« Go West Young Man » : casting de rêve pour un western BD !

Bloqué chez lui à cause de deux côtes cassées, Tiburce Oger se met à imaginer une suite de récits courts, mais formant une histoire complète, dont chacun des épisodes serait imagé par les dessinateurs réalistes qu’il admire… Et cette saga, avec des personnages dont les destins se croisent et se succèdent à travers le parcours tumultueux d’une luxueuse montre anglaise, serait un western : un genre dont il est passionné et auquel il a déjà largement contribué (1), tant sur le plan graphique que du scénario. Le rêve est aujourd’hui devenu réalité, pour le plus grand bonheur des amateurs…

Michel Blanc-Dumont.

De Michel Blanc-Dumont à François Boucq, en passant par Dominique Bertail, Benjamin Blasco-Martinez, Steve Cuzor, Paul Gastine, Éric Hérenguel, Hugues Labiano, Enrico Marini, Ralph Meyer, Félix Meynet, Patrick Prugne, Christian Rossi, Michel Rouge, Olivier TaDuc et Ronan Toulhoat, les meilleurs illustrateurs actuels de l’Ouest américain ont tous répondu présent : « C’est un peu comme si j’avais réussi à rassembler John Wayne, Clint Eastwood, Gary Cooper et consorts pour faire mon film ! », dixit l’heureux initiateur du concept.

Dominique Bertail.

            Cet ambitieux projet, où la dramaturgie se met habilement en place, est composé de 14 récits abordant, chacun, l’un des grands mythes de l’histoire du Far West avec lucidité : racisme, génocide indien, condition des femmes, guerres et misère n’étant aucunement dissimulés.

François Boucq.

Bien entendu, Tiburce Oger a demandé au préalable, à ces auteurs tous fans de westerns, ce qu’ils souhaitaient interpréter. Le scénariste et concepteur de l’album n’hésitera d’ailleurs pas à modifier ses textes pour répondre aux éventuelles sollicitations des dessinateurs : le but étant que tous travaillent en se faisant plaisir.

Paul Gastine.

Évidemment, cela se sent vraiment dans le résultat final, car tous — par ailleurs admiratifs de leurs œuvres les uns des autres — rivalisent de talent pour mettre en scène les émeutes des Grands Lacs, l’épopée des pionniers, les chasses de bisons, le Pony Express ou la guerre de Sécession, et également les trappeurs, les tribus indiennes, les cowboys, les desperados, les filles de saloon ou les figures célèbres — comme Wild Bill Hickok, Pancho Villa ou Geronimo — qui se sont battu pour survivre dans les grandes plaines, les villes champignons, le désert du Mexique et les conflits interminables.

Éric Hérenguel.

Chacun y va même carrément de sa propre leçon de dessin pour enluminer au mieux les histoires très bien documentées du véritable passionné de l’Ouest qu’est Tiburce Oger : une centaine de pages qui revisite de façon vertigineuse 150 ans d’histoire (de 1763 à 1916), en mettant en avant ce côté obscur des hommes qui a souvent tendance à transformer, en cauchemar, le rêve américain.

À noter qu’il existe une très belle édition de luxe de « Go West Young Man », avec reliure en cuir et un dessin de couverture différent signé Paul Gastine (29,90 € — EAN 978-2818984253).

Gilles RATIER

Hugues Labiano.

(1)  Sur Tiburce Oger, voir aussi récemment sur BDzoom.com : « Ghost Kid » : quand Tiburce Oger repasse à l’Ouest…« Ma guerre de La Rochelle à Dachau » par Tiburce OgerSpécial Western 3 : « Buffalo Runner » par Tiburce Oger« Les Chevaliers d’Émeraude » T1Plus de lectures du 27 février 2006

Ralph Meyer.

« Go West Young Man » par Tiburce Oger et collectif

Éditions Grand Angle (19,90 €) — EAN : 979-1-10347-4635-4

Parution 3 novembre 2021

Michel Rouge.

Galerie

7 réponses à « Go West Young Man » : casting de rêve pour un western BD !

  1. EC Comics fan dit :

    _ Bonsoir … intéressante bd qui donne l’eau à la bouche , car le
    graphisme est superbe ( c’est , évidemment , très personnel ) .
    Peut-être ira-elle ( très certainement je pense ^^ ) rejoindre ma
    dernière bd de western “ fausses pistes ” … merci .

  2. Bonjour. Sauf erreur, la seconde (et superbe) couverte montrée est de GASTINE et non de MARINI.

    • Gilles Ratier dit :

      Exact, mon clavier a fourché : à moins que ça soit mon pauvre cerveau (rires !)…
      C’est la couverture de la version normale qui est d’Enrico Marini.
      Merci pour votre œil de lynx, je corrige…
      Bien cordialement
      Gilles Ratier

  3. Marcel dit :

    Sait-on pourquoi Blanc-Dumont et Cuzor ont travaillé ensemble (à l’œil, je dirais que le second a juste encré le premier), plutôt qu’une histoire chacun ?…

    • Gilles Ratier dit :

      Bonjour Marcel !
      Je ne l’avais pas développé dans mon article, mais il s’est trouvé que comme ces deux artistes ont tous les deux réagi au dernier moment et qu’il était difficile de ne pas les incorporer dans le projet, Tiburce Oger leur a écrit un récit en deux pages (il s’agit d’une lettre) dont Blanc-Dumont a dessiné la première et Cuzor la seconde. En fait, par excès de zèle, j’ai rajouté Cuzor dans la légende de l’image que je montre (la première de l’histoire concernée), mais c’est seulement Blanc-Dumont qui en est responsable : j’enlève Steve du crédit.
      Bien cordialement
      Gilles Ratier

  4. Patrick BOUSTER dit :

    Eh bien, ça promet ! Vivement le 3 novembre pour avoir l’album en mains !
    Et encore, on n’a pas vu toutes les contributions dans les extraits (impossible, trop nombreuses).

    D’ailleurs, l’album se place bien dans les records de nombre de dessinateurs pour une histoire unique, après « Coincidences » (On a marché sur la bulle), hé hé…