Neandertal et Sapiens se jaugent sans s’affronter dans une uchronie médiévale captivante…

Imaginez un monde dans lequel l’homme de Neandertal aurait continué d’exister à côté de son cousin Sapiens passé la Préhistoire et l’Antiquité. Au Moyen Âge, des royaumes de deux peuples coexisteraient ainsi dans une paix précaire et méfiante. C’est dans cette atmosphère pesante et complotiste qu’un jeune candide part en mission diplomatique découvrir un monde inconnu. Sa première victoire est de surmonter des préjugés inhérents à la méconnaissance des autres.

Nous sommes en plein Moyen Âge. L’Europe est divisée en principautés féodales qui sont régulièrement en conflit. Si nous reconnaissons des caractères évidemment médiévaux dans la société qu’il nous est donné de voir, d’autres relèvent d’une évolution historique différente de celle que nous avons connue : nous sommes en 1488 après Kmaresh et non pas Jésus-Christ, le prophète est nommé le Saint-Pendu, il n’a donc pas été crucifié, quant aux royaumes et aux villes fortifiées nous n’en connaissons aucuns, point de France ou d’Espagne mais les royaumes de Dombrak et de Carivaga et, surtout une haute muraille qui sépare le continent en deux. Au nord, s’étend la Terre des Nors, celle des hommes de Néandertal !

«Mégafauna» page15.

Timoléon de Veyres est un jeune homme timide, pour tout dire introverti, qui vient de terminer ses études de médecine. Esprit curieux, il se pose des questions sur la nature des Nors. Il a disséqué quelques cadavres et n’a pas trouvé de véritables différences dans les organes. Il s’est en revanche interrogé sur la nature de leur cerveau vu leur crâne étiré en longueur avec des arcades sourcilières proéminentes.

Sont-ils d’une nature inférieure ou supérieure ? Ont-ils une âme ? Il ne peut répondre à ces questions. Ayant aiguisé son intérêt pour ces questions anthropomorphiques, son oncle, politique madré, lui confie une mission diplomatique secrète de la plus haute importance.

Ouvert d'esprit ? Un Nor ?

Timoléon et son ami, le prudent Pontus, partent à cheval dès le lendemain pour le royaume Nor d’Eelbaar. Après 15 jours d’un voyage périlleux, ils sont attendus par deux amazones néandertaliennes devant l’imposante muraille.

Ces êtres plus grands, plus massifs, à l’aspect primitif, leur font passer la limite entre les deux mondes et ainsi pénétrer dans l’inconnu. Ce n’est que le début d’un voyage initiatique fascinant et troublant pour les deux hommes.

Ils découvrent une civilisation différente, plus pacifique et par de nombreux aspects en avance sur celle qu’ils viennent de quitter. Ils discernent, petit à petit que leur mission diplomatique d’exploration est au cœur de tractations secrètes compliquées entre les dirigeants humains et Nors. Timoléon mène une enquête pour le roi d’Eelbaar ce qui le conduit à entrevoir des mystères bien dissimulés et par des voies détournées un amour incertain.

Remarqué avec « Espèces invasives », sa première bande dessinée publiée, Nicolas Puzenat nous revient avec une œuvre de 90 pages, intrigante et immersive. On rentre facilement dans cette uchronie médiévalo-préhistorique à l’intrigue tendue, centrée sur la quête initiatique d’un candide manipulé de toute part.

Au-delà de paysages savamment reconstitués, de la physionomie d’un homme de Neandertal moderne, le trait ligne clair, simple et efficace de l’auteur étonne par sa capacité à transcrire les expressions des personnages et l’évolution, parfois complexe de leurs relations.

La découverte d'une ville néandertalienne

Fresque surprenante, récit initiatique troublant, « Mégafauna » est une fable riche de nombreuses thématiques croisées : sur la nécessité de dépasser les préjugés sur un autre considéré comme trop différent ou sur les dangers de politiques prédatrices qui assèchent les territoires comme les relations humaines.

Loin d’être un pensum sur l’évolution de l’Homme et la sélection naturelle, « Mégafauna » est une bande dessinée d’aventures foisonnantes aux nombreux rebondissements inattendus qui peut passionner tous les lectorats dès la fin du collège.

Ils exhalent la peur et l'inexpérience.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Mégafauna » par Nicolas Puzenat

Éditions Sarbacane (18,00 €) – ISBN : 978-2-37731-614-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.