Belle réédition, fort bien conceptualisée, d’une série policière italienne consacrée à la montée du fascisme…

Dans une Europe troublée, où les plus grands conflits de l’histoire de ce continent sont sur le point d’éclater, le détective privé d’origine allemande Jan Karta, transféré contre son gré en Italie, puis en France, reste toujours implacable et fidèle à ses convictions dans la recherche de la vérité. Ce deuxième volume rassemble le troisième et le quatrième épisode d’une série transalpine créée dans les années quatre-vingt par Roberto Dal Pra’ et Rodolfo Torti : lauréate du festival de Sierre, il s’agit de l’une des œuvres de fiction historique les plus réussies de la bande dessinée du siècle précédent.

À peine arrivée à Rome où sévit le régime de Mussolini, Jan Karta est embauché par une vieille aristocrate amie de son professeur de père pour espionner sa future belle-fille : ceci afin de savoir si elle en veut à l’argent de la famille ou si c’est un réel mariage d’amour. Une mission qui doit être discrète, mais où notre détective privé va, une nouvelle fois, être confronté aux forces vives du fascisme. Quittant promptement l’Italie, où il n’est plus le bienvenu, pour la capitale française, il va se retrouver impliqué dans une enquête sur le décès d’un membre de la Cagoule : une organisation secrète d’extrême droite. Classiques, mais passionnantes, ces deux enquêtes historiques — de 52 planches chacune — restituent avec fidélité l’ambiance de cette époque compliquée.

            C’est dans le magazine italien Orient-Express, en 1983, que paraît la première aventure de Jan Karta, laquelle était située à Weimar dans les années 1920. Après la disparition d’Orient-Express, RodolfoTorti devient directeur artistique de la revue Comic Art éditée par Rinaldo Traini et y continue sa série phare.

La bande dessinée de Torti et Dal Pra’ est ainsi repérée par Claude Moliterni, alors directeur éditorial chez Dargaud, et ce dernier la fait traduire en français à partir du n° 135 de la mouture mensuelle de Pilote. L’épisode suivant (« Der Sturm ») passe dans Pilote & Charlie en juillet 1986, le troisième (« 1934 ») est directement publié en album en janvier 1988, et un dernier (« Les Jours de la Cagoule ») le sera dans la dernière formule régulière de Pilote en septembre 1989.

S’inspirant du titre du premier opus, la série « Weimar : les enquêtes de Jan Karta » comprend donc au total quatre volumes aux éditions Dargaud, entre 1986 et 1989 : les deux premiers ayant été réédités une première fois, mais en noir et blanc, chez Vertige Graphic, en 2008.

L’intégrale proposée depuis l’an passé par Fordis a été revue et corrigée, avec une nouvelle traduction et mise en couleurs due à l’excellent Spartaco Ripa qui a opté pour des teintes moins criardes et des noirs parfaitement opaques. Un changement esthétique plus adapté à l’ambiance glauque des récits et qui permet une lecture beaucoup plus agréable : quelques cases et dialogues ayant même été ajustés, voire modifiés ou remplacés, par les auteurs.

Enfin, sachez que ce deuxième volume contient, en plus, des croquis et illustrations peu connus, ainsi qu’un passionnant dossier historique conséquent de 18 pages concoctées par Renato Gaita et par notre éminent collaborateur Philippe Tomblaine (le responsable de la rubrique « L’Art de… » sur BDzoom.com). À noter qu’un troisième et ultime volet inédit (« Barcelone 1937 »), qui est en cours de réalisation, est annoncé.

Gilles RATIER

« Jan Karta, la fin d’un monde T2 : Rome 1934-Paris 1935 » par Rodolfo Torti et Roberto Dal Pra’

Éditions Fordis (25 €) — EAN : 979-10-95720-32-4

Parution 4 juillet 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.