Un peu de mythologie grecque…

La mythologie grecque est un puits infini d’inspiration et les auteurs ne s’y trompent pas. D’un côté, la collection conçue par Luc Ferry autour de ce slogan : « Un mythe, un héros, une vertu » s’étoffe de titre en titre (une bonne vingtaine d’albums désormais) et arpente pour notre plus grand plaisir les mythes et les épopées. De l’autre, le scénariste Serge Le Tendre y revient, après « Tirésias » et « La Gloire d’Héra », avec « Pygmalion et la vierge d’ivoire »…

Aphrodite (Vénus, chez les Romains), c’est la déesse de l’amour, du désir et de la beauté : tout un programme ! Aphrodite, on le sait, est sortie de l’écume avec le pouvoir de faire succomber hommes et dieux. L’album évoque ainsi ses conquêtes, notamment son union avec Anchise qui va donner naissance à Énée : futur héros de la guerre de Troie, pour qui Aphrodite est prête à sacrifier sa beauté, afin de le protéger.

Tout en s’appuyant sur une pépinière de très bons dessinateurs et en respectant au maximum les textes fondateurs, la scénariste Clotilde Bruneau construit des scénarios sans mièvrerie, mais, plus ou moins pudiques selon les dessinateurs (Taranzano s’évertue, ici, à cacher avec voiles ou chevelure la nudité des dames). Alors qu’un tome 3 sorti simultanément clôt l’histoire de Gilgamesh, parait ce tome 1 d’une future trilogie évidemment emblématique par son héroïne. Rappelons que chaque titre se dote d’un dossier complémentaire de huit pages écrit par Luc Ferry, richement documenté et illustré.

On retrouve Aphrodite dans l’album « Pygmalion » consacré à cet artiste qui ne vit que pour la sculpture et qui n’est jamais satisfait de ce qu’il crée. Pourtant, un jour, après avoir eu la visite d’Éros, il tombe amoureux de la créature qu’il a taillée dans un bloc d’ivoire : une jeune femme magnifique qu’il nomme Galatée. Tandis qu’une autre femme, Agapé, se suicide face à l’indifférence du sculpteur, la déesse Aphrodite exauce son souhait en donnant vie à Galatée…

Après « Tirésias » et « La Gloire d’Héra », Serge Le Tendre continue à explorer et à exposer sa passion pour la mythologie grecque à travers ce héros follement amoureux d’une chimère. Entre visions fantastiques et réalité, les personnages s’interrogent, hésitent, s’excitent, s’affrontent… Le tout rendu par les dessins et les couleurs extraordinaires de Frédéric Peynet, le spectacle est de toute beauté.

On avait déjà évoqué ici-même les deux intégrales réalisées par Dargaud en 2011 et regroupant des titres que Christian Rossi et Serge Le Tendre avaient précédemment signés pour Casterman, retrouvant ainsi une nouvelle vie avec des albums agrémentés de cahiers d’études et de commentaires des auteurs.

Le ton est plus adulte qu’avec la collection tous publics de Glénat, les auteurs mettant en scène avec élégance et couleurs chaleureuses les affres de ce monde libertin et guerrier. Bien plus que de simples péplums, ces trois œuvres sont de grands moments de mythologie truculente et facétieuse, pervers, épiques, et donc homériques par définition : à ne rater sous aucun prétexte, d’autant que les décors concoctés par Rossi et Peynet sont souvent magnifiques, rehaussés par des mises en couleurs remarquables.

Didier QUELLA-GUYOT ; http://bdzoom.com/author/DidierQG/

[L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook.

« Aphrodite T1 : Née de l’écume » par Giuseppe Baiguera et Clotilde Bruneau

Éditions Glénat (14, 95 €) – EAN : 9782344043967

Parution 23 mars 2022

« Pygmalion et la vierge d’ivoire » par Frédéric Peynet et Serge Le Tendre

Éditions Dargaud (16, 50 €) – EAN : 9782202082111

Parution 11 mars 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.