Avec Bruno Duhamel, il ne faut jamais dire « Jamais » !

Qui a dit que l’excellent « Jamais » de Bruno Duhamel n’était qu’un one-shot ? Cette affirmation n’est plus d’actualité puisque ce talentueux auteur a décidé, avec « Le Jour J », de nous faire retourner à Troumesnil, sur la côte d’Albâtre, en Normandie : région qu’il connaît bien, car il y a passé une partie de sa jeunesse ! Avec autant de tendresse et d’humour que dans le premier opus, il remet en selle la petite vieille au caractère trempé dans de l’acier qu’est Madeleine (91 ans cette année !) : et la doyenne résiste, encore et toujours, à l’autorité municipale qui tente de la protéger sans relâche de l’érosion de la falaise sur laquelle sa maisonnette est perchée.

Notre mamie pêchue et autonome, qui est aveugle et passe donc ses journées chez elle, avec son chat et le souvenir de son époux disparu en mer, a pourtant bien prévenu que, « jamais ! », elle ne quittera son domicile situé à l’extrémité de la plate-forme rocheuse : même si l’eau et le vent grignotent son terrain de plus en plus vite. Cependant, cette fois-ci, un énorme pan de l’escarpement littoral s’est effondré et Madeleine n’est plus la seule personne à être menacée. En effet, sa bicoque, désormais au bord du gouffre, est devenue, depuis que les médias se sont emparés de l’histoire, un lieu de pèlerinage pour de nombreux touristes inconscients, lesquels méprisent les règles élémentaires de sécurité !

Or, si la doyenne au mauvais caractère est aujourd’hui considérée comme une icône, depuis qu’il a essayé de la déloger pour son bien, le maire, lui, est quasiment persona non grata dans sa propre ville. Ainsi, le jour où ce premier des magistrats municipaux disparaît à la suite de la tentative de sauvetage d’une petite fille et de son chien, l’opposition en profite pour s’emparer de la mairie. C’est alors que, entre l’agitation des médias et des réseaux sociaux, vont ressurgir les fantômes du passé… et que pour Madeleine, qui se retrouve donc prisonnière dans sa maison, l’action va se transformer en inaction forcée… À moins qu’elle devienne, contre toute attente, la femme de la situation ?

En se basant sur des dialogues ciselés à souhait, enluminés par un sympathique et efficace dessin semi-comique, la narration impeccable de Bruno Duhamel — à qui l’on doit également les très recommandables « #nouveaucontact » ou « Fausses Pistes » — (1) joue habilement avec les circonstances abracadabresques et la grande Histoire !

À noter qu’il existe aussi un tirage limité à 1 300 exemplaires édité pour le réseau Canal BD, avec une couverture alternative et huit pages supplémentaires sur l’évolution du village de Madeleine confronté au réchauffement climatique : un reportage réalisé par une classe sur cet avant et après, avec du rédactionnel, des photos et, bien sûr, de nombreuses illustrations dues à Bruno Duhamel.

Gilles RATIER

Couverture édition Canal BD.

(1) Sur Bruno Duhamel, voir Un western qui ne manque pas de sel !Se faire la belle, un jour ?« # Nouveau Contact » : une très drôle critique sociale, bien vue, sur fond de réseaux sociaux…« Jamais » par Bruno Duhamel« Le Retour » par Bruno Duhamel ou « Les Brigades du temps » T1 (« 1492, à l’ouest, rien de nouveau ! ») et T2 (« La Grande Armada ») par Bruno Duhamel et Kris.

« Jamais T2 : Le Jour J » par Bruno Duhamel

Éditions Grand Angle (16,90 €) — ISBN : 978-2-8189-7827-6

Parution 28 septembre 2022

Galerie

Une réponse à Avec Bruno Duhamel, il ne faut jamais dire « Jamais » !

  1. Le premier était effectivement très bien et très drôle, comme tout ce que fait Duhamel, qui mériterait d’être davantage reconnu…