvant aux sources familiales pour l’Espagnol Paco Roca !

Paru en 2020 dans son pays d’origine aux éditions Astiberri, « Regreso al Edén » de Francisco Martínez Roca, dit Paco Roca, est enfin traduit en français, sous le titre « Retour à l’Éden », chez Delcourt : à l’instar de la plupart des ouvrages récents de ce talentueux créateur né — et résidant toujours — à Valence, où se déroule ce récit, en 1969. Ce touchant et intimiste roman graphique de 176 pages, au format à l’italienne, raconte la vie de pauvreté et de privations d’Antonia, la mère de l’auteur, pendant la période franquiste de l’après-guerre : comme ce fut d’ailleurs le cas pour des milliers d’autres femmes espagnoles. Pour ce faire, il est simplement parti d’une photo de famille prise lors d’une journée à la plage, pendant l’été 1946 : l’un des rares moments de bonheur qu’elle a pu connaître et qui est pourtant figé pour la postérité.

Paco Roca articule donc « Retour à l’Éden » autour de cet exceptionnel instant de douceur, volé par l’objectif d’un appareil, sur l’ancienne Playa de Nazaret, dans la capitale valencienne : la seule icône qu’Antonia ait cachée à sa propre mère, néanmoins adorée. Cette dernière l’avait entretenue dans une naïve foi religieuse qui justifiait tous les sacrifices que les représentantes du sexe féminin devaient assumer depuis leur enfance : ceci pour avoir l’assurance d’être récompensées dans l’au-delà.

Comme la narration démarre de nos jours — mais il va y avoir de nombreux et bienvenus sauts explicatifs dans le temps —, c’est l’importance que sa génitrice, devenue désormais une vieille dame, accorde à cette banale représentation photographique qui incite l’auteur à enquêter sur son passé.

En se documentant aux meilleures sources et en recueillant des témoignages de ses proches, il va avant tout s’intéresser aux femmes de cette humble famille républicaine : ce qui était le cas de la grande majorité de ces vaincus de la guerre civile espagnole. Pratiquement incultes, car l’éducation et les études étaient réservées en priorité aux hommes, elles essayaient de vivre de la manière la plus digne possible dans cet environnement de misère que le coup d’État fasciste avait généré. 

Pour cela, elles ont dû composer avec le manque de ressources afin de survivre, ce qui les a obligés à se tourner vers un marché noir servant surtout à enrichir les élites franquistes et vers une morale catholique très sévère : l’État et l’Église cherchant par ailleurs à se venger de ceux qui ont défendu la liberté et à écraser toute tentative de créer une société plus juste… 

Comme dans la plupart de ses précédents et remarquables ouvrages (1), Paco Roca aborde des événements ordinaires pour mieux nous confronter à la réalité d’une époque. Afin de mettre en lumière ces bribes de vie, où le quotidien est la plupart du temps rythmé par la faim, la peur et les non-dits, il a recours à un exposé réaliste, mais ponctué de notes d’humour et de poésie, qui prend son temps. Ainsi qu’à un évocateur trait tendance « ligne claire » et à une réconfortante palette de chaudes couleurs sépia donnant un air de vieilles photos à ses illustrations : ce qui ne l’empêche pas de se risquer à diverses expérimentations graphiques ou narratives fort concluantes.

Quoi qu’il en soit, on ne peut qu’être touché par cette sincérité de l’auteur à nous faire rentrer tout en douceur, avec pudeur et simplicité, dans cette quête d’un paradis perdu : une certaine nostalgie qui nous permet, toutefois, d’espérer un monde meilleur !

Gilles RATIER

(1)  Voir aussi sur BDzoom.com : Paco Roca, entre Hergé et Pratt, avec une passionnante enquête sur un trésor perdu en mer…Parfaire ses connaissances sur le 9e art et la musique avec le nouvel opus de Paco Roca !« La Maison » par Paco Roca« La Nueve » par Paco RocaUn auteur espagnol traite de la crise de l’euro en BD !« L’Hiver du dessinateur » par Paco Roca, « L’Ange de la Retirada » par P. Roca et S. Dounovetz« Rides »« Les Rues de sable », etc. 

« Retour à l’Éden » par Paco Roca

Éditions Delcourt (22,95 €) — EAN : 978-2-413048206

Parution 19 octobre 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.