Retour aux sources…

Revenir sur ses terres d’origine, surtout quand elles sont campagnardes, reste souvent un vœu pieu. Il faut un déclic, un choc, genre un confinement urbain difficile à supporter ou un changement professionnel. C’est ce qui arrive à l’héroïne du « Ragoût aux truffes » : jeune cheffe talentueuse, qui décide sur un coup de tête de laisser tomber son emploi et de retourner dans le Lot…

Fini le restaurant étoilé, finies les cadences infernales, Cendre plaque tout, du jour au lendemain, après avoir découvert que son patron passait à l’eau de javel les restes jetés à la poubelle… parce qu’un SDF s’en nourrissait ! Cendre est outrée, claque la porte, sachant à cet instant que c’est définitif. Elle décide d’aller passer quelques jours chez sa mère, histoire de faire le point sur sa vie, ses envies surtout !

Elle laisse son chéri un peu décontenancé par la brutalité de la décision et file dans le Lot. Elle se dit qu’un break sera salutaire, un break en pleine nature, non pas qu’elle entretienne avec sa mère des rapports très faciles, mais c’est là toute sa jeunesse, ses racines. Sur place, elle va redécouvrir le sens de ce qui est essentiel, le goût des choses et renoue avec sa mère : une femme veuve très active qui fait un grand jardin potager. La complicité renaît et Cendre reconnaît que sa mère est une « sacrée petite bonne femme » et qu’elle tient d’elle au fond son caractère bien trempé.

Cendre va surtout redécouvrir les ruines d’une tour qui tout d’un coup la fascine. Et si elle en faisait quelque chose… genre restaurant ?! Dès lors, Cendre va reconstruire son avenir en reconstruisant la ruine !  Elle va en plus retrouver le goût de la cuisine au feu de bois, le charme des marchés de province, le plaisir de concocter de nouvelles recettes, tout en retissant avec sa mère une relation également… constructive !

C’est « feel-good », « truffé » de bons sentiments, incontestablement, mais totalement savoureux. Normal pour de la bonne cuisine : une cuisine qui tient autant au scénario de Fabien Grolleau qu’aux dessins de Cédrick Le Bihan et aux couleurs signées Paillat. L’ensemble est chaleureux, bon vivant. En prime, en fin d’album, deux recettes et une interview de Thomas Benady : un jeune restaurateur qui vient d’ouvrir une auberge en baie du Mont Saint-Michel.

Didier QUELLA-GUYOT ; http://bdzoom.com/author/DidierQG/

[L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook.

« Ragoût aux truffes » par Cédrick Le Bihan et Fabien Grolleau

Éditions Fluide glacial (16,90 €) – EAN : 9791038200333

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.