L’émigration pour sauver sa peau…

Quoiqu’en pensent certains, émigrer et quitter ses racines est toujours une énorme déchirure, même s’il y a l’espoir d’une vie meilleure. Deux albums reviennent sur ces situations traumatisantes : « Chez toi » de Sandrine Martin et « Seidou en quête d’Asile » de Virginie Vidal et Xavier Bétaucourt. Qu’on soit Syrien ou Guinéen, la route est longue, chaotique, violente, souvent dramatique, quelquefois heureuse…

Sandrine Martin met en scène deux couples : d’abord celui de la Syrienne Mona et son compagnon Suleiman qui ont quitté la Syrie et sont à présent dans un camp de réfugiés à Athènes. C’est là que Monika, sage-femme s’intéresse à la jeune Syrienne enceinte. Monika vit avec Christos, au chômage, et ce dernier rêve de rejoindre l’Allemagne pour trouver du travail… Tous veulent finalement échapper à la précarité ou, pire, à la guerre.

Sandrine Martin nous place au plus près des préoccupations de ces femmes et de ces hommes, piégés par le monde et par les nécessités vitales de s’en sortir. Attendre un enfant dans un tel contexte est une difficulté aggravante. C’est ce profil de femmes exilées et enceintes qui captive la narratrice. S’appuyant sur des études anthropologiques, elle tente de dessiner – et y parvient très bien -, le sort de celles et de ceux qui veulent atteindre cet Ailleurs qu’ils espèrent meilleur, qu’ils savent meilleur. Les difficultés notamment administratives ne manquent pourtant pas et y trouver des parades suppose beaucoup d’ingéniosité et de combat.

Dessinées aux crayons de couleur, les destinées des deux héroïnes au cœur de l’album ont quelque chose de doux, d’apaisant, qui contraste avec la dureté des enjeux, notamment l’évocation du périple de la Syrie à la Grèce, en 2016, via la Turquie. Ce récit, nourri de témoignages, est évidemment poignant car il y a cette question fondamentale qu’on peut résumer par cette formule : jusqu’où faut-il aller pour aller… jusqu’où ?

Dans « Seidou en quête d’Asile », Virginie Vidal et Xavier Bétaucourt suivent un jeune Guinéen d’une trentaine d’années qui, après s’être impliqué dans les luttes contre la dictature dans son pays, n’a plus qu’une solution, suite aux persécutions dont il est victime, le quitter, la mort dans l’âme, d’autant qu’il devait faire face en plus sur place à un fort racisme anti-Peul, se concrétisant par des exactions entretenues par les gouvernants.

Dès lors, c’est le sort commun a beaucoup d’autres, un parcours semé d’embûches depuis la Guinée, puis le Mali, le Niger, la Libye, la Sicile. Rackets policiers, exploitation de passeurs bandits, intimidations, humiliations, violences, tout s’enchaine ! Pour les femmes dont Seydou partage le destin, c’est encore pire : viols, prostitution… La liste est longue de ce qu’il faut endurer pour un jour atteindre la France et commencer les démarches du demandeur d’asile. Heureusement, il y a des associations qui aident et des histoires qui finissent bien quelquefois.

Dans les deux cas, Sandrine Martin et Virginie Vidal dessinent avec précision et élégance ces parcours de vie.Le lecteur ne peut que partager les difficultés, les douleurs, les traumatismes que connaissent tous ceux qui décident de s’expatrier, risquant tout pour sauver leur peau.

Ce ne sont pas les premiers albums à traiter le sujet et il est fort probable que ce ne seront pas les derniers à témoigner de ces destins malmenés, pour ne pas dire torturés.

Didier QUELLA-GUYOT ; http://bdzoom.com/author/DidierQG/

[L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook.

« Chez toi » par Sandrine Martin

Éditions Casterman (23 €) – EAN : 9782203152434

« Seidou en quête d’Asile » par Virginie Vidal et Xavier Bétaucourt

Éditions Steinkis (18 €) – EAN : 9782368461839

Galerie

Les commentaires sont fermés.